Climat : et vous, que faites-vous ?

Publié le 15 Octobre 2018

Marche pour le climat

Marche pour le climat

Paru sur France 2 le 13/10/2018 (cliquer ici le lien pour lire la vidéo)

Ils étaient plusieurs milliers en France, mais aussi à Montréal (Canada), à Genève (Suisse), à Montevideo (Uruguay). Tous rassemblés autour d'une même interrogation : comment, chaque citoyen, peut tenter d'atténuer les dangers encourus par la planète ?

Une marche pour la planète. À Paris, près de 15 000 personnes se sont mobilisées samedi 13 octobre, contre le réchauffement climatique. Dans 80 villes de France, elles sont venues dire leur inquiétude et partager leurs petits gestes du quotidien. Grégory Lepoutre, l'un des marcheurs, n'utilise plus d'emballages. Bannis en France, les sacs en plastique sont encore 500 milliards produits chaque année, dont une partie atterrit dans nos océans. Pour contenir la pollution, Jean Delbecque a fait le choix d'utiliser des transports écologiques. "Je me déplace essentiellement en vélo", explique un autre marcheur.

"J'ai une réserve d'eau à pluie"

En France, les transports représentent près de la moitié des émissions de gaz carboniques. Ils participent à l'effet de serre, et donc à la fonte des glaces et à la montée des océans. L'eau est le combat quotidien de Cécile Bordeyne. "Je ne laisse pas couler le robinet quand je me brosse les dents, des choses toutes simples, j'ai une réserve d'eau à pluie pour que l'eau des toilettes ça soit l'eau de pluie", raconte-t-elle. Un message lancé également aux politiques. C'est la deuxième vague de manifestations depuis un mois.

Rédigé par ANAB

Publié dans #Changement climatique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Je ne suis pas spécialiste de la question mais si j’ai bien compris il faut arrêter de brûler et faire redescendre rapidement la production de CO2, rapidement car à l’échelle planétaire l’inversion du réchauffement va prendre beaucoup de temps.<br /> Méthaniser à pour but de brûler et donc produire du CO2 alors qu’il faudrait le fixer. Les seules énergies utiles sont celles qui ne produisent pas de CO2, donc pas le méthane, pas les biocarburants, pas le pétrole ni le gaz, pas le bois…etc. Promouvoir tout ce qui entraîne la fabrication de CO2 est donc totalement improductif vis à vis du réchauffement. Si l’on considère toutes les cultures récentes ayant pour but de générer du biocarburant pour moteurs thermiques, c’est à tomber par terre de stupidité, et en plus pour produire ce biocarburant il faut faire tourner des tracteurs, des moissonneuses et autres engins qui eux mêmes rejettent ce gaz. Double idiotie!… Mais on continue!<br /> Alors bien sûr il nous est dit que ces carburants rejettent moins de CO2 que le pétrole, certes, mais l’hydrogène par exemple n’en produit pas. Nous avons des solutions, il serait utile de les mettre en œuvre pour de vrai ou bien absorber le gaz produit en excès si l’on continue de brûler.<br /> Tu as raison Roland, le bilan peut être neutre avec ce procédé mais de mon point de vue il semble que pour ne serait ce que stabiliser le réchauffement, il faut passer à autre chose que ce qui brûle avec dégagement de gaz carbonique. C’est sans doute une bête évidence, mais le poids de CO2 produit a encore augmenté en 2017 malgré les conférences sur le climat.<br /> J’ai bien peur que nos « lobbyistes «  nous dispersent vers des solutions bas de gamme, pour gagner du temps!
Répondre
A
Je suis d'accord avec toi Jpl,le mieux est de ne pas produire de CO2 du tout et l'hydrogène produit avec de l'électricité verte me parait être une bonne solution.<br /> Dans ma réponse à Philos je voulais juste lui dire que le bilan ne me parait pas plus mauvais avec la méthanisation que sans pour les agriculteurs aujourd'hui.<br /> En plus, ne vont pas passer de suite à l'utilisation de moteurs à hydrogène. La première étape serait de produire beaucoup d'électricité sans CO2 ni nucléaire trop dangereux<br /> <br /> <br /> Roland
P
ma contribution de ce jour à la lutte contre le réchauffement climatique sera une réflexion sur les unités de méthanisation que l'on voit poussé dans les campagnes.<br /> Les sols agricoles peuvent devenir des puits de carbone si on leur restitue le carbone des plantes qui ont poussé dessus après avoir prélevé l'alimentation nécessaire à l'humanité. La méthanisation consiste à fabriquer du gaz méthane à partir du carbone des végétaux qui ont poussé sur les sols en principe après avoir prélevé l'alimentation nécessaire à l'humanité. Le carbone restitué au sol est le constituant principal de l'élaboration de l'humus donc de la fertilité et de la conservation des sols. Il me paraît bien antagoniste de lutter contre le réchauffement climatique en multipliant les unités de méthanisation qui prélève le carbone organique en lieu et place d'une restitution adéquate aux sols. Quels peuvent bien être les bilans énergétiques, environnementaux dans ces conditions?Cela génère de l'activité économique, mais à quels coûts!
Répondre
R
Intéressant Philos cette réflexion sur la méthanisation.<br /> <br /> Il en pousse de partout. <br /> Je ne suis pas du tout un spécialiste de la question. Je pense toutefois que le méthane utilisé est utilisé à la place d'autres énergies fossiles, gaz naturel, pétrole. <br /> <br /> Cela ne change donc pas la quantité de CO2 émise tant que nous n'avons pas assez de production d'énergie renouvelable sans carbone.<br /> Si un lecteur a une réponse technique sur le sujet, cela serait intéressant.<br /> <br /> https://www.ademe.fr/expertises/dechets/passer-a-laction/valorisation-organique/methanisation<br /> https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/fiche-technique-methanisation-201502.pdf<br /> http://www.energivie.info/sites/default/files/documents/fichetechniqueprojetsagricole.pdf