Badhamie en outre (Myxomycète)

Publié le 14 Novembre 2020

Nom scientifique : Badhamia utricularis (Bulliard) Berkeley (1855) [1853]

 
Date de l’observation: 20 février 2020 à Siltzheim

Classification et famille: myxomycète de la Division des Myxogastrea , famille des Physaraceae

Habitat: sur bois mort cortiqué à terre


 

 

Les myxomycètes

On a déjà vu que les myxomycètes sont des organismes qui se présentent essentiellement sous deux phases, une phase où ils se présentent visuellement comme une gelée visqueuse et qu’on appelle le plasmode. Ce plasmode se comporte comme un animal : il se déplace, il « rampe » et se nourrit de ce qu’il trouve sur le support (souvent des bactéries). Pour schématiser, on peut appeler cela une phase « animale ».

Dans la seconde phase, ils vont se fixer et plutôt se comporter comme des champignons en formant une structure ressemblant à un carpophore de champignon (qu’on appelle spécifiquement un sporocyste ou sporange ou sporocarpe, littéralement qui porte les spores) pour libérer ensuite ses spores. Le schéma suivant présente un cycle général de développement. Observez la moitié droite du schéma.

Source image: Institut Ecoumène Golf & Environnement

Source image: Institut Ecoumène Golf & Environnement

La forme photographiée ici pour la badhamie correspond à celle du sporange. Les sporanges sont de couleur gris bleu, souvent en groupe rassemblant plus d’une centaine d’individus, faisant penser à une grappe de raisin.

Badhamia utricularis    Photo: Gilles Weiskircher (Anab)

Badhamia utricularis Photo: Gilles Weiskircher (Anab)

Le sporange (ou sporocyste)

On rappelle que cette morphologie correspond à la deuxième phase du cycle de développement d’un myxomycète, celle où il ressemble à un champignon (sans en être un évidemment). Cette structure va porter et disséminer les spores (comme le carpophore chez les champignons)

Source : https://forum.mikroscopia.com/topic/15791-bois-mort-exploration/

Source : https://forum.mikroscopia.com/topic/15791-bois-mort-exploration/

De façon schématique, le sporange est constitué de plusieurs éléments :

- d’un pied, le stipe

- d’une « tête » souvent globuleuse, le sporocyste au sens strict

- d’un péridium, qui est la membrane qui recouvre le sporocyste. La présence de calcaire dans cette membrane est un élément d’identification  et de classification.

- à l’intérieur du sporocyste, on peut trouver des éléments architecturaux comme le capillitium (c’est un réseau de filaments où se situent les spores et qui participe à la dispersion des spores) ou la columelle (l’axe central du sporocyste), dont la présence et la structure sont des éléments pour l’identification et la classification.

 

Les photos suivantes de la badhamie vont nous permettre de voir quelques-uns de ces éléments.

Badhamia utricularis loupe binoculaire x10 : on voit ici plusieurs sporocystes dont certains éclatés, laissant apparaître une poudre noirâtre de spores. Plusieurs sporocystes sont portés par un stipe

Badhamia utricularis loupe binoculaire x10 : on voit ici plusieurs sporocystes dont certains éclatés, laissant apparaître une poudre noirâtre de spores. Plusieurs sporocystes sont portés par un stipe

Badhamia utricularis loupe binoculaire x10 : on voit ici plusieurs sporocystes et il faut observer les lignes blanchâtres sur le péridium, correspondant à des inclusions calcaires

Badhamia utricularis loupe binoculaire x10 : on voit ici plusieurs sporocystes et il faut observer les lignes blanchâtres sur le péridium, correspondant à des inclusions calcaires

Badhamia utricularis loupe binoculaire x10 : on voit ici plusieurs sporocystes et il faut observer le capillitium qui se présente comme un réseau tubulaire rigide à 3 dimensions, calcaire.
Badhamia utricularis loupe binoculaire x10 : on voit ici plusieurs sporocystes et il faut observer le capillitium qui se présente comme un réseau tubulaire rigide à 3 dimensions, calcaire.

Badhamia utricularis loupe binoculaire x10 : on voit ici plusieurs sporocystes et il faut observer le capillitium qui se présente comme un réseau tubulaire rigide à 3 dimensions, calcaire.

Badhamia utricularis microscope x1000 : on voit ici les spores qui sont épineuses

Badhamia utricularis microscope x1000 : on voit ici les spores qui sont épineuses

Texte, photos, et bibliographie : Gilles Weiskircher (Anab)



PS : Article classé dans la rubrique « champignons » en attendant de trouver mieux.

 

 

Source : http://myxosdesvosges.org/?fiche=89

Rédigé par ANAB

Publié dans #champignons

Commenter cet article
M
Bonjour Martine, Bernard. <br /> Tellement heureuse d'avoir aperçu les myxos nivicoles en votre compagnie ! En grand travail de recherche et choix pour enfin faire le pas de la microscopie. Merci pour votre accueil et votre soutien. <br /> Bonjour Gilles. Merci pour tes nombreux articles toujours passionnants et éducatifs. <br /> Martine Vdp.
Répondre
W
Merci Martine d'apprécier les articles du blog.<br /> Gilles
B
Merci Gilles pour ce bel article, et pour le lien. <br /> Pour la complexité, tout dépend de la définition qu’on en accepte. <br /> Je pense que ce qui rebute les gens de prime abord est la taille des myxomycètes, et beaucoup de personne ne les voient même pas. Alors oui, B. utricularis est souvent plus facile à reconnaître que bien d’autres, le grand nombre de « grappes de raisins » attire l’attention : voir les dates des 2 et 7 novembre 2019 à la page http://myxosdesvosges.org/index.php?lang=&id=15#prettyPhoto<br /> Pas besoin des détectives dans ces cas-là … <br /> Amicalement, Bernard W.
Répondre
M
Lumineux !<br /> Merci pour ces explications claires et combien didactiques d' une matière qui m'a toujours semblé bien complexe !<br /> Est ce que Badhamia U est un myxomycète moins complexe que les autres ?
Répondre
G
Bonjour Martine <br /> J'aurais tendance à dire que tous les myxomycetes sont complexes
R
Fascinant !
Répondre
G
Ce sont effectivement des organismes peu connus mais combien fascinants