Poteaux perchoirs pour rapaces

Publié le 19 Février 2020

Poteaux-perchoirs à rapaces dans un'"open field" à Rahling Moselle
Poteaux-perchoirs à rapaces dans un'"open field" à Rahling Moselle
Poteaux-perchoirs à rapaces dans un'"open field" à Rahling Moselle
Poteaux-perchoirs à rapaces dans un'"open field" à Rahling Moselle

Poteaux-perchoirs à rapaces dans un'"open field" à Rahling Moselle

Origine de  ces installations :
La raison de ces perchoirs est la dégradation des écosystèmes de nos campagnes, la dégradation du paysage :
aucune haie, aucun arbre sur lequel peut se reposer l’œil (et en particulier l’œil des rapaces). Des champs à perte de vue comme il en existe en Champagne mais aussi dans nos régions comme la proche Lorraine. Ces champs sont devenus de fait des espaces sans prédateurs naturels de campagnols.
Aucun arbre sur lequel se percher pour guetter ou se reposer les rapaces dont les rapaces nocturnes, grands amateurs de campagnols. Les rapaces aiment avoir une vue panoramique et leurs yeux très mobiles leur permettent  d’observer avec un angle très large.
Les renards n’ont aucune haie pour cheminer  à l’abri de prédateurs (chasseurs ou autres) et pour s’abriter en cas de danger.
Les renards dans les temps préhistoriques  avaient des prédateurs comme le loup, lynx, glouton. Ils ont gardé l’habitude de  cheminer le long des haies pour s’y mettre à l’abri en cas de danger.


Certaines  parcelles agricoles sont devenus des lieux d’infestation de petits rongeurs :
campagnol des champs et campagnol terrestre.
Cette infestation est favorisée par l’abondance et la qualité de la nourriture. En particulier un  couvert végétal permanent et assez haut est la seconde  condition. Si en plus il est riche en azote, c’est encore mieux. L’azote est le  facteur indispensable à la construction des protéines pour les muscles, les organes vitaux, le système nerveux et la croissance,. Les cultures de  légumineuses combinent ces points et constituent le summum pour le développement des campagnols. Ces rongeurs aiment aussi le colza dont les chaumes assez coriaces empêchent les rapaces de plonger sur eux sans se blesser.
Les agriculteurs soucieux de préserver l’environnement évitent d’employer les appâts anti rongeurs avec de la bromadiolone qui sont très toxiques pour les animaux domestiques, nappes phréatiques et rapaces . Ceux-ci  mangent les campagnols et certains  leurs cadavres.



 


Zones infestées par les rongeurs :
Les zones enherbées de riches herbes azotées  sont le point de départ dune colonisation qui va se transformer en  pullulation des espèces.
Le Campagnol des champs est capable d’avoir 3 à 4 portées de 2 à 12 petits. Chaque femelle est mature en 21 jours et les mâles en 30 jours. Sur une saison le nombre de descendants peut atteindre plus de 5000 par an.
Heureusement cette explosion de campagnols n’est pas infinie. A un moment la nourriture manque ou l’espèce est prédatée,  victime de maladies, de parasitisme. La population s’effondre. Ce phénomène cyclique  sur 5 à 6  ans est bien connu des agriculteurs.
 
Efficacité des rapaces :
Une Chouette chevêche adulte consomme en moyenne plusieurs centaines de ces petits rongeurs par an. Un  Faucon crécerelle. 1500, une Chouette effraie  plus de 2000 et  un  Moyen duc près de 3000,



