Cirse des champs, Chardon des champs

Publié le 12 Février 2020

Cirse des champs, Chardon des champs (Cirsium arvense )
Cirse des champs, Chardon des champs (Cirsium arvense )

Cirse des champs, Chardon des champs (Cirsium arvense )

Feuilles et piquants acérés du Cirse des champs, Chardon des champs (Cirsium arvense )
Feuilles et piquants acérés du Cirse des champs, Chardon des champs (Cirsium arvense )

Feuilles et piquants acérés du Cirse des champs, Chardon des champs (Cirsium arvense )

Ce Cirse des champs n’est pas celui du quiz. C’est un proche cousin et on les retrouve souvent ensemble sur les mêmes milieux, pâtures sur- pâturées, lieux incultes,  chemins. Il est une peste pour les agriculteurs car c’est un redoutable envahisseur.
Un point facile pour le reconnaitre : ses petits capitules roses et ses feuilles très piquantes et douloureuses, si on les prend à pleines mains mais personne n’aura cette bête idée !!

Roland


Nom scientifique : Cirsium arvense (L.) Scop., 1772

Nom commun dialecte / allemand : Acker-Kratzdistel

Autres noms communs : Herbe aux varices, Chardon des vignes

Origine du nom : 
dérive  du mot grec  «kirkos»,  qui désignait un chardon ou de « kirsos «  varice, plante destinée à guérir les varices selon  la théorie antique des signatures et  du latin « vulgare  »,  commun.

Date de l’observation:  8  septembre à Pont Neuf

Famille de plantes : celle de la marguerite, du bleuet, du pissenlit, des centaurées. (Famille des Astéracées). Cette famille de plantes est particulière car la fleur est en fait un ensemble de fleurs réunies en une tête serrée, on dit un capitule. C’est une famille de plantes très évoluée. Elle se signale aux insectes comme une grande et seule fleur mais en fait, l’insecte visite plusieurs fleurs sur chaque capitule et plusieurs capitules. Les fleurs sont souvent munies d’aigrette ou parachute que le vent transporte au loin. Le nombre de fleurs et les aigrettes donnent de grandes facultés de dissémination. L’occupation des sols par ces plantes est plus rapide que la plupart des autres plantes. C’est pourquoi aussi de nombreuses astéracées, d’origine « exotique », sont considérées comme invasives
Ce cirse   appartient à cette très grande famille de plantes astéracées qui couvre toute la planète avec ses 23000 espèces

Les caractères distinctifs des cirses comme le Cirse vulgaire  ou le Cirse maraîcher sont :
- fleurs de type tubulaire
- akènes avec   aigrette comme de nombreuses autres astéracées mais avec des soies plumeuses
- ensemble des bractées (petites feuilles sous le capitule) sur plusieurs rangs et
- feuilles alternes, vertes


Catégorie: Plante vivace.    
Hauteur: 50  à 150 cm

Tiges et racines: la tige est moins robuste que celle des deux cirses cités et rameuse au sommet, non ailée, ni épineuse. Racine interminable plus de 20 à 30 cm et qui peut atteindre 2.8 mètres.  Les racines sont de plusieurs types : verticales et épaisses ou fines, horizontales, Vous pouvez imaginer pourquoi c’est  une terreur pour les jardiniers ou agriculteurs qui l’ont laissé s’installer.



Feuilles: feuilles indivises, assez  découpées (pennatifides) glabres sur le dessous de 15 à 20cm de long pour 2 à 3 cm de large.
Elles sont sans piquants sur le dessus mais possèdent sur les bords des aiguillons très piquants,  fins et pénétrants.

Les feuilles ont la face inférieure verte c'est-à-dire glabre ou blanchâtre, couverte de petits poils fins.
Les folioles sont géométriques, triangulaires.


