Le Muscari faux-botryde, Muscari botryoïde, Muscari en grappe, Petit muscari

Publié le 11 Avril 2021

Muscari faux-botryde, Muscari botryoïde, Muscari en grappe, Petit muscari (Muscari botryoides)
Muscari faux-botryde, Muscari botryoïde, Muscari en grappe, Petit muscari (Muscari botryoides)
Muscari faux-botryde, Muscari botryoïde, Muscari en grappe, Petit muscari (Muscari botryoides)

Muscari faux-botryde, Muscari botryoïde, Muscari en grappe, Petit muscari (Muscari botryoides)

Amis lecteurs toutes nos excuses, les commentaires ne sont toujours pas accessibles à vous tous. Cela dépend de votre navigateur selon overblog!!

Voici une plante bien appréciée des  jardiniers car elle est de couleur flashy. Il en existe de nombreuses espèces et pour les  amateurs, je vous encourage à trouver et planter d’autres espèces que le traditionnel Muscari armeniacum ou Muscari d’Arménie. D’autres muscaris sont encore plus surprenants.



Roland



Nom scientifique : Muscari botryoïdes (L.) Mill., 1768


Origine du nom : de son nom arabe « muscarimi  »  ou peut-être  du latin « muscan » qui veut dire musc, en lien avec d’autres espèces ayant cette odeur dont le Muscari musqué. « botryoides », signifie en forme de grappe.

Dialecte, allemand: Moschushyazinthe, Bisamhyacinthe, Kleine  Traubenhyazinthe

Nom anglais : Compact Grape-hyacinth



Date et lieu  de l’observation : le 5 avril à Enchenberg (57)

Famille de plantes: celle des Asparagacées, celle du muguet, de l’asperge, des jacinthes, du sceau de Salomon, la Phalangère à feuille de lys…autrefois des Liliacées. Depuis les dernières modifications par l’organisme de classification des plantes, l’AGP Angiosperm Phylogeny Group, cette famille comprend 2900 espèces réparties en 114 genres.
La majorité d’entre elles sont des plantes vivaces à bulbes ou rhizome  ou tubercule ou des lianes. Les feuilles sont réduites et les fleurs typiquement de type 3 ou 6. Il existe 42 espèces de muscari dans le monde et la plus cultivée est Muscari armeniacum.

Catégorie : plante vivace glabre sur un petit bulbe conique mais qui prolifère rapidement

Port : tige cylindrique, droite

Hauteur : 10 à 30 cm

Feuillage : 2 à 4 feuilles linéaires charnues, canaliculées de sections circulaire (3 à 8 mm) et situées à la base. En principe elles ne dépassent pas l’inflorescence (au contraire du très voisin Muscari neglectum). Elles ont une couleur vert-glauque et sont plus larges à leur extrémité.




 

Muscari faux-botryde, Muscari botryoïde, Muscari en grappe, Petit muscari (Muscari botryoides)
Muscari faux-botryde, Muscari botryoïde, Muscari en grappe, Petit muscari (Muscari botryoides)
Muscari faux-botryde, Muscari botryoïde, Muscari en grappe, Petit muscari (Muscari botryoides)

Muscari faux-botryde, Muscari botryoïde, Muscari en grappe, Petit muscari (Muscari botryoides)

 

Floraison : mars à avril  

Couleur des fleurs : fleurs bleu azur à violet ; presque sans odeur,  situées à l’extrémité haute de la tige.

  L’inflorescence de 4 à 6 cm, se termine en haut par des fleurs, en forme de grelot  de 3 à 4 mm. Chaque fleur est portée par un petit pédicelle de 0.5 à 5 mm et possède une ouverture bordée de 6 segments blancs recourbés.
Pollinisation par les insectes mais cette plante est aussi autofertile.

Confusions possibles :
avec les autres "muscari", sauvages ou cultivés.  Les différences entre les espèces sont : les feuilles, l’aspect de la grappe et des fleurs, la taille et la forme des fleurs, les fruits ou capsules.


Fruits
: capsules en cœur,  non échancrées contrairement à Muscari racemosum, symétriques sur 3 axes. A maturité, les graines sont striées et rugueuses.


Habitat : plante de terrain calcaire qui préfère les friches, les vignes, terrasses sèches, les forêts claires des chênes sessiles ou  pubescents. Présent dans le centre, l’est et le sud de l’Hexagone mais  absente dans la façade l’ouest, le nord et les Alpes.


Usage alimentaire :
les bulbes cuits sont comestibles mais restent amers.

 Usage médicinal
: pas d’usage trouvé.


Protection : plante peu fréquente, disparue de certaines  régions  (Picardie, Champagne Ardenne) et classée vulnérable (VU) car  très rare  dans d’autres (Bourgogne, Franche Comté, Lorraine, Pays de Loire, Rhône Alpes) 
Classée Znieff dans d’autres régions (Alsace, Centre, Charente-Poitou)
Cette plante a souvent été cultivée si bien qu’il est difficile de savoir si les populations rencontrées sont d’origine ou non.



Texte et photos : Roland Gissinger (ANAB) relecture Bernard Weinzaepflen




Voir la bibliographie utilisée dans notre rubrique répertoire- index des plantes

https://cbnbp.mnhn.fr/cbnbp/especeAction.do?action=fiche&cdNom=108869

 

Rédigé par ANAB

Publié dans #Biodiversité de notre région, #Fleurs bleues

Commenter cet article
B
grâce à ces bonnes photos, j'ai découvert des détails que je n'avais jamais vus à l'oeil nu
merci Roland
Répondre
A
Merci Bernard de ce commentaire.
Voir de près un insecte ou une fleur nous fait toujours découvrir des détails intéressants