Bouton d'or, Pied-de-coq

Publié le 11 Novembre 2020

Bouton d'or, Pied-de-coq	(Ranunculus acris)
Bouton d'or, Pied-de-coq	(Ranunculus acris)

Bouton d'or, Pied-de-coq (Ranunculus acris)

Feuilles de Bouton d'or, Pied-de-coq	(Ranunculus acris)
Feuilles de Bouton d'or, Pied-de-coq	(Ranunculus acris)

Feuilles de Bouton d'or, Pied-de-coq (Ranunculus acris)

Voici une plante que tout le monde connait pour avoir joué étant enfant  à « aimes tu le beurre ? ». Si vous observez de près ces plantes, vous verrez qu’il existe plusieurs types de « bouton d’or ». Chacun a des exigences spécifiques de milieu et chacun  est légèrement différent de ses cousins par ses feuilles, ses fleurs, ses fruits….
Ce « Bouton d’or », le vrai,  aime bien les prairies semi-humides et est très fréquent.
Roland




Nom scientifique : Ranunculus acris L., 1753


Origine du nom : renoncule vient du mot latin "rana" c'est à dire "la grenouille", car de nombreuses renoncules poussent près de l’eau ou dans l’eau et les rivières, et de « culus »,est un  diminutif qui signifie « petit »,  ranunculus signifie donc littéralement « petite grenouille ». A noter que certains sites et l’Atlas des plantes de Lorraine donne une étymologie en lien avec le mot  « colere » habiter, et donc signifierait «habitat de la grenouille » et de "acris", âcre.

Nom en dialecte et allemand : Butterbliamla, Scharfer Hahnenfuss

Noms anglais : meadow buttercup, tall buttercup,giant buttercup…

Date et lieu de l’observation : le 10 novembre à Sarre-Union

Famille de plantes : celle de l’anémone et du bouton d’or (Renonculacées). Il existe 56 genres et plus de 2100 espèces dont plus de 400 pour ce genre « Ranunculus », la petite grenouille. La plupart des plantes de cette famille sont toxiques car contenant des alcaloïdes  et en particulier une cardiotoxine, la proto-anémonine. Certaines sont mortelles comme l’Aconit tue Loup.
Ce sont des plantes herbacées  avec seulement quelques arbres et plutôt réparties dans l’hémisphère Nord.
Les généticiens-botanistes les ont identifiées comme plantes primitives en raison du grand nombre d’étamines disposées en hélice et de leurs carpelles libres.

Beaucoup de renonculacées ont des fleurs à 5 pétales et 5 sépales libres mais leurs formes peuvent être très variées :
rien de commun entre l’aconit et les anémones, entre les hellébores et les clématites.

 

Catégorie : plante annuelle à rhizome très court et racines en faisceau.

Hauteur : 30 à 100 cm

Tige : tige ramifiée, pleine, ronde  et coriace


Feuillage : feuilles de la base en forme de palme, velues. Les  feuilles sont divisées en 3 à 5 folioles sessiles, linéaires à disposition palmée, profondément découpées jusqu’à la nervure. Tige et pétiole glabres  ou couverts de poils appliqués.
 

Fleurs de Bouton d'or, Pied-de-coq	(Ranunculus acris)
Fleurs de Bouton d'or, Pied-de-coq	(Ranunculus acris)

Fleurs de Bouton d'or, Pied-de-coq (Ranunculus acris)

Akènes - fruits de Bouton d'or, Pied-de-coq	(Ranunculus acris)
Akènes - fruits de Bouton d'or, Pied-de-coq	(Ranunculus acris)

Akènes - fruits de Bouton d'or, Pied-de-coq (Ranunculus acris)

Floraison : avril à novembre

Couleur  des fleurs: couleur jaune d’or à reflet métallique, diamètre de 2 à 3 cm. Les 5 pétales sont terminés à leur base par une écaille en forme de triangle. Elles ont 50 à 80 étamines libres.
Le calice étalé à 5 sépales verdâtres velus est plus court que la corolle. Réceptacle fructifère glabre, ovoïde.
Le pédoncule des fleurs est non sillonné.

