L’Empis marqueté

Publié le 23 Juin 2021

L’Empis marqueté	(Empis tessellata) sur de l'Aubépine à deux styles (Crateagus laevigata)
L’Empis marqueté	(Empis tessellata) sur de l'Aubépine à deux styles (Crateagus laevigata)

L’Empis marqueté (Empis tessellata) sur de l'Aubépine à deux styles (Crateagus laevigata)

L’Empis sp marqueté	(Empis sp tessellata)

L’Empis sp marqueté (Empis sp tessellata)

Quand vous aurez découvert, comme moi,  le rituel nuptial de cet empis et d'un autre empis, vous serez stupéfaits. La nature nous cache bien d'autres secrets.
Roland

Nom scientifique : Empis tessellata Fabricius, 1794

Origine du nom : provient du grec« empis », « moucheron ». Son petit nom «tessellata» signifie « en mosaïque », allusion aux dessins sur son thorax.

Observation : le 15 juin à Schalbach  (57)


Nom allemand : Gewürfelte Tanzfliege

Nom anglais : dance fly


 

Classification :  cet Empis marqueté appartient à la famille des Empididae  de l’Ordre des Diptères ( du grec di, deux et pteron, ailes ). Ce groupe comprend des insectes au nom vernaculaire de mouches, syrphes, taons, moustiques..    
Les Empidae sont une famille qui rassemble d’innombrables espèces (plus de 3000 décrites) de mouches prédatrices-chasseuses avec un bec suceur très développé et de longues pattes.

Rituel des offrandes :
Ces mouches  ont la particularité d’avoir un rituel d’offrande nuptiale. Le mâle chasse une proie offerte à l’accouplement que la femelle va dévorer juste après. D’autres espèces offrent ce « cadeau » emballé dans un cocon ; D’autres offrent juste le cocon sans insecte ou même un simple pétale de fleur ! A noter que l’évolution des espèces  fait apparaitre des comportements surprenants.

L’entomologiste Karl von Osten-Sacken a remarqué que chez certaines espèces les femelles se regroupent le soir à certains endroits et rivalisent entre elles pour attirer l’attention des mâles. Les femelles ne chassent pas  de proies. En réalité, elles « ne chassent plus ». Les mâles se présentent au "rendez-vous" avec une proie, cadeau à leur future mariée. Ce cadeau est, tenez-vous bien, leur seul repas protéiné. C’est pourquoi il leur est indispensable pour la ponte et leur survie. Sans ce « cadeau » elles meurent ou ne pondent pas. Le rituel  cadeau-séduction est si élaboré  que les femelles,pour se rendre irrésistibles, ont développé des ornements sophistiqués. Elles arrivent à gonfler leur abdomen avec de l’air et essayent de paraitre imposantes. Leurs longues pattes sont aussi utilisées avec l’abdomen gonflé pour simuler la présence à l'intérieur d’ovules à maturité et obtenir ainsi les faveurs d’un mâle. Ceci est observé chez Rhamphomyia longicuada.
Si le mâle se trompe de femelle et en choisit une  sans ovules fécondables, sa descendance est compromise. La femelle aura sans doute une deuxième ration avec un autre mâle quand elle sera vraiment féconde.
Incroyable, non ?

L’Empis marqueté	(Empis sp tessellata) sur de l'Aubépine à deux styles (Crateagus laevigata)

L’Empis marqueté (Empis sp tessellata) sur de l'Aubépine à deux styles (Crateagus laevigata)

Dimensions : 9 à 12 mm

Durée de vie : mars à novembre, produit 2 à 3 générations annuelles et hiberne sous sa forme adulte

Description : mouche de taille moyenne à grande, au corps élancé, allongé. Ce qui frappe ce sont ses deux yeux brun-rouge et sa longue trompe fixée sur sa tête globuleuse. Les antennes sont courtes en trois segments. Le dernier porte un cil plus ou moins court dénommé arista. Les yeux du mâle sont contigus et ceux de la femelle en principe séparés ce qui permet de distinguer les deux genres avec la forme de l’extrémité de l’abdomen. L’abdomen est noir taché de gris. Sur le côté apparaissent de manière très visible une ligne de points noirs qui sont les ouvertures de ses trachées respiratoires.
Le dessus du thorax est noir et est rayé de trois bandes noires et deux bandes marron caractéristiques
de cette espèce.
Les ailes sont brunes et se terminent par une couleur claire. Les ailes vestigiales, les balanciers sont de couleur jaune clair.
Rappelons qu’ils servent à équilibrer le vol des mouches. Les balanciers, en forme de mini-haltères,  tournent très rapidement et permettent d’équilibrer la force des ailes. A la manière d’un hélicoptère il peut faire  des acrobaties.
Les pattes sont longues et fines

Nourriture des larves : la larve vit  dans les végétaux en décomposition et se nourrit de petits arthropodes et de végétaux
Cette larve subira plusieurs mues et en fin de cycle se nymphosera dans une nymphe dénommée pupe comme chez tous les diptères. De cette nymphe au terme de la mue imaginale sortira l’insecte adulte.

Nourriture des adultes : l’insecte adulte ailé, est un prédateur de mouches et moustiques mais aussi de petits papillons, de punaises, d’hyménoptères, tricoptères…. Avec ses longues pattes il peut agripper des proies aussi grandes que lui. Grâce à ses mandibules en bec suceur, il va aspirer l’hémolymphe de l’insecte. Il semblerait que ce soit surtout le mâle qui chasse mais cela n’apparait pas dans les articles consultés.  .  L’empis se nourrit aussi du pollen et du nectar des fleurs très diverses comme des rosacées. C’est un auxiliaire de l’agriculture très efficace puisqu’il élimine de nombreux petits prédateurs des cultures.

Biologie et activité : la femelle pond de nombreux œufs dans le sol humide, le fumier ou des eaux stagnantes
 


Reproduction : les empis sont dénommés mouches dansantes en allemand et anglais. Ce nom est lié à leur comportement pendant la phase précédant la fécondation. Pendant cette période, le mâle vole de haut en bas devant la femelle avec son petit (ou grand) cadeau accroché aux pattes. Convaincue, la femelle va consommer le cadeau pendant l’accouplement et améliorer sa nutrition en protéines indispensables pour compenser les pertes liées à la ponte.
Ce rituel est assez rare chez les insectes. Il est commun aux empididae avec de nombreuses variantes décrites plus haut.


Habitat :dans de nombreux  les pays d’Europe. Les adultes fréquentent les placettes riches en fleurs, haies, prairies, endroits incultes, jardins.


Confusion : facile à confondre. Avec d’autres empis et d’autres mouches

 

Prédateurs : chauve souris, oiseaux mais aussi certains champignons lorsqu’il fait froid et humide ( Entomophtera muscae)

Protection : insecte commun,  non protégé






Texte  et Photos : Roland: Roland Gissinger (ANAB)-

Détermination des insectes  sur les photos: Martine Devondel

Bibliographie; voir index-annuaire des fiches biodiversité

Articles de référence et bibliographie :
http://demons-et-merveilles.fr/galeries/dipteres/pages/empis-tessellata2.html
https://www.quelestcetanimal.com/dipteres/lempis-marquete/

compétition des femelles Rhamphomia
https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0003347299913106

Rédigé par ANAB

Publié dans #Insectes de chez nous

Commenter cet article