Construction des perchoirs :
Les recommandations de l’organisme suisse « Vogelwarte » sont les suivantes :
les piquets doivent au moins avoir 2 mètres de haut sans la base et 20cm de large. Les rapaces aiment avoir un large angle  de vision. Celui-ci augmente avec la hauteur du perchoir.
J’ai remarqué que sur la zone d’installation des perchoirs illustrée par les photographies,
un mirador de chasse de  3-4 mètres,  sur un chemin,  comportait plus de fientes d’oiseaux et de pelotes de régurgitation que les poteaux qui mesuraient hors sol eux seulement 2m -2.10m.
Les perchoirs seront construits en bois brut, non glissant avec un pied métallique ou enduit d’un produit anti pourrissement non polluant. Il peut être utile de faire un trou qui évitera de casser le pieu en l’enfonçant et de le refermer avec du gravier ou du sable. Ils retarderont le pourrissement du bois.
L’espacement recommandé est de 200 à 300 mètres. Ceux que j’ai vus sont plantés à 100 ou 150 mètres les uns des autres.
L'espacement  est variable selon les espèces ;
La chambre d’agriculture de l’Orne a édité un petit guide sur l'utilité des rapaces. Elle  recommande  1 perchoir tous les 500 mètres carrés pour favoriser le  Faucon crécerelle.

Nichoirs : en plus des perchoirs, il est recommandé d’installer des nichoirs pour les rapaces nocturnes et le  Faucon crécerelle. Les nichoirs artificiels favorisent la nidification des oiseaux en leur économisant de l’énergie pour la recherche et construction d 'un nid.



 

Remarquez les nombreux trous de rongeurs au pied du poteau et les fientes de rapaces - Rahling(Moselle)  poteaux-perchoirs  à rapaces
Remarquez les nombreux trous de rongeurs au pied du poteau et les fientes de rapaces - Rahling(Moselle)  poteaux-perchoirs  à rapaces

Remarquez les nombreux trous de rongeurs au pied du poteau et les fientes de rapaces - Rahling(Moselle) poteaux-perchoirs à rapaces

Autres prédateurs à encourager
D’autres prédateurs de ces petits rongeurs sont présents dans nos régions.
En premier le renard qui peut avaler plusieurs milliers de campagnols par an selon de nombreuses études scientifiques.. C’est une raison qui rend complètement incompréhensible le classement du renard comme nuisible et donc chassable et par suite tiré par les chasseurs. Dans de nombreux départements les agriculteurs ont demandé aux chasseurs d’arrêter de tirer les renards car les poisons  chimiques leur coûtaient cher et sont polluants.



Idée du quiz et de l'article et  bibliographie : Étienne Feuchter

Texte et photos et: Roland Gissinger (ANAB)


Webographie
https://www.terre-net.fr/observatoire-technique-culturale/strategie-technique-culturale/article/favoriser-l-habitat-des-predateurs-217-
77191.html
http://www.irbab-kbivb.be/fr/controle-naturel-des-populations-de-mulots-par-les-rapaces/


https://www.bild.de/regional/hamburg/hamburg-aktuell/tierischer-totalschaden-die-maus-nagt-an-meiner-existenz-67532028.bild.html
https://agriculture-de-conservation.com/CAMPAGNOLS-LA-PREDATION-EST-VOTRE.html
https://www.vogelwarte.ch/fr/oiseaux/conseils/nourrissage-hivernal/perchoirs-pour-les-rapaces

https://ecobio.univ-rennes1.fr/Fiches_perso/AButet/publications.html
https://orne.chambres-agriculture.fr/fileadmin/user_upload/National/FAL_commun/publications/Normandie/svpc-rapaces.pdf
https://reporterre.net/Allie-des-agriculteurs-le-renard-est-pourtant-abattu-Arretons-le-massacre

Rédigé par ANAB

Publié dans #Protection animale

Commenter cet article
J
Article très intéressant. Merci.
Répondre
A
Merci Julien
S
C' est triste quand-même le paysage que nous laissent les agriculteurs...<br /> Bien sûr le but soit disant est de nourrir les gens, mais c' est l' argent qui fait que tout soit ainsi dénaturé...<br /> Désolant
Répondre
A
Tout à fait d'accord Sylvain. Ces paysages n'ont plus rien de naturel. La biodiversité y est proche de zéro. Les équilibres naturels ne sont plus là. Il faut mettre du poison pour réguler les rongeurs ou trouver un artifice pour attirer des prédateurs.<br /> <br /> Roland