Véronique des champs, Velvote sauvage

Publié le 20 Janvier 2021

Fleurs de Véronique des champs, Velvote sauvage (Veronica arvensis)
Fleurs de Véronique des champs, Velvote sauvage (Veronica arvensis)
Fleurs de Véronique des champs, Velvote sauvage (Veronica arvensis)

Fleurs de Véronique des champs, Velvote sauvage (Veronica arvensis)

Feuilles de base de Véronique des champs, Velvote sauvage (Veronica arvensis)

Feuilles de base de Véronique des champs, Velvote sauvage (Veronica arvensis)

Voici un moment que nous n’avons pas vu de véroniques. Les  véroniques colonisent des milieux très différents, cela va du ruisseau au sable sec.  En voici une "spéciale des milieux secs",  assez fréquente chez nous, la Véronique des champs,
Roland



Nom scientifique : Veronica arvensis L., 1753

Origine du nom: vient de « Veronica » car cette plante est dédiée à Sainte Véronique. La fleur évoque un visage et du latin  « arvensis »,qui signifie champ »


Nom commun allemand/ dialecte : Feld-Ehrenpreis

Nom anglais : wall speedwell

Date de l’observation:  11mai  à Waldhouse (57)


Famille de plantes : celle des Plantaginacées celle des plantains mais aussi des digitales, des véroniques, des gueules de loup de jardin. A noter que dans bon de nombre de flores les véroniques figurent encore dans la famille des scrofulariacées. Ce changement provient des progrès en génétique et des analyses ADN. Les plantes sont  regroupées au sein des familles en raison de leur proximité génétique et non plus en raison de leur ressemblance quelque fois accidentelle.
Attention il existe plus de 20 types de véroniques dans notre région, les confusions entre les espèces sont légions.


Autrefois cette famille ne comportait que 3 genres. Elle comprend à présent plus de 200 genres divisés  en 2000 espèces de par le Monde. La majorité sont des herbes et plantes aquatiques  et  se situent  dans les zones tempérées.
La famille n’est pas homogène si bien qu’il est difficile de donner des critères « familiaux ».
La plupart des genres ont une symétrie bilatérale, souvent d’ordre 4 (4 pétales, 4 sépales),  d’autres ont des symétries d’ordre 5 à 8.
Elles possèdent deux grandes étamines et 2 petites ou seulement 2 étamines comme les véroniques. Le fruit est une capsule qui se divise selon des cloisons.


Catégorie: petite plante qui peut être minuscule, annuelle, velue, glanduleuse

Hauteur: 5 à 25 cm

Tiges: tige fine, ascendante, pubescente et ramifiée

Feuilles: les inférieures sont opposées, ovales, vert-clair, ont un petit pétiole (subsessiles)  et mesurent de 5 à 15 mm de long. Elles sont grossièrement dentées et ont une  base plate (tronquée).
Les feuilles du haut à l’aisselle des  fleurs sont dénommées bractées et sont petites, sessiles et sans dents.

 

Véronique des champs, Velvote sauvage (Veronica arvensis)
Véronique des champs, Velvote sauvage (Veronica arvensis)
Véronique des champs, Velvote sauvage (Veronica arvensis)

Véronique des champs, Velvote sauvage (Veronica arvensis)

Floraison: avril à octobre

Couleur des fleurs: :  plante avec de petites corolles (3 mm environ) d’un bleu clair à bleu intense avec des veines- bleu-foncé. Les fleurs sont en grappes denses sur une grande partie des tiges où elles sont solitaires, à l’aisselle de feuilles (bractées)  lancéolées.
Le calice possède 4 sépales lancéolés. La fleur a deux étamines et un ovaire à deux carpelles multi-ovulés.

.
Fruits : après fécondation par le grain de pollen, la plante va former un fruit ou capsule très typique à deux lobes contenant de nombreuses graines avec une échancrure au milieu. Le pédicelle du fruit est plus court que le calice. Il  est bordé de longs cils glanduleux et ne dépasse pas  la coupe formée par le calice. Le style (accrescent)   persiste après la fécondation. Sa taille reste inférieure au sommet des lobes de la capsule. (voir photo).
La Véronique des champs a besoin de 10 à 15°C pour germer. C’est la lumière et donc le soleil qui déclenche la germination. En automne, les graines non germées vont entrer en dormance et se développer des que  la lumière et la chaleur du printemps seront suffisantes/

Habitat : espèce d’origine méditerranéenne devenue cosmopolite  dans les endroits ensoleillés et secs comme les champs, bords des chemins, pelouses sableuses et les vieux  murs.

Confusion : certaines véroniques se ressemblent beaucoup. A moins de bien les connaitre un flore précise est recommandée.


Protection : Plante très commune,  non protégée par la législation.

Utilité alimentaire:
Feuilles utilisées pour faire du thé


Utilisation médicinale :
Astringente,  amère, et stomachique=  facilite la digestion 
Elle possède des propriétés cicatrisantes mais la présence d’un hétéroside, rend son utilisation délicate
Celui-ci, l’aucuboside, est un principe actif secrété par certaines plantes. Il a des propriétés anti-inflammatoires, antiallergiques, antimicrobiennes, antivirales. Il perd ses propriétés s’il est chauffé

Croyances et mythes :
Avec ses deux étamines, la fleur de Véronique simulerait  un visage et ses deux yeux. Voici très longtemps,  on y voyait l’empreinte du visage du Christ sur le voile de sainte Véronique.



Texte et photos Roland Gissinger (Anab) – Relecture Bernard Weinzaepflen (Anab)




Sources bibliographiques voir index biodiversité

Pour tout savoir sur les véroniques, lisez l’article très intéressant de notre collègue Gilles paru sur Telabotanica

Véronique http://naturealsacebossue.over-blog.com/   

                       

Rédigé par ANAB

Publié dans #Biodiversité de notre région, #Fleurs bleues

Commenter cet article