Le Gomphe joli ou Gomphe gentil

Publié le 12 Avril 2020

Photo Roland Gissinger  (Anab)

Photo Roland Gissinger (Anab)

Bonjour, je suis un Gomphe gentil.
Pourquoi gentil ? Certains disent, parce que je me prête toujours volontiers à une séance photo, d'autres trouvent mon visage presque souriant pour une libellule.


Nom scientifique : Gomphus pulchellus(Selys 1840)

 

Date de observation : juin dans une prairie humide à Dettwiller

 

Classification :

 

Le Gomphe joli fait partie de la famille des Gomphidés(Gomphidae). C'est une des cinq familles en Europe centrale, qui constituent le sous-ordre des Anisoptères, les libellules vraies.

Avec les Zygoptères, aussi appelés demoiselles, les Anisoptères constituent l'ordre des Odonates dans la classe des insectes.

Les anisoptères ont les ailes dépliées au repos au contraire des zygoptères et se reconnaissent à leur grand corps trapu. Leurs ailes antérieures  sont moins larges que les postérieures.
 

 

Période de Vol : avril à août

 

Taille totale : longueur 47-50mm pour une envergure de 56-65mm

Gomphus pulchellus femelle- Photo Roland Gissinger  (Anab)

Gomphus pulchellus femelle- Photo Roland Gissinger (Anab)

Identification :

 

Les Gomphidae sont les seuls Anisoptères à avoir les yeux bien séparés l'un de l'autre.

Le genre Gomphus se caractérise par une ligne jaune médiodorsale continue sur le dessus des segments abdominaux S3 à S7, chez Gomphus pulchellus ligne jusqu'au dixième segment. Le Gomphe joli est une libellule jaune et noire d'une taille moyenne, plutôt gracile.

Les pattes aussi sont noires et jaunes.

L'abdomen est plutôt mince, pas en massue dans les derniers segments comme chez les autres Gomphes.

 

Vu de profil du thorax,l'espèce est reconnaissable à une bande fine noire au milieu du thorax. Elle suit la totalité de la longueur de la suture interpleurale (voir la photo) reliant la base de l'aile antérieure à la deuxième paire de pattes.

La teinte générale du mâle est plutôt verdâtre sur le thorax et la partie proximale de l'abdomen.

Les cercoïdes (extrémités de l’abdomen)  du mâle sont  divergents par rapport à la femelle.

 

On peut facilement différencier les femelles des mâles grâce à la forme de leurs ailes postérieures, qui est arrondie chez la femelle et anguleuse chez le mâle. La couleur des yeux chez les deux sexes est un bleu-gris pour les imagos.

 

Gomphus pulchellus. Notez les yeux bien séparés caractéristiques des Gomphidés-  Photo Roland Gissinger  (Anab)

Gomphus pulchellus. Notez les yeux bien séparés caractéristiques des Gomphidés- Photo Roland Gissinger (Anab)

Ligne noire ondulée sur le thorax typique d'un  Gomphus pulchellus femelle- Photo Roland Gissinger  (Anab)

Ligne noire ondulée sur le thorax typique d'un Gomphus pulchellus femelle- Photo Roland Gissinger (Anab)

Gomphus pulchellus mâle, bien visibles les pièces copulatrices sous le segment abdominal S2. Photo Guy George

Gomphus pulchellus mâle, bien visibles les pièces copulatrices sous le segment abdominal S2. Photo Guy George

Gomphus pulchellus mâle, Extrémités (cercoïdes) et ailes caractéristiques. Photo Guy George

Gomphus pulchellus mâle, Extrémités (cercoïdes) et ailes caractéristiques. Photo Guy George

Répartition et abondance :

 

En France et à l'ouest d'Europe le Gomphe joli est assez commun, sauf en Corse, mais sa répartition reste localisée.

En Alsace et en Moselle l'espèce est présente, mais de manière dispersée.

Originaire du sud-ouest de l'Europe, le Gomphe joli s'est étendu vers le nord et l'est, les dernières décennies. Probablement le changement du climat et la création de nouveaux sites d'extraction de sables et graviers en sont les raisons.

 




Biologie :

 

Le Gomphe gentil passe 2 ou 3 ans en stade larvaire dans les sédiments du fond de l'eau. La larve est carnivore et se nourrit surtout de petites larves d'insectes.

Après jusqu'à 15 mues l'émergence. Ce stade est la sortie de l’insecte parfait ou imago, c'est-à-dire, terminé avec ses ailes. Il a lieu à partir de fin avril à début mai.

Le vol imaginal (du mot imago) s'effectue après la fin d'émergence, qui dure moins d'une heure.

