Chèvrefeuille des haies, Camérisier des haies (arbre du mois), Chèvrefeuille à balais

Publié le 12 Mai 2019

Fleurs géminées de Chèvrefeuille des haies, Camérisier des haies  (Lonicera xylosteum)

Fleurs géminées de Chèvrefeuille des haies, Camérisier des haies (Lonicera xylosteum)


Ce petit arbrisseau est en floraison en ce moment. Il se cache dans les lisières ou  dans les forêts. Sa particularité est d'avoir des fleurs et fruits toujours par 2.
Attention à ces  beaux fruits qui ressemblent aux groseilles ou aux griottes, ils sont toxiques.
R
oland

 


Nom scientifique : Lonicera xylosteum L., 1753

Nom en allemand/dialecte : Rote Heckenkirche

Observation : 9mai à Bettwiller

Famille de plantes : les Caprifoliacées, celle des chèvrefeuille, de la scabieuse, des knauties.

Cette famille a été recomposée (c‘est courant par les temps qui courent,  même chez les plantes)  avec la  famille des Dipsacacées, (scabieuses, cardères)  après des études génétiques et phylogénétiques. La filiation actuelle se base sur la présence de gènes liés aux organes typiques des végétaux, producteurs d’énergie et d’oxygène, les chloroplastes.
 

Tronc : arbre atteignant 1 à 2 m de haut, à feuilles non caduques, tiges grêles et dont l’écorce desquame en fines lanières.

Longévité : 30 à50 ans

Feuilles : feuille vert clair, non dentée, ovale. Sa taille est  de 2 à 6 cm, deux fois plus longue que large et son pétiole est court. La face inférieure, plus claire, est couverte de poils mous.
 

Floraison : mai à juillet

Fleurs géminées de Chèvrefeuille des haies, Camérisier des haies  (Lonicera xylosteum)
Fleurs géminées de Chèvrefeuille des haies, Camérisier des haies  (Lonicera xylosteum)
Fleurs géminées de Chèvrefeuille des haies, Camérisier des haies  (Lonicera xylosteum)

Fleurs géminées de Chèvrefeuille des haies, Camérisier des haies (Lonicera xylosteum)

Fruits géminés de Chèvrefeuille des haies, Camérisier des haies  (Lonicera xylosteum)
Fruits géminés de Chèvrefeuille des haies, Camérisier des haies  (Lonicera xylosteum)

Fruits géminés de Chèvrefeuille des haies, Camérisier des haies (Lonicera xylosteum)

Couleur des fleurs :
Les fleurs portées par un pédicelle assez long, sont à deux lèvres, bicolores, blanches et jaune clair en périphérie. de 10mm.
Elles sont de manière spectaculaire toujours par deux (géminées) au bout des rameaux, mais sont sans odeur contrairement à d’autres espèces.
Elles sont pollinisées par les insectes.


 Distinction entre chèvrefeuilles :
Il existe d’autres chèvrefeuilles , celui des bois (Lonicera periclymenum) , dont les fruits forment des grappes et le Chèvrefeuille  noir,  de montagne (Lonicera nigra) aux fruits noirs.

Fruits : ce sont des baies rouge-groseille, de 5 à 10 mm, brillantes géminées comme les fleurs dont elles sont issues et soudées à la base.
La dissémination des fruits est réalisée grâce aux animaux.

Les enfants et adultes qui en mangeraient feraient une expérience désagréable de douleurs abdominales et vomissements.
Un des principes toxiques est appelé xylosteine. Il est amer et immangeable mais le fruit contient aussi des saponines peu digestes.

Habitat : espèce calcicole des chênaies, hêtraies thermophiles (orientés sud)  et lisières forestières
 

Origine du nom : du latin « lonicera »vient du nom d’un botaniste allemand Lonicer (1528-158) auquel Linné a voulu rendre hommage et  de « xylosteum», qui signifie pour « xylos » le bois, et « osteon », l’os,  allusion à la couleur de ses fleurs.

Médecine :
Etait utilisé pour ses propriétés émétiques (vomitif) , comme purgatif et son écorce pour réduire les calculs de la vésicule biliaire.
Pour décourager les éventuels utilisateurs de les tester signalons que les effets de la  toxicité apparaissent  avec quelques baies chez l’enfant et déjà  après une dizaine de minutes.
Vomissements abondants, diarrhées parfois sanglantes, sueurs, douleurs abdominales, vertiges, convulsions, tachycardie…



Usage :
arbre d’ornement de  jardins. La racine était utilisée pour teindre la laine en bleu.


Légende : comme la plante est toxique, le chèvrefeuille est en langage des fleurs un signe d’attachement éternel !
Pour la même raison il est censé protéger la maison contre laquelle il pousse …


Texte et photos Roland Gissinger (Anab)


Sources bibliographiques voir index biodiversité

 

Rédigé par ANAB

Publié dans #Arbres

Commenter cet article