Ichneumon suspiciosus

Publié le 17 Juillet 2019

Ichneumon suspiciosus -photos Gilles Weiskircher (Anab)
Ichneumon suspiciosus -photos Gilles Weiskircher (Anab)

Ichneumon suspiciosus -photos Gilles Weiskircher (Anab)

Nom scientifique : Ichneumon suspiciosus (Wesmael, 1845)

Nom commun allemand :
Ichneumon suspiciosus

 

Classification et famille : insecte hyménoptère de la famille des Ichneumonidés,
Schlupwespen en allemand


Date de l’observation:  3 mars 2019 à Herbitzheim

 

Longueur :  15 mm environ

 

Particularités :  Les ichneumonidés (ou guêpe tueuse d’insecte) sont des hyménoptères dont les antennes très longues (plus de 13 articles) les rendent  facilement
identifiables dans la nature.

 
Habitat : Ces insectes sont visibles de mai à septembre en bordure des haies, en forêt et autour du stock de bois de chauffage. Les adultes hivernent sous les écorces de conifères.

 

Ichneumon suspiciosus -photos Gilles Weiskircher (Anab)

Ichneumon suspiciosus -photos Gilles Weiskircher (Anab)

Biologie : En été, vous pouvez observer les adultes sur des apiacées, fleurs ombellifères. La femelle est endoparasite de chenilles de papillons de nuit (noctuelles, hépiales, géométridés…) Les ichneumons femelles, dotées d'un long ovipositeur, trouvent instinctivement les larves ou les chrysalides des papillons et des mites xylophages vivant dans le bois dans lesquelles elles implantent leurs œufs. Les larves d'ichneumon qui en sortent, se nourrissent des chenilles qui les ont hébergées. Une anecdote veut que Mme Darwin signala dans sa correspondance que Darwin, pourtant fils de pasteur, avait cessé de croire à l'existence d'un Dieu bienveillant lorsqu’il avait découvert le mécanisme de reproduction de la guêpe ichneumon, dont les larves se développent en « dévorant leur proie vivante de l'intérieur » tout en respectant scrupuleusement ses organes vitaux.

Ils sont ainsi de précieux auxiliaires du jardinier en tuant une quantité importante de chenilles. Chaque espèce d’ichneumonidés a un hôte privilégié. Certains s’en prennent surtout aux cochenilles, d’autres s’attaquent aux mouches à fruits, d’autres encore aux sirex (guêpes du bois) ou aux pucerons.

Précisons que ces guêpes sont en revanche totalement sans danger pour les hommes, les animaux autres que leurs hôtes et les plantes.

 

 

Texte, photos, et bibliographie : Gilles Weiskircher (Anab)

 

 
Source: http://jardifaune.canalblog.com/archives/2009/08/21/3137976.html

Rédigé par ANAB

Publié dans #Insectes de chez nous

Commenter cet article
M
Toujours très intéressant ! Un tout grand merci !
Répondre
R
merci Martine de ce commentaire et à bientôt