Dicranoweisia cirrata et les rhizoïdes des mousses

Publié le 27 Juillet 2019

Dicranoweisia cirrata - photos Gilles Weiskircher (Anab)
Dicranoweisia cirrata - photos Gilles Weiskircher (Anab)
Dicranoweisia cirrata - photos Gilles Weiskircher (Anab)

Dicranoweisia cirrata - photos Gilles Weiskircher (Anab)

Nom scientifique : Dicranoweisia cirrata Lindberg, 1869

 
Date de l’observation: 3 février à Zetting, sur un poteau de parc en bois


Classification et famille : mousse de la famille des Dicranaceae


Habitat:  sur les arbres , à leur pied et sur les rochers

 

Description: C’est une mousse commune formant des coussinets bas et denses de 1 à 2 cm de haut. Les feuilles desséchées sont crépues et pointues. La capsule présente une soie jaunâtre et longue.

Sporophyte de Dicranoweisia cirrata -grossissement 40 et 100 fois-  photos Gilles Weiskircher (Anab)
Sporophyte de Dicranoweisia cirrata -grossissement 40 et 100 fois-  photos Gilles Weiskircher (Anab)

Sporophyte de Dicranoweisia cirrata -grossissement 40 et 100 fois- photos Gilles Weiskircher (Anab)

Parlons rhizoïdes

 

Nous avons vu que les mousses ne possèdent pas de racines mais des rhizoïdes. Les rhizoïdes peuvent être assimilés à des racines mais n'en sont pas. En effet, les racines jouent un important rôle dans l'absorption minérale, ce qui n'est pas le cas des rhizoïdes qui n’ont qu’une fonction d’ancrage. Ils sont en quelque sorte l'ancêtre de la racine, élément anatomique apparu à la fin du Silurien, il y a environ 400 millions d'années.

Les rhizoïdes sont constitués de cellules mortes, sous forme de filaments. Les rhizoïdes peuvent aussi absorber de l'eau, mais l'ensemble de l'appareil végétatif des bryophytes en est capable. En effet, les mousses n’ont pas de sève, elles absorbent l’eau et les sels minéraux par diffusion dans leurs tissus.

 

Comme chez les végétaux dits « supérieurs » on parle de racine, tige et feuille, sensu stricto, pour décrire l’anatomie d’une mousse, on parlera de rhizoïde, de caulidie et de phyllidie pour indiquer que ce sont des structures bien différentes des autres végétaux qui ont un système vasculaire et des organes bien différentiés. Ces derniers sont appelés « cormophytes » : organismes végétaux possédant à la fois des tiges, des feuilles et des racines. Exemples : les fleurs des champs, les arbres de nos vergers.

Par opposition, les thallophytes sont des végétaux non vascularisés, sans feuille, ni tige, ni racine, possédant un corps indifférencié, le thalle, exemples : les mousses.
Pour mémoire, les lichens et les champignons autrefois étaient regroupés également dans les thallophytes, avant de constituer maintenant un règne un part.



Texte, photos, et bibliographie : Gilles Weiskircher (Anab)
 

Sources :

http://liboupat2.free.fr/Lichens/dicrano.htm

Rédigé par ANAB

Publié dans #Mousses-Algues

Commenter cet article