La Campanule gantelée, Ortie bleue

Publié le 14 Octobre 2020

Campanule gantelée, Ortie bleue (Campanula trachelium)
Campanule gantelée, Ortie bleue (Campanula trachelium)
Campanule gantelée, Ortie bleue (Campanula trachelium)

Campanule gantelée, Ortie bleue (Campanula trachelium)

Nom scientifique : Campanula trachelium L., 1753

Origine du nom : vient du latin « campana », petite cloche, et du latin   « trachelium », qui signifie gorge car la médecine populaire lui attribuait la vertu de soigner la gorge. Une autre origine pourrait être le mot grec « tracos » c'est-à-dire « rugueux »en lien avec les poils raides de la tige.
Les noms populaires français, allemand et anglais incluent le mot ortie. Ils font  allusion  à la grande ressemblance des feuilles avec celle de l’ortie
Le mot français, campanule, vient de "campanula", petite cloche inutile d'expliquer.

Allemand/ dialecte: Nesselblättrige Glockenblume

Anglais : nettle-leaved bellflower, throatwort

Date et lieu  de l’observation : le12 septembre à Woustviller (57) et le 30 à Rimsdorf

Famille de plantes : La campanule fait partie de la famille des campanulacées qui comprend 2400  espèces réparties en 90 genres. Ces plantes sont   surtout présentes sur les sols secs et les rochers. La symétrie en roue est d'ordre 5 pour les pétales, sépales, étamines. Les 5 pétales, éléments de couleur,  sont soudés à la base en forme de petite cloche dentée plus ou moins aplatie. Cette forme de petite cloche, « campana » en latin a donné son nom à cette  famille.
Ce sont des plantes de couleur bleue rarement jaune.

Catégorie : plante vivace.

Port : plante à  grandes fleurs violacées en cloche.

Hauteur : 40 à 110 cm de haut.

Tige: hérissée, anguleuse, très feuillée.

Feuillage : les feuilles doublement dentées en position alterne ressemblent beaucoup à celles de l’ortie. Elles sont rudes en raison de la présence de poils rigides.  Celles du haut ont une forme lancéolée et moins de 2 cm de large et celles de la base sont en cœur, plus larges et pétiolées.  



 

Feuille et fleurs de Campanule gantelée, Ortie bleue (Campanula trachelium)
Feuille et fleurs de Campanule gantelée, Ortie bleue (Campanula trachelium)

Feuille et fleurs de Campanule gantelée, Ortie bleue (Campanula trachelium)

Phases mâle et femelle de la Campanule gantelée, Ortie bleue (Campanula trachelium)
Phases mâle et femelle de la Campanule gantelée, Ortie bleue (Campanula trachelium)

Phases mâle et femelle de la Campanule gantelée, Ortie bleue (Campanula trachelium)

 

 

Floraison : mai à août  

Couleur des fleurs : bleu violacé clair à lilas. Les fleurs  sont groupées en grappes feuillées.  Elles ont 2.5 à 5 cm de long et sont en forme de cloche allongée avec une ouverture  garnie de longs poils. Cette forme explique son nom français, gantelée, en forme de doigt de gant.
Le calice est appliqué contre  la corolle avec ses 5 sépales velus et  lancéolés de 2 mm.

Le pistil se termine par 3 stigmates aussi longs que le style ou le dépassant. Il est entouré de 5 étamines libres.


Phase mâle:
Pour favoriser la fécondation croisée des individus et éviter l’autofécondation voici le stratagème développé.
Dans le bourgeon floral, l’organe femelle immature  constitué par une tige(le style)  va traverser les étamines et leurs gros sacs de pollen.  Les poils raides du style vont au passage se couvrir de pollen. Ce phénomène est appelé « présentation secondaire du pollen par piston »

La photo 1 montre la tige du style couverte de pollen et l’extrémité du style, des stigmates  non divisée.
Les stigmates  vont apparaitre  quand les étamines auront presque fini de disperser leur pollen. Le style se divise en 3 stigmates.  Sur ces stigmates apparaissent des microscopiques papilles visqueuses sur lesquels  vont se coller les grains de pollen.

Phase femelle :
A ce stade de maturité, les étamines sont flétries.
Un nectaire est situé à la  base de la fleur. La configuration de la fleur oblige les insectes pollinisateurs amateurs de nectar à se frotter au  style  chargé de pollen. Ainsi saupoudrés de grains de pollen les insectes vont faire une pollinisation croisée  au cours de prochaines visites d’autres plants de cette campanule.
Les principaux pollinisateurs sont les abeilles et les bourdons.



Fruits : velus et verts en début de maturité. Ils sont dénommés  capsules
. C’est par des fentes à leurs bases que les graines s’en échappent à maturité. Ces fentes se ferment en cas de pluie.
Les graines très légères  sont dispersées par le vent et les animaux.

Habitat : plante de
demi -ombre, aime les sols riches des buissons, forêts claires et pelouses ombragées.

Confusion possible : avec plusieurs autres campanules comme par exemple, la Campanule raiponce (Campanula rapunculus), ou la Campanule fausse raiponce mais qui sont plus des fleurs de prairies et dont la taille des fleurs est plus petite.


Statut de protection : plante assez  commune,  présente sur tout le territoire métropolitain, sans protection légale

Usage horticole : souvent cultivée dans les jardins avec des variations de teinte.

Usage alimentaire : comestible, se mange en salade ou cuite.



Usage médicinal :
traditionnel, donc  sous toute réserve : antiépileptique;
- racine mâchée: malaises, faiblesse cardiaque.
- racines en compresse: arrête les saignements, dégonfle les tuméfactions, accélère la cicatrisation.
- racine en décoction: maux d'oreilles.





Texte,  photos, bibliographie  Roland Gissinger (Anab) –Révision Bernard Weinzaepflen



Sources bibliographiques voir index biodiversité


Campanules déjà présentées sur notre blog :

 

Campanula persicifolia

Campanule à feuilles de pêcher, Bâton-de-Jacob

Campanula rapunculus

Campanule raiponce/ Bâton de St jacques

Campanula rotundifolia

Campanule à feuilles rondes

 

 

 

Campanule gantelée, Ortie bleue (Campanula trachelium)
Campanule gantelée, Ortie bleue (Campanula trachelium)
Campanule gantelée, Ortie bleue (Campanula trachelium)

Campanule gantelée, Ortie bleue (Campanula trachelium)

Rédigé par ANAB

Publié dans #Biodiversité de notre région, #Fleurs violettes

Commenter cet article