Le Mélèze d'Europe, Pin de Briançon arbre du mois

Publié le 3 Février 2021

arbre, écorce et aiguilles de Mélèze d'Europe, Pin de Briançon  (Larix decidua)
arbre, écorce et aiguilles de Mélèze d'Europe, Pin de Briançon  (Larix decidua)
arbre, écorce et aiguilles de Mélèze d'Europe, Pin de Briançon  (Larix decidua)

arbre, écorce et aiguilles de Mélèze d'Europe, Pin de Briançon (Larix decidua)

Cône femelle rouge et à l'opposé, des cônes mâles jaunâtres  de Mélèze d'Europe, Pin de Briançon  (Larix decidua)

Cône femelle rouge et à l'opposé, des cônes mâles jaunâtres de Mélèze d'Europe, Pin de Briançon (Larix decidua)

Cônes femelles verts puis rouges de Mélèze d'Europe, Pin de Briançon  (Larix decidua)
Cônes femelles verts puis rouges de Mélèze d'Europe, Pin de Briançon  (Larix decidua)
Cônes femelles verts puis rouges de Mélèze d'Europe, Pin de Briançon  (Larix decidua)

Cônes femelles verts puis rouges de Mélèze d'Europe, Pin de Briançon (Larix decidua)

Cônes  récents   et anciens de Mélèze d'Europe, Pin de Briançon  (Larix decidua)
Cônes  récents   et anciens de Mélèze d'Europe, Pin de Briançon  (Larix decidua)

Cônes récents et anciens de Mélèze d'Europe, Pin de Briançon (Larix decidua)

Le Mélèze vous est  bien connu car c’est le seul conifère de nos régions à perdre ses aiguilles. Retour sur un arbre de première importance de l’industrie du bois.

Roland



Nom scientifique :  Larix decidua Mill., 1768

Origine du nom : « Larix »  vient du latin qui désignait cet arbre  tiré du nom en celte et  du latin « deciduus», qui signifie caduque. Mélèze viendrait de la racine,  mel, le miel.

Autre nom commun : Laricine commune.

Nom en dialecte et allemand : Lärche

Nom anglais : European larch


Date de l’observation: le 29 janvier à Lemberg (57)

Famille de plantes : c’est la famille des  Pinaceae . Cette famille regroupe 11  genres de  ces plantes à fleurs nues ou gymnospermes comme les sapins, épicéas et mélèzes. Ces derniers sont très répandus comme arbres en forêt, en sylviculture et acclimatées sous toutes les latitudes. Au total il existe environ 220 espèces, en majorité des arbres et quelques arbustes. Certains comme le sapin de Douglas peuvent atteindre 70 mètres de haut.  Une des particularités des arbres appartenant aux Pinaceae,  est la production de résines odorantes. Elles les protègent par leur toxicité contre l’écorçage et le broutage des animaux. Les constituants sont des carbures terpéniques dénommés pinènes.
Les feuilles sont des aiguilles enroulées en spirale ou en touffes.
La majorité des espèces sont à feuilles persistantes  (de 2 à 10 ans) mais certains comme les mélèzes perdent leurs aiguilles. Les cônes sont le plus souvent ligneux (en bois).
Les pinacées ont une grande valeur économique. Ils couvrent d’immenses zones de forêts dans les régions, boréales et sur certains massifs comme les Vosges et les Alpes. Ils sont cultivés pour fournir du bois aux industries de construction, de fabrication de mobilier ou pièces spéciales et au chauffage domestique

 

Type : arbre conifère droit à port pyramidal et aux aiguilles caduques

Hauteur: 30 à 40 m et jusqu’à 50  mètres

Tronc : très ramifié dans la partie active. Peut atteindre 1.5 mètre de diamètre.
Écorce de couleur brun-grisâtre, crevassée, très épaisse, rougeâtre à l’intérieur.

Racines : elles sont profondes et permettent  au Mélèze de bien se développer dans les terrains secs. Ses racines  s’étalent selon la profondeur
de la terre végétale dans les sols montagneux et rocheux. Son enracinement est  si bien développé que le Mélèze est utilisé dans les couloirs d’avalanches et les pentes fortes pour éviter les déclenchements des avalanches et lutter contre l’érosion des sols.

Longévité : 500ans et jusqu’à 800 ans, résiste aux grands froids.


Feuillage: aiguilles de 15 à 35 mm, de couleur vert clair, molles mais brillantes sur les deux faces, en rosettes ou faisceaux de 20-40 aiguilles. Les jeunes rameaux de l’année sont gris, jaunâtres, glabres et leurs aiguilles isolées Les aiguilles sont caduques et jaunissent en automne avant de tomber.

