Cerisier à grappes, Putiet, Merisier à grappes, Putier

Publié le 29 Novembre 2020

Cerisier à grappes, Putiet, Merisier à grappes, Putier (Prunus padus)
Cerisier à grappes, Putiet, Merisier à grappes, Putier (Prunus padus)

Cerisier à grappes, Putiet, Merisier à grappes, Putier (Prunus padus)

Feuilles et inflorescence du Cerisier à grappes, Putiet, Merisier à grappes, Putier (Prunus padus)
Feuilles et inflorescence du Cerisier à grappes, Putiet, Merisier à grappes, Putier (Prunus padus)
Feuilles et inflorescence du Cerisier à grappes, Putiet, Merisier à grappes, Putier (Prunus padus)

Feuilles et inflorescence du Cerisier à grappes, Putiet, Merisier à grappes, Putier (Prunus padus)

L’automne c’est aussi le moment de réviser ses classiques. Au printemps les arbres fleurissent tous en même temps ou presque. En voici un facile à reconnaitre  grâce à ses fleurs et son odeur.  Les fleurs de cet arbre sont un peu surprenantes car elles forment une grappe semblable à une grappe de raisin. Si vous cassez une branche, il en exhalera une odeur forte un peu fétide, à l’origine de ses nombreux noms ou surnoms communs.

Roland




Nom scientifique :  Prunus padus L., 1753

Origine du nom: dérive  du latin «prunus»,  qui désignait cet arbre et de « padus », le Pô «  car il occupait souvent des terres inondables longeant ce fleuve ou  à proximité. Une autre étymologie  relierait  ce mot au grec "pados" cerise sauvage.
Autres noms communs : Bois-puant, amaruvier, putier, pétafouère…


Nom commun allemand/ dialecte : Traubenkirsche, Sumpfkirche

Nom anglais :  Bird cherry, Mayday tree


Date de l’observation:  13 octobre  à Lemberg
 


Famille de plantes :  celle des Rosacées, celle de nos  arbres fruitiers comme le cerisier, le prunier, le prunelier, , le pommier, le poirier, l’amandier … mais aussi la fraise, l’églantier. C’est donc une famille économiquement très importante.
Les rosacées ont comme point commun des feuilles dentées. Les fleurs de symétrie 5, ont de nombreuses étamines et pistils composés de 5 carpelles.
Les poils de l’épiderme se transforment en aiguillons (ronces, roses) ou épines (pruneliers). Ce phénomène a été développé par ces plantes pour éviter le broutage par les animaux herbivores. Ce sont des défenses physiques qui complètent ou remplacent les défenses chimiques, les tanins que produisent les plantes.


Catégorie: arbre droit, élancé,  à jeunes rameaux rougeâtres,  et à forte  odeur désagréable, bourgeons pointus.

Hauteur: peut mesurer de 5 à 15 m.  

Tronc : écorce brun-rouge à trainées (on dit lenticelles)  blanchâtres, jusqu’à 60 cm de diamètre. Pousse rapidement. Durée de vie 80 ans maximum.

Tiges et racines: souche traçante et stolons vigoureux

Feuilles: de 6 à 14 cm molles, caduques, alternes, simples, lancéolées-ovales et finement dentées.  Le dessus est vert sombre, vert bleuté dessous avec 10 à 12 paires de  nervures saillantes. Elles possèdent deux glandes vertes nectarifères au contact limbe- pétiole (de 1 à 2cm)  au contraire du Prunier tardif.(Prunus serotina).

Fleurs en grappes du Cerisier à grappes, Putiet, Merisier à grappes, Putier (Prunus padus)
Fleurs en grappes du Cerisier à grappes, Putiet, Merisier à grappes, Putier (Prunus padus)
Fleurs en grappes du Cerisier à grappes, Putiet, Merisier à grappes, Putier (Prunus padus)

Fleurs en grappes du Cerisier à grappes, Putiet, Merisier à grappes, Putier (Prunus padus)

Fruits du Cerisier à grappes, Putiet, Merisier à grappes, Putier (Prunus padus)
Fruits du Cerisier à grappes, Putiet, Merisier à grappes, Putier (Prunus padus)

Fruits du Cerisier à grappes, Putiet, Merisier à grappes, Putier (Prunus padus)

Floraison: d’avril à juin

Couleur des fleurs: fleurs, couleur blanche en grappes dressées puis tombantes et de nombreuses étamines à anthère rouge avant fécondation.
Les fleurs sont à 5 pétales et 5 sépales triangulaires comme la plupart des rosacées. Elles sont pollinisées par les insectes, en particulier par les abeilles.

