Les amours du hêtre (ou Fouteau ou Fayard) arbre du mois

Publié le 24 Octobre 2018

 Fleurs de Hêtre commun ou Fouteau ou Fayard (Fagus sylvatica)

Fleurs de Hêtre commun ou Fouteau ou Fayard (Fagus sylvatica)

Hêtre commun

Nom scientifique
: Fagus sylvatica L., 1753


Origine du nom : vient du vieux francique « haister » composé de deux partie, l’une « hais » signifiant « buisson » et l’autre « ter » signifiant arbre. Vous remarquerez que ce radical a donné « tree » (arbre) en anglais et « de » ou « der » apparait dans en fin de mot dans certains  noms d’arbres allemands (le tilleul, Linde)
Quelques noms communs du hêtre :   Hêtre, Fouteau, Fayard, Favinier, Fau (comme les faux de Verzy) .

 

Allemand/dialecte: Rot-Buche

Date de l’observation : Vibersviller le 22 octobre

Famille de plantes : celle des fagacées, famille de plantes qui contient moins d’une dizaine de genres dont le hêtre, le chêne, le châtaigner mais pas moins de 900 espèces. En France il n’existe qu’une sorte de hêtre et de châtaignier mais une dizaine de sortes de chênes.
 

Catégorie : arbre

Hauteur: 25 à 40 mètres!

Tronc : tronc à écorce grise, lisse qui a elle seule permet d’identifier un hêtre en hiver sans les feuilles. Le houppier est en « casque », plus ou moins hémisphérique.

Floraison : avril-mai
Les hêtres possèdent des fleurs mâles et femelles et sont donc monoïques. Ils sont séparés contrairement à la plupart des plantes à fleurs herbacées et de nombreux arbres comme les rosacées (arbres fruitiers, pommiers, poiriers, amandiers… et fabacées (Robinier faux-acacia…)

Ces fleurs n’apparaissent sur  les arbres que vers l’âge de 40 à 50 ans et même 20 ans plus tard s’ils sont en peuplements denses.


 

 Fleurs mâles de Hêtre commun ou Fouteau ou Fayard (Fagus sylvatica)
 Fleurs mâles de Hêtre commun ou Fouteau ou Fayard (Fagus sylvatica)

Fleurs mâles de Hêtre commun ou Fouteau ou Fayard (Fagus sylvatica)

Fleurs :
Les fleurs sont très discrètes, sans couleur voyante.
les fleurs mâles sont constituées de groupes de 8 étamines elles-mêmes regroupées en chatons globuleux. Quand les étamines sont mûres elles sont jaunes, leurs sacs polliniques sont gonflés de grains de pollen jaunes. Les grains de pollen vont être transportés comme toute poudre très fine et sèche par le vent. Les étamines se dessèchent ensuite et deviennent brunes.

Les fleurs femelles sont vertes regroupées par deux aux aisselles des  feuilles. Elles sont entourées de petites écailles foliaires rouges hérissées.
Ces fleurs, mâles et femelles n’ont ni pétales, ni sépales visibles.

Evolution des fleurs femelles  de Hêtre commun ou Fouteau ou Fayard (Fagus sylvatica)
Evolution des fleurs femelles  de Hêtre commun ou Fouteau ou Fayard (Fagus sylvatica)
Evolution des fleurs femelles  de Hêtre commun ou Fouteau ou Fayard (Fagus sylvatica)
Evolution des fleurs femelles  de Hêtre commun ou Fouteau ou Fayard (Fagus sylvatica)

Evolution des fleurs femelles de Hêtre commun ou Fouteau ou Fayard (Fagus sylvatica)

Pollinisation :
Les étamines réunies en chatons sont typiques des plantes primitives.  Les fleurs mâles  produisent  dans ces chatons de très nombreux grains de pollen qui peuvent colorer le sol en jaune aux alentours des arbres.
 Cette profusion de pollen  permet d’atteindre plus surement les fleurs femelles d’un autre hêtre. Cette mission n’est pas confiée aux insectes mais au vent, c’est une pollinisation dite anémophile (anemos = le vent).
Le vent ne va pas de fleur en fleur de manière très précise comme le font les insectes. Il faut donc que cette  quantité de pollen compense la faible précision de la pollinisation.
Ce type de plante à chatons dépense plus d’énergie à fabriquer du pollen  qu’une plante associée à des insectes. Elle en dépense un peu moins pour se colorer comme le font les fleurs des champs pour attirer les insectes et les faire prélever ou donner du pollen.
Pour les spécialistes  ce serait une plante moins évoluée que les plantes à fleurs colorées de nos champs.

A noter que le pollen du hêtre est classé comme allergisant faible et donc provoque chez certaines personnes très sensibles, des allergies



 

Faînes de  Hêtre commun ou Fouteau ou Fayard (Fagus sylvatica)
Faînes de  Hêtre commun ou Fouteau ou Fayard (Fagus sylvatica)

Faînes de Hêtre commun ou Fouteau ou Fayard (Fagus sylvatica)

Fruits : ce sont des faînes, des akènes de forme pyramidale d’environ 2cm de long et de 0.6 à 1 cm de large à la base. Ils sont lisses et bruns.
 Ces faînes sont contenues dans des cupules hérissées d’épines courbées. Elles ressemblent aux châtaignes, lointain cousin du hêtre.
Remarquez que ces pointes sont issues des feuilles rouges et très étroites qui entouraient les fleurs femelles.
Notez l’évolution sur les photos.

