Psoralée bitumineuse, Trèfle bitumineux, Herbe au bitume

Publié le 29 Décembre 2019

Fleurs de Psoralée bitumineuse, Trèfle bitumineux, Herbe au bitume (Bituminaria bituminosa)
Fleurs de Psoralée bitumineuse, Trèfle bitumineux, Herbe au bitume (Bituminaria bituminosa)
Fleurs de Psoralée bitumineuse, Trèfle bitumineux, Herbe au bitume (Bituminaria bituminosa)

Fleurs de Psoralée bitumineuse, Trèfle bitumineux, Herbe au bitume (Bituminaria bituminosa)

Nous partons à la découverte de cette plante curieuse de la famille du pois et qui a pour trait marquant de sentir le bitume.
Je vous le garantis, si vous mettez le nez dessus vous le détecterez à coup sûr et vous en souviendrez.
Elle est surtout présent dans le tiers sud du pays mais le site de référence de l’INPN indique qu’elle est ou a été  présente dans 4  mailles de notre région dont l’une en Alsace Bossue.
Roland

Nom scientifique :  Bituminaria bituminosa (L.) C.H.Stirt., 1981
Son nom a pas mal changé les dernières années. Vous pouvez le  retrouver sous Psoralea bituminosa L ou d’autres noms.

Origine du nom : du latin  « Bituminaria» qui désigne le bitume et son odeur . 
repris dans ses noms communs français, allemand et autres.

Nom en dialecte et allemand :  Asphalklee

Nom anglais : Arabian pea or pitch trefoil


Date de l’observation: le 22 mai dans la commune Les Vans, en Ardèche

Famille de plantes :. Les vesces comme les  trèfles  appartiennent  à la famille très importante au niveau économique,  des Fabacées.  C’est une des premières sources de nourriture pour un très grand nombre de personnes.

Pour ceux qui s’intéressent à l’identification et aux noms des plantes il existe une difficulté.
Les fabacées sont nombreuses. Il existe une quinzaine de 15 vesces (genre Vicia) et une douzaine de gesses (genre Lathyrus).
En fait ce n’est pas si compliqué une fois identifié une espèce de chaque genre.
D’autres  genres  sont bien plus difficiles à cerner comme les onagres ou les alchémilles.

Chez une vesce, au contraire des gesses :
-  les folioles sont petites et nombreuses - 3 à 12 paires-,
- les nervures des feuilles sont sans nervures secondaires  ou à nervures tout le long de la nervure principale.
- la tige  n’est pas ailée au contraire de la quasi-totalité des gesses.
- le tube des étamines est tronqué obliquement au lieu de coupé à angle droit. Cette différence est visible sur la fleur et souvent sur le fruit (la gousse).
Il est bien sûr plus simple d’avoir quelques explications sur le terrain  et il faut une bonne loupe de botaniste, grossissement 10 fois.


Tige : ressemble à une luzerne mais avec de grandes feuilles, plante vivace

Hauteur: de 20 à 100 cm

Feuillage: feuilles longuement pétiolées composées de  3  folioles (petites parties de la feuille) allongés , ovales de 1 à 6 cm, et 0.5 à 3 cm de  large. Le bord des folioles est blanchâtre et l’extrémité lancéolée. Les petites feuilles à l’attache de la feuille ou stipules  sont très petites au contraire d’autres fabacées.
L’odeur de bitume des feuilles est très marquée. Les glandes sécrétrices de ces substances odorantes, sont jaunâtres et visibles à la loupe d’autres fabacées.