Confusion : il existe de nombreuses renoncules  appelées  Bouton d’or qui est conduit à la confusion. Elles ont chacune leur milieu et terrain de préférence. La renoncule rampante  possède des feuilles dont la foliole terminale est rattachée par une tige (pétiolule).
Cette Renoncule âcre se décline avec des sous espèces dont la Renoncule de Fries, Ranunculus acris supsb.  friasianus. Elle se distingue de notre  renoncule du jour par  des feuilles moins découpées et  un rhizome allongé couvert de poils hérissés.

 

Habitat : sols azotés, humides et argileux comme des prairies, dégradées ou humides, les bords de route.

Fruits : nombreux akènes, nombreux, lisses, à bec  court et arqué

Alimentation : aucune car toxique mais elle a été utilisée autrefois cuite pendant les périodes de famines.


Médecine :
Plante toxique au contact si la plante est blessée ou broyée à l’état frais et par ingestion à l’état frais. Elle provoque des réactions cutanées, cloques  et brûlures. Elle était utilisée comme d’autres renoncules, par les mendiants pour provoquer des ulcères et inspirer la pitié. Elle avait pour cette raison un autre surnom  « herbe aux gueux »  tout  comme la clématite des haies.

Dans les prairies humides ou abîmées il est facile de voir le refus de broutage de cette herbe par les vaches. Elle est aussi toxique pour les ovins et les chiens. Certains veaux lors d’une première  mise au pré peuvent en avaler des quantités importantes et mourir. Une  inflammation des muqueuses buccales et  intestinales peut provoquer des  convulsions et une inhibition du système nerveux.

Principes actifs : des renonculosides comme la ranunculine (25 grammes par kilo) qui  libère après hydrolyse des tanins et saponines et de la protoanémonine . Celle-ci  a des  propriétés vésicantes et allergisantes pour la peau, et A l’état sec, soit foin ou  plante séchée,  cette substance se transforme en dimère d’anémonine,  inactive et presque inoffensive.


Plante utilisée autrefois par les indiens d’Amérique pour guérir les maux de tête chez les Abenakis, les abcès et infections buccales chez les Iroquois et les Cherokees.

Attention, cette plante est très dangereuse. Toute utilisation doit être supervisée par un médecin ou pharmacien qualifié et pas par un charlatan. Tout dans cette plante est toxique ce qui explique pourquoi elle est délaissée par le bétail dans les prairies.
 

Horticulture : utilisée pour fixer des prairies sauvages et certains cultivars,  comme décoration.

Légende : l’apparition d’un reflet jaune d’une fleur de Bouton d’or présentée devant la gorge prouverait que la personne  aime le beurre. Les noms alsacien et  anglais sont dérivés de cette légende.


Protection : pas de protection légale pour cette plante très commune
Elle est considérée comme plante invasive et destructrice de prairie dans certains pays comme la Nouvelle Zélande où elle n’existait pas avant les temps modernes.


Texte et photos : Roland Gissinger (ANAB) relecture Bernard Weinzaepflen


Bibliographie
Voir fin d’article index plantes

Autres renoncules déjà traitées sur notre blog :

 

Aconit napel, Casque de Jupiter Aconitum napellus 
Anémone  des Alpes Anemone alpina subsp. Alpina
Anémone hépatique, Hépatique à trois lobes Anemone hepatica
Anémone pulsatille, Pulsatille commune  Anemone pulsatilla
Anémone Sylvie/sylvestre /des bois Anemone nemorosa 
Bouton d'or, Pied-de-coq Ranunculus acris 
Clématite des haies, Herbe aux gueux,  Clématite vigne blanche Clematis vitalba
Éranthe d'hiver-Hellébore d'hiver Eranthis hyemalis
Ficaire à bulbilles, Ficaire fausse renoncule Ficaria verna
Hellébore fétide, Pied-de-griffon Helleborus foetidus
Populage des marais, Sarbouillotte Caltha palustris
Queue de souris naine, Ratoncule  Myosurus minimus
Renoncule à tête d'or, Renoncule Tête-d'or Ranunculus auricomus 
Renoncule âcre de Fries Ranunculus acris subsp. Friesianus
Renoncule bulbeuse Ranunculus bulbosus
Renoncule des champs, Chausse-trappe des blés  Ranunculus arvensis
Renoncule rampante Ranunculus repens
Renoncule scélérate, Renoncule à feuilles de Cèleri, Mort aux Vaches Ranunculus sceleratus

Rédigé par ANAB

Publié dans #Biodiversité de notre région, #Fleurs jaunes

Commenter cet article