Les jeunes imagos quittent le plan- ou cours d'eau de naissance pour la « maturation », qui peut durer plusieurs semaines. On les observe dans les prairies ou souvent posés sur les chemins où ils chassent d'autres insectes, la nourriture principale de tous les libellules.

La maturation achevée, les imagos des deux sexes se rejoignent aux points d'eau. Les mâles n'aiment pas trop voler, ils sont territoriaux peu de temps. Quand une femelle arrive au point d'eau, elle est capturée par le mâle et le transfert de sperme s'effectue en cœur copulatoire, cette pratique unique de copulation des libellules.

Après l'accouplement, souvent pratiqué dans la végétation environnante ou sur le sol nu, la femelle pond les œufs dans l'eau. Elle est dépourvue d'ovipositeur et frappe la surface de l'eau pour déposer les œufs qui se fixent sur tout support immergé.

La larve éclot après deux mois et vit deux à trois ans dans l'eau.

 

Ecologie et Habitat :

 

Le Gomphe joli est l'un des rares Gomphidae indigènes, qui réalise son développement dans les eaux stagnantes, les ruisseaux et rivières à cours lents. Il préfère les plans d'eau comme des anciennes gravières et étangs piscicoles traversés par un cours d'eau. Ces habitats sont bien ensoleillés et plus ou moins végétalisés.
Les imagos se trouvent souvent posés sur les chemins et dans les prairies riches en fleurs près d'un milieu aquatique.

Il est fréquent de voir notre gentil Gomphe cohabiter avec les Orthetrums dans les mêmes habitats.

Comparaison des mâles Gomphe gentil (au milieu) et le Gomphe vulgaire et semblable. Pas d'abdomen en massue pour Gomphus pulchellus. Photo Dirk Pape-Lange

Comparaison des mâles Gomphe gentil (au milieu) et le Gomphe vulgaire et semblable. Pas d'abdomen en massue pour Gomphus pulchellus. Photo Dirk Pape-Lange

Statut et protection :

 

Le Gomphe gentil est une espèce non menacée en France. Elle est inscrite dans la Liste Rouge dans la catégorie LC= préoccupation mineure.

 





Textes : Hans-Jürgen  BLUM (Anab)
Photos  Guy George, Roland Gissinger (Anab),  Dirk Pape-Lange



"Remarque sur les photos:
Cette fiche d'une espèce de libellule contient des photos où des individus ont été capturés pour une identification à la loupe. Cette technique doit rester strictement réservé aux experts. La capture des espèces protégées par la loi, est interdite, sauf autorisation  écrite en vue d'études scientifiques.
Pour les individus immatures la manipulation par capture peut  devenir mortelle, les ailes encore collantes vont fusionner et c'est la mort de la libellule.



 

Bibliographie :

Photo-Guide des Libellules de France, Belgique, Luxembourg et Suisse  de Dirk Pape-LangeLibellen.tv

Guide des libellules de France et d'Europe. K.-D.B. Dijkstra, Delachaux et Niestlé, Paris, 2007

 Cahier d'Identification des Libellules de France, Belgique, Luxembourg et Suisse. Grand D., Boudot J.-P., Doucet G., Biotope, Mèze, 2014

Die Libellen Europas. H. Wildermuth,A. Martens, Quelle&Meyer, Wiebelsheim 2019

Webographie :
https://www.libellen.tv/

http://nature22.com/odonates22/anisopteres/gomphe_joli/gomphe_joli.html

http://meslibellules.fr/pagesweb/gomphidae/gomphus/gomphuspulchellus/gomphus-pulchellus-accueil.php

Rédigé par ANAB

Publié dans #Insectes de chez nous

Commenter cet article
H
superbe article , superbes photos en particulier les ailes de cette magnifique libellule , merci Roland
Répondre
R
Merci Anne-Christine de ton commentaire flatteur. Mais moi je n'ai fait que quelques photos. C'est Hans qui a réalisé tous les textes et les annotations des photos de cet article Un beau travail d'équipe puisque deux autres odonatologues y ont participé. <br /> <br /> Bravo à toi Hans!!
H
Bonjour aygues31,<br /> les Gomphidae et les Aeshnidae sont simplement deux familles différentes des Anisoptères, facile à distinguer par les yeux.Alors, pas de changement de la nomenclature.<br /> <br /> Anax nigrofasciatus n'est pas une espèce vivant en Europe. Elle est répandue en Chine;
Répondre
A
Bonjour,<br /> <br /> Je connaissais cette libellule sous le nom de Anax nigrofasciatus et je lis ici Gomphus pulchellus<br /> On parle ici de la famille des Gomphidae que je connaissais sous le nom de Aeshnidae.<br /> <br /> Je suis paumé !<br /> Ou ai-je tout faux ? Ou bien toute la nomenclature a changé
Répondre