Feuille et localisation de la Psoralée bitumineuse, Trèfle bitumineux, Herbe au bitume (Bituminaria bituminosa)
Feuille et localisation de la Psoralée bitumineuse, Trèfle bitumineux, Herbe au bitume (Bituminaria bituminosa)

Feuille et localisation de la Psoralée bitumineuse, Trèfle bitumineux, Herbe au bitume (Bituminaria bituminosa)

Floraison: de mai à novembre
 

Couleur des fleurs: corolles d’un beau bleu-violacé,  à symétrie bilatérale en forme de papillon typique des Fabacées, comme la luzerne et les trèfles, groupées par en faux capitule de 3 cm environ globuleux formé de 8 à 30 fleurs. Elles sont portées par un pédoncule et entourées de petites feuilles ou bractées.
La forme est allongée
L’étendard, glabre à l’extérieur est le pétale le plus grand de couleur et est coloré comme les 2 pétales sur les côtés (les ailes ) tandis que celui du bas appelé carène est blanc. Elle possède 10 étamines  et un pistil comme toutes les fabacées. Les dents du calice de 12 à 18mm sont droites et velues.



Habitat: apprécie les endroits chauds et ensoleillés comme les garrigues, les bois clairs, les bords des chemins et des champs.

Fruit : une gousse droite,  finement velue longue de 20 mm.

Confusion :
risque de confusion avec la Luzerne cultivée, Medicago sativa qui lui ressemble beaucoup . Les feuilles sont moins dentées et n'ont pas de périphérie blanchâtre. L'odeur  de bitume est absente chez la luzerne. Son capitule est nettement allongé  mais globuleux chez la Psarolée. Si les fruits sont présents, vous pouvez observer que celui de la Psarolée est droit, allongé en gousse, celui de la luzerne est enroulé sur lui-même en spirale.


Usage alimentaire : difficile à avaler vu son odeur.
 Elle provient de la combinaison de substances contenues dans ses cellules : phénols, terpènes et glucosides, sucres spéciaux.
La Psarolée contient des flavanoïdes spécifiques des Fabacées des ptérocarpènes, bitucarpène  A et B noms barbares qui désignent des molécules inédites présentes dans cette plante.


Usage industriel :
Plante pouvant être utilisée pour faire de la rémédiation- épuration de sols pollués par des métaux lourds comme le plomb,le chrome,le nickel... toujours toxiques
La Psarolée bitumineuse pourrait aussi servir de matière de base de médicaments avec ses furanocoumarines (Psoralène 1et angelicine 2) pour des synthèses de matières actives très recherchées.

Médecine :
autrefois elle était utilisée pour guérir l’épilepsie , diminuer les spasmes et la fièvre.
Des plantes cousines sont  utilisées en Inde et Chine pour guérir des maladies de peau très graves comme la lèpre.
Des travaux montrent que cette plante a une réelle activité antibactérienne mais peu d'activités antioxydantes contre les radicaux libres.


Comme toujours, et avant toute utilisation, il faut consulter un médecin pour être averti des éventuels effets indésirables ainsi que des interactions


Texte,  photos, bibliographie  Roland Gissinger (Anab)


Sources bibliographiques voir index biodiversité
thèse universitaire algérienne du 20/4/2016 sur la chimie et les effets biolgiques de Bituminaria bituminosa

Rédigé par ANAB

Publié dans #Biodiversité hors région, #Fleurs violettes

Commenter cet article
F
bonjour, auriez vous d'uatres info sur comment tirer de cette plainte ses benefices biochimiques? tisane? maceration? autres? j'en ai pas mal dans mon terrain. merci beaucoup d'avance . mona
Répondre
R
<<<<bonjour Mona,<br /> <br /> cette plante n'est pas classée comme étant très utile à part ses propriétés anti-bactériennes.<br /> Nous ne connaissons pas d'ouvrages citant son usage comme tisane.<br /> <br /> Il a été démontré qu'elle absorbe aussi facilement tous les polluants.<br /> Il faut donc être bien certain que votre sol n'est pas pollué , n'est pas une ancienne décharge.<br /> Vous devez donc être très très prudente.
D
Delaude. J’ai un terrain envahi par cette plante ! Je voudrais savoir comment m’en débarrasser. Merci
Répondre
A
Bonjour Delaude,<br /> <br /> désolé de ne pouvoir répondre à ta demande,<br /> nous sommes une association de protection de la nature et non des spécialistes de l'arrachage ou de l'élimination d 'espèces. Peut-être un site de jardinage répondra à ta question ?<br /> <br /> Roland