Fruits: appelés drupes, rouges puis noires et luisantes à maturité, de  moins d’1cm. Le noyau occupe les 4/5  du fruit. Avec leur  chair acide, astringente car riche en tanins et un goût d’amande amère il est facile de conclure que ces fruits ne sont pas comestibles.
Ils sont même toxiques car ils contiennent des composants proches du cyanure : glucoside cyanogène et amygdaline. Ces composants sont d’ailleurs présents aussi dans les feuilles et les branches.

Les fruits restent fixés sur l’arbre et sont visibles en hiver.


Habitat: forêts riveraines, bords des ruisseaux, haies, sols humides ou frais. Arbre typique des aulnaies et forêts de frênes. Cet arbre devient vite invasif sur sols gréseux.


Confusion possible : oui avec le Cerisier tardif (Prunus serotina) qui a des fleurs semblables mais des feuilles différentes et est rarement cultivé.



Utilisation du bois : bois utilisé pour le tournage de pièces décoratives comme des masques, des outils et des bâtons de marche.

Le Cerisier à grappes planté comme arbre sur des pentes  peut renforcer la tenue du terrain et réduire le ruissèlement.


Utilisations médicinales:
Les fleurs en tisane et les  fruits remplaçaient le quinquina dans la pharmacopée d’autrefois  pour lutter contre les fièvres et refroidissements.
Il est aussi diurétique et sédatif.
Des recherches faites en Italie en 2018 et en Pologne en 2020 ont montré que l’on pouvait utiliser cet arbre comme importante source d’antioxydants antibactériens,  antidiabétiques et de flavonoïdes comme la quercitrine. Les produits purifiés seront bien sûr exempts des composés cyanogènes toxiques présents naturellement.



Utilisation alimentaire :
Le jus des fruits du Putier  est utilisé dans les Alpes pour faire une liqueur aux vertus prétendues digestives. Il est aussi utilisé pour améliorer le gin ou le whisky.
Je rappelle tout de même qu’il contient des précurseurs  du cyanure. Il faut donc limiter sa consommation !
Les Cosaques utilisaient les fruits pour colorer  le feutre de leurs yourtes.
Les habitants de Sibérie consomment encore aujourd’hui les fruits en tartes et confitures. Ils utilisent aussi les amandes écrasées des noyaux pour fabriquer de la farine. Cette farine en composant de pâte à gâteaux leur donne une coloration brune à la cuisson  comme  si on y avait ajouté du chocolat.

Les oiseaux ne sont pas sensibles à l’astringence des fruits. Ils les consomment et sont responsables de la  dissémination des noyaux,
entrainant ainsi la colonisation rapide de certaines régions.

 
Traditions et croyances : dans la croyance  des écossais d’autrefois il était fait  interdiction d’utiliser ce bois. C’était celui des sorciers.
Au Moyen Age, on croyait que  placer un arbre de cette espèce devant le pas de sa porte protégeait de la peste.


 

Texte et photos Roland Gissinger (Anab) - relecture Bernard Weinzaepflen (Anab)



Sources bibliographiques voir index biodiversité
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6017070/ https://www.researchgate.net/publication/342642119_Phytopharmacological_Possibilities_of_Bird_Cherry_Prunus_padus_L_and_Prunus_serotina_L_Species_and_Their_Bioactive_Phytochemicals

Rédigé par ANAB

Publié dans #Arbres

Commenter cet article
J
j'ai lu, je ne sais plus où, que les deux glandes nectarifères situées sur le pétiole des cerisiers "servaient" à attirer les fourmis. Bien insuffisantes pour les nourrir, les fourmis sont obligées de se rabattre sur autre chose et nettoyer ainsi l'arbre des pucerons et autres intrus. Magique.
Répondre
R
Merci jc de cette remarque sur ces glandes nectarifères en anglais extrafloral nectaries (EFN). Je n'ai pas trouvé de consensus sur ce sujet.<br /> <br /> La nature ne produit pas ce genre de système de manière inutile. Ces glandes attirent les fourmis. Problème les fourmis élèvent des pucerons en masse qui fragilisent l'arbre.<br /> Pour connaitre l'utilité et la fonction de ces glandes il faudrait remonter dans le temps.-Comment la sélection naturelle a orienté les cerisiers à avoir de telles glandes. A ce jour le bénéfice pour la plante n'est pas évident et je ne lis que des avis des uns et des autres sur les différents sites possibles.<br /> <br /> Si un lecteur a lu un article de science digne de ce nom sur le sujet ce serait intéressant et peut être une réponse;
J
Le putier !!! restons polis.
Répondre
R
JC, J'aime bien aussi le "pétafouère"