Les faînes sont riches en matières grasses  non saturées (40%) et en amidons. Elles constituent une nourriture de premier ordre pour de nombreux  animaux de la forêt : chevreuils,, sangliers, écureuils, campagnols, mais aussi mésanges, pics, pinsons.
Autrefois le droit de faire paître les animaux domestique sous les hêtres et chênes était recherché et réglementé.
Pour l’homme, les faînes de hêtre sont toxiques  mais seulement  si elles sont consommées en grande quantité. Elles contiennent de la fagine qui provoque des nausées et troubles intestinaux. Cette toxicité est réduite par le  grillage des faînes.
L'huile obtenue des faînes est de grande qualité.

 


Nous reviendrons sur le Hêtre arbre pilier de nos forêts, sur ses qualités de bois et d'aliment  car il n’est pas possible d’en décrire tous les facettes en un seul article.




Texte,  photos, bibliographie  Roland Gissinger (Anab)


Bibliographie :

https://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%AAtre_commun
http://www.lesarbres.fr/hetre.html
https://fr.wikipedia.org/wiki/Fa%C3%AEne

Rédigé par ANAB

Publié dans #Arbres

Commenter cet article
G
bonjour à tous,<br /> Bravo Roland et autres commentateurs; En tant que forestier retraité je suis sensible à la beauté de cet arbre magnifique qui peuple nos campagnes (parfois) et nos forêts (surtout). Le hêtre - certes comme beaucoup d'autres essences feuillues - est cependant menacé dans nos contrées par l'évolution climatique: il lui faut de l'eau (750 mm/an) et surtout un minimum d'humidité atmosphérique. Merci pour ces commentaires toujours éclairants et pour ces très belles photos.<br /> C'était quoi la question déjà?: Hêtre ou ne pas hêtre? Allez, il fallait bien que quelqu'un la fasse!<br /> Amitiés.
Répondre
J
Quel plaisir de grignoter des faînes lors de balades automnales en forêt !<br /> J'adore, tout comme les arilles de l'if, les "Schnuderbällala". <br /> Et les feuilles du Pain de coucou (Oxalis). Et d'autres choses encore dont il vaut mieux ne pas abuser.<br /> Arrêtons de faire peur, précisons simplement où est le risque !
Répondre
R
Merci Jean-Paul de nous ramener au bon sens. Oui, ces faînes sont toxiques mais si on en mange beaucoup . Rien à voir avec la belladone, le muguet ou d'autres baies elles, vraiment toxiques.<br /> <br /> J'amende mon article.
J
super article... comme toujours! nom commun du hêtre : on pourrait aussi ajouter "Fau" près de chez moi les faux de Verzy (ref :PROULT Isabelle. « Fagus sylvatica l. var. tortuosa pepin , le vrai du fau... »<br /> • Revue française d'histotechnologie , 2008, vol. 21, no1, pp. 109-116) amicalement JLC
Répondre
R
Merci Jean-Luc de vos compliments et de ces précisions. <br /> Les noms communs du hêtre ne manquent pas., je le rajoute.<br /> Vous avez bien de la chance de pouvoir admirer à loisir ces fameux faux de Verzy.
H
La génération de mes parents a ramassé les fruits pendant la guerre pour en faire de la farine. Cuisiné la fâine n'est plus toxique. Elle a aussi servi de remplacer le muckefuck ou mocca faux dans cette période.
Répondre
R
Merci Hans de rappeler cet usage. <br /> Le hêtre peut être consommé, pas seulement en bois de chauffage et d’œuvre, nous reviendrons sur ce sujet intéressant.
C
Bonjour Roland,<br /> En automne où les feuilles du hêtre prennent toutes les nuances jaune-rousses des gelées de coing,ton article arrive fort à propos.<br /> Je me permettrai simplement d'apporter quelques compléments ethnobotaniques de détail sur la faîne.<br /> J'emprunte ici tous les éléments aux livres de François Couplan (Encyclopédie des plantes comestibles d'Europe). Je cite:<br /> Les graines ou "faînes"renferment dans leur péricarpe une substance toxique apparentée aux saponines ,la fagine, thermostable.<br /> L'absorption de grandes quantités de faînes a pu causer des troubles gastro-intestinaux,hépatiques,rénaux et respiratoires.<br /> La fagine n'étant pas liposoluble,l'huile que l'on extrait des graines est inoffensive;"<br /> En effet "les graines peuvent être grillées et salées,comme des cacahuètes".<br /> On peut en faire un beurre végétal ,toujours selon François Couplan.<br /> Mais,il faut surtout rappeler l'huile de faînes qui était très estimée autrefois.<br /> Cette huile se bonifie en vieillissant.<br /> On peut encore trouver,en cherchant bien, dans le commerce de l'huile de faînes.<br /> Elle est est excellente.Et comme un Champagne connu" à goûter au moins une fois dans sa vie"!<br /> Il y aurait encore bien des choses à dire sur le hêtre ,mais je laisse là Roland le faire.<br /> Je ne peux cependant pas m'empêcher de rappeler que au delà de sa place dans nos forêts,le h^tre est un élément structurant du paysage rural.<br /> En Pays de Caux (Haute Normandie)le hêtre participe au clos masure comme double haie de hêtres autour des fermes traditionnelles ,pour briser le vent.
Répondre
R
Bonjour Christian,<br /> <br /> merci beaucoup de ce complément très intéressant à cet article sur le hêtre.