Osmie cornue, Osmie rousse

Publié le 17 Avril 2019

Osmie cornue, Osmie rousse  (Osmia cornuta) Photos : Gilles Weiskircher (Anab)
Osmie cornue, Osmie rousse  (Osmia cornuta) Photos : Gilles Weiskircher (Anab)
Osmie cornue, Osmie rousse  (Osmia cornuta) Photos : Gilles Weiskircher (Anab)

Osmie cornue, Osmie rousse (Osmia cornuta) Photos : Gilles Weiskircher (Anab)

Nom scientifique : Osmia cornuta (Latreille, 1805)
synonyme de Osmia rufa

 

Date de l’observation: 31 mars 2019 à Zetting, sur un vieux mur de maçonnerie


Famille : Megachilidaea


Taille : La taille de la femelle d'Osmia cornuta atteint 12 à 15 mm

 

Période d’observation : L'Osmie cornue est la plus précoce des espèces, et il n'est pas rare de la voir s'activer dès mars, y compris quand les autres insectes volants se retrouvent en quelque sorte "cloués au sol", faute d'une température ambiante suffisante. La période de vol s'étale de mars à juin. Butinant le jour par des températures de l'ordre de 12 à 14 °C, elle est l’un des premiers pollinisateurs de nombreux fruitiers. C'est pourquoi des nichoirs à osmies sont parfois installés dans les vergers.

Osmie cornue,Osmie rousse  (Osmia cornuta) Photos : Gilles Weiskircher (Anab)

Osmie cornue,Osmie rousse (Osmia cornuta) Photos : Gilles Weiskircher (Anab)

Description :

Particularités : L'espèce est dotée d'un avant-corps noir, et d'un abdomen franchement roux. La femelle porte sur le front (clypeus) 2 minuscules "cornes", d'où le nom de "cornuta" donné à l'espèce. Le mâle ressemble à la femelle, mais une touffe faciale de poils blancs remplace les "cornes".

 

Reproduction : La période de nidification s'étale du mois de mars au mois de juin. Les premières osmies à émerger de leur logette sont donc les mâles qui s'agglutinent autour des trous d'envol pour attendre l'émergence des femelles. Les œufs de 4 à 6 mm de diamètre, éclosent au bout d'une semaine. La femelle peut choisir le sexe de ses œufs, en choisissant ou non de féconder ses œufs. Car les mâles sont haploïdes (issus d’œufs non fécondés) alors que les femelles sont diploïdes et proviennent d’œufs fécondés.

 

L’Osmie cornue est une espèce d'abeille sauvage, présente dans toute l'Europe (sauf dans les pays nordiques).
Elle est l'une des nombreuses espèces d'abeilles solitaires (plus de 35 espèces d'osmies, rien qu'en France).

Cette espèce a disparu de la plupart des zones d'agriculture intensive, mais elle survit bien dans certaines zones urbaines, dans les friches, les parcs publics et les zones de jardins notamment.

Nourriture :

Elle récolte le pollen des Rosacées, Brassicacées, Salicacées, Fabacées . Le nectar est récolté sur le colza (Brassica napus), les pruniers (Prunus), poiriers (Pyrus), les saules (Salix), les trèfles (Trifolium), les pulmonaires (Pulmonaria) etc. Elle est donc polylectique (ou pollinisateur généraliste) avec une tendance à butiner les Rosacées.

trou d'Osmie cornue, Osmie rousse (Osmia cornuta) Photos : Gilles Weiskircher (Anab)
trou d'Osmie cornue, Osmie rousse (Osmia cornuta) Photos : Gilles Weiskircher (Anab)

trou d'Osmie cornue, Osmie rousse (Osmia cornuta) Photos : Gilles Weiskircher (Anab)

Biologie :
L'osmie utilise ou réutilise un trou existant, généralement d'environ 8 à 10 mm de diamètre, menant à une cavité de forme allongée, qu'elle aménage. Il peut s'agir de :

  • tiges creuses ;
  • galeries dans les murs, les pierres tendres, voire dans le sol ;
  • interstices dans les châssis de fenêtres ;
  • anciennes galeries creusées par d'autres espèces d'hyménoptères ;
  • galeries naturelles ou non, percées dans des boiseries s'ouvrant par des trous d'un diamètre de 8 à 10 mm ;
  • parfois même des coquilles d'escargot.

La galerie est d'abord soigneusement nettoyée, avant que l'osmie n'y ponde (jusqu'à une quinzaine d’œufs). Une même galerie peut être réutilisée durant des années. L'osmie construira jusqu'à une quinzaine de cellules en enfilade du fond de la galerie à son entrée. La dernière cellule est fermée par une paroi maçonnée en terre, souvent choisie de manière que la couleur contribue à camoufler l'entrée.

Après une diapause de près de dix longs mois, les premières Osmies cornues émergent de leurs loges

Habitat: Discrètes et solitaires, elles peuvent cependant nicher en petites bourgades lorsque les abris naturels ou artificiels sont suffisamment nombreux

 

Statut : Liste rouge européenne de l'UICN 2014

 



Texte, photos, et bibliographie : Gilles Weiskircher (Anab)

 


 

 

Source :  https://www.futura-sciences.com/planete/definitions/zoologie-osmie-cornue-11666/

Rédigé par ANAB

Publié dans #Insectes de chez nous

Commenter cet article
S
On en apprend des choses ici, Merci. Cdlt.
Répondre
R
Merci Streb de ce commentaire
B
Bonjour, <br /> J'élève les osmies cornues, les osmies rousses et les megachiles sculpturalis depuis plusieurs années dans des morceaux madriers perforés de trous de 10 mm, plus un hôtel à insectes (3 étoiles !).. Tout ce petit monde est nombreux chaque année de mars à juin. Mais cette année chez nous ( Marignane ) il y a un déficit de fleurs, sécheresse.Les colonies sont moins fournies qu'à l'habitude...<br /> Cordialement
Répondre
R
Bonjour Pierre-Jean,<br /> <br /> merci de ton commentaire compétent qui complète cet article de Gilles