Le Dompte-venin

Publié le 2 Juin 2021

Le Dompte-venin (Vincetoxicum hirundinaria)
Le Dompte-venin (Vincetoxicum hirundinaria)

Le Dompte-venin (Vincetoxicum hirundinaria)

Voici une plante très peu commune dans notre région. Elle est plus commune à l’ouest de la  Lorraine et dans le sud du pays. Avec un nom pareil, cette plante a fait fantasmer bien des magiciens et autres jeteurs de sorts. Pour ceux qui ne la connaissent pas faisons connaissance.
Roland




Nom scientifique : Vincetoxicum hirundinaria Medik., 1790

Origine du nom: vient du latin « vincere » n vaincre et « toxicum », le poison car cette plante était supposée être un anti poison. « hirundinacea » vient « hirunda-inis » l’hirondelle et « -aria », suffixe désignant une herbe, peut-être en raison de la forme de ses graines ailées  à allure d’aile d’hirondelle.

Autres noms communs : Asclépiade blanche, Contre-poison


Nom commun allemand/ dialecte : Schwalbenwurz

Nom anglais :
white swallow-wort

Date de l’observation:  le 26 mai Génicourt (55) et vu dans notre région un 13 juin à Weyer (67)

 


Famille de plantes :. c’est la famille des Apocynacées qui comprend en France les pervenches et le Laurier rose.

. Elle compte plus de 5000 espèces réparties en 366  genres (le genre c’est le premier nom latin). Elles sont présentes surtout dans les zones tropicales, régions intertropicales. Elle comprend de nombreuses lianes, des arbres dont des  géants de plus de 80 mètres de la zone indomalaisienne (Alstonia, Dyera) la plupart à latex toxiques voire très toxiques Certains étaient utilisés pour obtenir du caoutchouc et d’autres pour obtenir du poison (Afrique australe)

Caractéristiques communes des Apocynacées:
 C’est une famille homogène de dicotylédones. La plupart ont des feuilles persistantes, simples alternes ou verticillées (comme attachées à un même point).
Les fleurs sont hermaphrodites La corolle de la fleur se reconnait  au nombre de pétales (5) soudés en forme de roue coupée de biais comme un ventilateur. Le fruit est une drupe, une baie, une capsule ou un follicule.
Leur composition  chimique est caractérisée par la présence de substances très toxiques ou toxiques chez de nombreuses espèces.
En retour de nombreuses espèces sont des sources naturelles de médicaments. Leurs principes actifs doivent être dosés de manière médicale précise.

L’un des plus connus est la vincaleucoblastine tirée d’une plante tropicale le Vinca rosea et utilisée contre les leucémies.




Description: plante moyenne, ramifiée, vivace. La racine est très épaisse, très profonde et contient un suc irritant.

Hauteur: 30 à 100 cm

Tiges: robuste,  tige et pétioles des feuilles finement pubescentes.

Feuilles: luisantes et entières dites décussées (opposées  et croisées avec les paires de feuilles suivantes), Elles sont en forme de cœur à la base et lancéolées pointues vers le haut.

Le Dompte-venin (Vincetoxicum hirundinaria)
Le Dompte-venin (Vincetoxicum hirundinaria)
Le Dompte-venin (Vincetoxicum hirundinaria)
Le Dompte-venin (Vincetoxicum hirundinaria)

Le Dompte-venin (Vincetoxicum hirundinaria)

Exemples des fruits mais  ici chez le Dompte_venin noir  (Vincetoxicum nigrum)

Exemples des fruits mais ici chez le Dompte_venin noir (Vincetoxicum nigrum)

Floraison: mai à août

Couleur des fleurs: plante avec de petites corolles (10  mm) blanches à jaunes regroupées par cymes à l’aisselle des feuilles. La fleur de symétrie radiale est formée autour d’une coronule (petite couronne) par 5 pétales soudés et d’un calice de 5 sépales en pointe soudés.

Voici nouvelle fois un mécanisme ingénieux inventé par Dame Nature pour favoriser la multiplication d'une plante:
La pollinisation des fleurs  est faite en majorité par les diptères (zoogamie par des mouches). Un système de glandes produisant des  molécules chimiques aminées  attire  les mouches  avec cette odeur pas très agréable de poisson.  Ce système est complété par un piège à insectes. Les nectaires sont situés à proximité des anthères (organes mâles des fleurs). Pour pomper le nectar, les mouches  doivent passer leur trompe  à travers une fente d’un organe particulier le gynostegium. Elles ne sont libérées qu’en emportant avec elles  les boules de pollen. Elles iront avec ces boules polliniser d’autres plants de Dompte-venin. Les mouches trop petites ne peuvent plus sortir et y meurent.

Fruits : après fécondation par le grain de pollen, la plante va former un fruit très typique, en forme de fuseau de 3 à 6cm qui contient des graines munies d’une aigrette soyeuse de 2cm environ.  La graine est ainsi transportée par les animaux (zoochorie)  et l’eau (hydrochorie).

Habitat : plante thermophile et calciphile pauvres en humus des coteaux, pierriers, friches et buissons de sols calcaires bien exposés

Ecologie : cette plante abrite la chenille de la Plusie de l’Asclépiade dont c’est la nourriture exclusive ; Comme cette plante est toxique, ce n’est pas la foule pour aller la brouter et la chenille de ce papillon de nuit est unique
avec l'une ou l'autre punaise.

Confusion : allure bien typique, difficile à confondre avec ses fleurs et fruits  bien typés

Protection : plante rare dans le Nord du pays, classée EN (en danger) en Picardie,  critique (CR) dans le Nord-Pas-de-Calais.


Utilité alimentaire: plante entièrement toxique



Utilisation médicinale :
Autrefois on croyait que ce Dompte-venin avait des pouvoirs anti poison en particulier contre les serpents venimeux. Elle était aussi utilisée comme diurétique. Ces utilisations sont toutes terminées ; Il subsiste une utilisation en homéopathie  contre le rhume.
Toxiques : glycosides de type saponine (vincétoxine) , alcaloïdes iso quinoléines

Les moutons et ovins évitent cette plante.

Croyances et mythes :
La plante était censée retirer des fragments d’os des blessures juste par application externe !!
Cette plante miraculeuse était aussi censée ouvrir toute porte verrouillée du temps antique, rien que cela. C’était du temps du fameux docteur botaniste Pedanius Discoride un des précurseurs de la pharmacologie. Il a décrit à l’époque l’effet thérapeutique de 827 substances  naturelles.


Texte et photos Roland Gissinger (Anab) –


Sources bibliographiques voir index biodiversité


 

Rédigé par ANAB

Publié dans #Biodiversité de notre région, #Fleurs jaunes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Une de plus que je ne connaissais pas, merci pour ce partage .
Répondre
R
Merci Jpl. Il est très présent sur certains sites (calcaires) et certaines régions, absent ailleurs comme dans le nord