 

Capitules  du Cirse des champs, Chardon des champs (Cirsium arvense )
Capitules  du Cirse des champs, Chardon des champs (Cirsium arvense )
Capitules  du Cirse des champs, Chardon des champs (Cirsium arvense )

Capitules du Cirse des champs, Chardon des champs (Cirsium arvense )

Graines -akènes ave soie plumeuses en gros plan du Cirse des champs, Chardon des champs (Cirsium arvense )
Graines -akènes ave soie plumeuses en gros plan du Cirse des champs, Chardon des champs (Cirsium arvense )

Graines -akènes ave soie plumeuses en gros plan du Cirse des champs, Chardon des champs (Cirsium arvense )

Floraison: de juin à octobre
 
Couleur: rose-clair à pourpre clair, petits  capitules de 1 à 2cm, groupés en corymbes. Dans un corymbe, les fleurs sont sur un même plan mais la base de leur pédicelle ou tige est insérée sur différents niveaux de la tige principale.
Fleurs petites, pas plus de 2   à 3  mm, et  nombreuses. Elles sont toutes tubuleuses au contraire des fleurs de pissenlit qui sont dites en languette.
Ce cirse des champs a la particularité d’être dioïque, donc les plants sont mâles ou femelles mais pas toujours !!

Les capitules sont entourés par des bractées en forme de petites feuilles couvertes de petites pointes peu  piquantes..

Le nectar est très abondant chez cette fleur et accessible à tous les insectes. Ce cirse est donc facilement fécondé par l’attrait de ses arômes à odeur de miel. A l’inverse elle  attire en même temps  de nombreux prédateurs.

Confusion :
Ne  pas confondre avec le  Cirse vulgaire , souvent  présent à ses côtés. Les capitules du Cirse vulgaire sont beaucoup plus volumineux. Les bractées qui entourent le capitule (la fleur) sont très piquantes et hérissées, ceux de ce Cirse des champs, sont peu piquants.
Il existe une quinzaine de cirses en France qui sont nombreux dans les Alpes et 9 dans notre région. La quasi-totalité des cirses est  de couleur rouge –violacé.

 
Fruits Les fruits sont des akènes de 3 à 4 mm avec une aigrette ou parachute roussâtre aux soies plumeuses de 1 à 1.5 cm.
Chaque plante possède en moyenne 5 tête par tige et jusqu’à 20 tiges soit 100 capitules.
Chaque capitule possède 100 fleurons et peut  produire 10 000 graines dont 1% peuvent germer. Les chercheurs ont estimé une moyenne de  1530 graines par plant.
Le problème est que ces semences peuvent rester actives  plus de 20 ans dans le sol en attente de conditions favorables. Ils ont aussi remarqué que  grâce aux soies adhérentes à la graine  ( le gros parachute), le vent peut les emporter jusqu’à 10 km !
La croissance des rhizome souterrains est aussi phénoménale : 3 à 5 mètres par an.
Vous imaginez facilement la propagation potentielle de cette plante si elle n’est pas maîtrisée.

Habitat: espèce qui apprécie les sols azotés (nitrophile), les terrains incultes et les pierriers.
Il colonise les pâturages car ses piquants provoquent  un refus de broutage par les ruminants,

Utilisation alimentaire: la plante jeune est comestible :
les très jeunes tiges pelées  en salade, les réceptacles  des fleurs avant leur apparition à la manière des artichauts et même les racines.
Les fleurs séchées étaient utilisées pour cailler le lait.

Utilisation médicinale:
Etait utilisé comme fébrifuge, guérir certaines maladies du foie.

intérêt écologique : ce cirse est mellifère et sert de nourriture à des chenilles comme la Belle dame (Vanessa cardui) , des punaises, charançons et chrysomèles. Des oiseaux comme le Chardonneret élégant apprécie ces graines.


Statut de protection : plante très commune sans statut de protection. Au contraire, elle est considérée comme un fléau avec obligation de la détruire par les agriculteurs dans certaines régions françaises par arrêté préfectoral et dans d’autres  pays de manière permanente. Le Canada le considère comme un contaminant des graines de haute dangerosité. La présence de quelques plants au mètre carré peut diminuer le rendement des céréales de 20%.

Destruction de ce cirse :
Moyens de destruction ; herbicides comme le glyphosate, ou des pesticides organochlorés. Les méthodes sans produits chimiques par brûlage, arrachage, couverture doivent être répétées plusieurs années de suite.
L’introduction d’insectes ravageurs fait partie des méthodes utilisées : charançons, Mouche du chardon en particulier mais avec une efficacité limitée.
Des champignons comme Puccinia obtegens et des bactéries sont aussi utilisées pour diminuer l’expansion de ce cirse.


 

Texte et photos Roland Gissinger (Anab)



Sources bibliographiques voir index biodiversité

Rédigé par ANAB

Publié dans #Biodiversité de notre région, #Fleurs violettes

Commenter cet article