Saule à trois étamines, Osier brun, Saule amandier

Publié le 13 Novembre 2019

Saule à trois étamines, Osier brun, Saule amandier (Salix triandra)
Saule à trois étamines, Osier brun, Saule amandier (Salix triandra)

Saule à trois étamines, Osier brun, Saule amandier (Salix triandra)

Rameau et feuille de Saule à trois étamines, Osier brun, Saule amandier (Salix triandra)
Rameau et feuille de Saule à trois étamines, Osier brun, Saule amandier (Salix triandra)

Rameau et feuille de Saule à trois étamines, Osier brun, Saule amandier (Salix triandra)

Nom scientifique : Salix triandra L., 1753
Nom en allemand/dialecte : Mandel-Weide

Origine du nom : du latin « salix » -le saule- et « triandra » -trois mâles, allusion aux étamines, organes mâles,  groupées par 3-

Observation : le 10 novembre  à Schopperten
Famille de plantes : celle des salicacées qui comprend près de 1000 espèces surtout arbres et arbrisseaux dont la moitié sont des saules comme le Saule cendré, le Saule Marsault, le Saule blanc, le minuscule Saule myrtille (50cm) des marais de montagne mais aussi les peupliers, 50 espèces différentes  dans notre pays en métropole  dont le Peuplier noir   et le Tremble.
Tronc : arbuste très buissonnant plutôt qu’arbre d’environ 1.5 m et limité à 7 mètres de hauteur. Les jeunes rameaux sont anguleux et glabres.
Ecorce devenant olive crevassée, qui s’enlève en lambeaux  sur les vieilles branches.
Longévité : 20 à 40 ans

Feuilles : vert foncé, luisantes, finement dentées, très allongées de 2 à 15cm, glauques à la face inférieure, alternes.
Elles sont rétrécies au sommet en formant une pointe, subsessiles (très court pétiole) et 3 à 5 fois plus longues que larges.

étamines groupées pr trois- surles chatons mâles de Saule à trois étamines, Osier brun, Saule amandier (Salix triandra)
étamines groupées pr trois- surles chatons mâles de Saule à trois étamines, Osier brun, Saule amandier (Salix triandra)
étamines groupées pr trois- surles chatons mâles de Saule à trois étamines, Osier brun, Saule amandier (Salix triandra)

étamines groupées pr trois- surles chatons mâles de Saule à trois étamines, Osier brun, Saule amandier (Salix triandra)

Floraison : avril à juin, la floraison va de pair avec l’apparition des feuilles.
Couleur des fleurs : comme chez les autres saules, il existe des arbres femelles et des arbres mâles. Dans ce cas, l’espèce est dite dioïque (ce mot savant signifie en grec, « deux maisons »).
Les chatons mâles sont nus, jaunes et très allongés, gonflées de pollen. Les étamines sont groupées par trois, leur base est très velue. Les anthères du Saule à trois étamines  sont jaunes et leur style court. Une très petite feuille sous l’étamine dénommée écaille finement velue, est persistante après la floraison
 Les arbres femelles ont des chatons verts plus discrets. Leurs ovaires sont longuement pédicellés (situés au bout d’une petite tige). A l'occasion d'un prochain printemps, je rajouterai une photo.  
Fruits : capsules glabres, non velues de 4 à 6mm
 
Habitat : cet arbre aime les  bords des cours d’eau et les  endroits humides et ne supporte pas les lieux secs. Il est présent le long des étangs, rivières, fossés.
Il est peu fréquent dans notre région.
Médecine : contient de la salicine qui peut se décomposer en acide salicylique (aspirine), utilisée depuis la nuit des temps comme anti inflammatoire, fébrifuge, stimulant. Il contient beaucoup de tanins et est  astringent. Il a été utilisé aussi pour atténuer les problèmes ophtalmiques et les maux de tête.
Usage : arbre mellifère, qui apporte aussi aux abeilles des éléments nutritifs présents dans son pollen.
Il peut être utilisé comme haie et brise-vent.
Les feuilles de saule servent de fourrage pour certains mammifères. Son bois utilisé comme bois de chauffage est moyen car trop léger.
Dans des cas de forte disette, voici bien longtemps, certaines parties du bois du saule ont été utilisées pour faire de la farine mais qui est de très mauvaise qualité et amère...

Usage artisanal : ce saule est avec le Saule des vanniers, Salix vinimalis, et l’Osier pourpre, Salix purpurea,  un des plus utilisés pour la vannerie, la confection de paniers et objets tressés avec les rameaux.
En bois d’œuvre il est utilisé pour fabriquer des supports provisoires.


Texte et photos Roland Gissinger (Anab)





Sources bibliographiques voir index biodiversité

Rédigé par ANAB

Publié dans #Arbres

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article