 

Floraison: de mai à  juin
 

Fleurs:
les fleurs mâles et femelles sont sur des cônes séparés soit unisexuées. Rappelez-vous que la plupart des plantes à fleurs ont les organes  mâles et femelles réunis sur une fleur unique et sont hermaphrodites comme les marguerites, les roses, les tulipes…
Les chatons mâles sont de couleur jaune ; petits, nombreux, et pendants. Les cônes femelles, de 20 à 40 mm, ont des écailles rouges appliquées les unes contre les autres. Après maturité elles vont brunir et se lignifier. Le mélèze fleurit tous les 3,4 ou 5 ans.

Confusion possible.oui, avec d’autres mélèzes (du Japon, d'Amérique...). Les différences les plus évidentes sont la couleur, taille des cônes, et la couleur, forme et disposition des aiguilles.

Habitat: pousse sur sols pauvres non compacts qu’il améliore entre 200 et 1000m et plus. Planté dans nos régions sur calcaire et dans les Vosges du Nord mais bien plus présent dans les Alpes. La sécheresse estivale du climat méditerranéen  ne lui convient pas. A noter que le Mélèze est qualifié d’arbre envahissant en Nouvelle Zélande car il  se développe au détriment des  espèces locales


Protection : arbre planté sans protection légale

Fruit : un cône de 35 à 40 mm contenant de petites graines ailées


Utilisation  :
Bois de cœur rosé à rouge sang, aux belles qualités esthétiques et aux exceptionnelles propriétés mécaniques et de conservation. Le mélèze est appelé « le chêne des Alpes » !  Cet arbre est utilisé en ébénisterie et menuiserie, charpente, menuiserie intérieure et extérieure, panneaux, tasseaux, poteaux, bardeaux, piquets. Ce bois n’est pas attaqué par les insectes. Il est imputrescible  ce qui le rend utilisable pour des charpentes et panneaux de façade de chalets de montagne, et même les gouttières et les toits (bardeaux) ainsi que les traverses de chemin de fer…
Autres usages des extraits servent à colorer la laine ou tanner les cuirs.

Des recherches au niveau européen sont faites pour améliorer la génétique de cette espèce, la rendre facile à planter en plaine et moins sensible aux maladies et attaques des ravageurs. La production de bois est de 10 à 12 m3 par hectare et par an selon les sols.
La  plantation se fait en rangs serrés de 400 plants par hectare en  faible densité à 1000, en forte densité. Le mélèze est sensible à la concurrence d’autres arbres et nécessite un suivi tous les 5ans au moins.
Cet arbre bien enraciné est souvent planté pour sa capacité à limiter l’érosion sur des pentes abruptes.

Usage alimentaire :
Les jeunes aiguilles peuvent être  mangées  en salade.

Usage médicinal :

Le mélèze produit lors de gros contrastes thermiques au début de l’été, une substance qui forme au bout de ses aiguilles de petits grains blancs. Un puceron spécifique au nom de Cinara laricis est à l’origine de sécrétions qui se cristallisent ainsi. Ce produit est appelé « la manne de Briançon ». Elle était  utilisée comme désinfectant urinaire et pulmonaire et comme purgatif.

La résine de Mélèze :
Elle fluidifie les sécrétions bronchiques et donc est  utilisée pour lutter contre les problèmes des voies respiratoires.  Elle est incorporée dans certains médicaments car elle stimulerait le système immunitaire en augmentant la production des globules blancs et des macrophages destructeurs de corps étrangers. Elle possède aussi des propriétés désinfectantes et était utilisée en lotion pour désinfecter les ulcères et les inflammations oculaires
Elle serait efficace contre les maux de gorge et est encore  utilisée comme  gomme à mâcher en Russie.


Cette résine mériterait un article complet tant son histoire et ses propriétés sont riches. Elle est récoltée par forage de trous dans le tronc des arbres.
Vous pouvez vous reporter à l’article wikipedia. En résumé : cette résine est une oléorésine secrétée par le Mélèze. Elle  est épaisse, très consistante et, fait rare,  ne durcit pas à l’air. Elle est dénommée « laryx » ou « térébenthine de Venise. » après purification par distillation. Ce produit est utilisé pur ou en mélange pour faire des vernis, de la cire à cacheter, des cires balsamiques pour protéger les meubles


Maladies :
Le Mélèze est sensible à la pollution atmosphérique, fluor, ozone et soufre en particulier. Des chenilles et insectes  dévorent ses aiguilles  comme la Mineuse des aiguilles, la nonne (Lymantria monacha), le grand scolyte du mélèze (Ips cembrae), le chermès et certains papillons de nuit .
Selon l’humidité ambiante et celle du sol , il devient sensible aux mycoses provoquées par le chancre, les  armillaires et d’autres champignons.




Texte et photos Roland Gissinger (Anab)- )- relecture Bernard Weinzaepflen (Anab)

Rédigé par ANAB

Publié dans #Arbres

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Bonjour Roland,<br /> Je suis intrigué par la belle photo du mélèze en entier. A-t-elle été prise de nuit ?
Répondre
R
Bernard "l'intrigant", euh, pardon "l'intrigué", je te confirme que la photo a été prise non pas la nuit mais en soirée et c'est pour cette raison que l'on y voit la lune