Le Millet diffus, Millet étalé, Petit millet, Millet sauvage

Publié le 22 Septembre 2021

Le Millet diffus, Millet étalé, Petit millet, Millet sauvage (Milium effusum)
Le Millet diffus, Millet étalé, Petit millet, Millet sauvage (Milium effusum)

Le Millet diffus, Millet étalé, Petit millet, Millet sauvage (Milium effusum)

Le Millet diffus, Millet étalé, Petit millet, Millet sauvage (Milium effusum)
Le Millet diffus, Millet étalé, Petit millet, Millet sauvage (Milium effusum)
Le Millet diffus, Millet étalé, Petit millet, Millet sauvage (Milium effusum)

Le Millet diffus, Millet étalé, Petit millet, Millet sauvage (Milium effusum)

Voici une plante discrète pourtant presque toujours présente en forêt
Roland


Nom scientifique : Milium effusum L., 1753
 
Origine du nom : « millium »  dérive du latin  «molere», moudre car le millet était l‘une des premières céréales cultivées pour de la farine et « effusum » signifiant « éparpillé » pour rappeler l’allure de cet épi.

Nom en dialecte et allemand : Waldhirse, Wald-Flattergras

Nom anglais
 : wood millet

Date de l’observation: le 17 septembre à Binning (57)

Famille de plantes : C’est la grande famille des  Poacées autrefois dénommées Graminées.
Il existe plus de 12 000 espèces identifiées au niveau mondial et plusieurs centaines en France.
Ce sont toutes ces herbes qui ressemblent de près ou de loin à du maïs, du riz, canne à sucre, du bambou, du mil, du blé, de l’avoine ou encore de l’orge.
C’est LA famille de première importance au niveau nutritionnel, toutes les céréales comestibles en font partie

Elle recouvre 40% de la couverture végétale terrestre.
Caractères communs :
Plantes herbacées à fleurs peu visibles, non colorées. Leurs  tiges, les chaumes,  sont  cylindriques, creuses et portent des nœuds où naissent les feuilles.
Normalement une feuille possède une partie élargie, le limbe et une partie étroite le pétiole qui la raccorde à la tige comme la feuille d’un pommier par exemple.
Les feuilles des Poacées, n’ont pas de vrai pétiole et forment une gaine foliaire entourant la tige à partir du nœud. Le limbe de la feuille s’élargit  quand il s’écarte de la tige, à partir de la ligule. Il  devient alors visible pour l’observateur. Il lui est aussi facile de reconnaitre au toucher ces nœuds car renforcés par des fibres.
Le réseau racinaire des Poacées est variable pour s’adapter à tous les milieux. . Il est très perfectionné  et permet à certaines espèces d’améliorer les rendements agricoles ou de s’étendre rapidement  pour former des grandes pelouses ou gazons, par tallage ou drageonnage.



Hauteur: de 50 à 140 cm

Tige : herbe vivace en touffes lâches. Les tiges sont droites et genouillées  à la base

Feuillage: feuilles de 10 à 30 cm  de long sont scabres (rugueuses-coupantes) et mesurent de 5 à 15 mm de large
 vert clair

La ligule  est une cicatrice qui apparait  à l’endroit ou la feuille rejoint la tige. Elle est souvent typique d’une espèce. Ici elle est triangulaire,  souvent déchirée,  mesure 3 à 8 mm  et son sommet est arrondie en lambeaux.

Floraison: mai  à août
 
Couleur des fleurs: les fleurs de ce millet forment  une grande panicule pyramidale dénommée épi.
Cet épi est ici, une panicule très étalée, de 10 à 30 cm pour 7 à 15 cm de large.. Les fleurs se trouvent dans des petits éléments ovales dénommés épillets de couleur vert-pâle.  Chez le Millet étalé, chaque épillet, dépourvu d’arrête, d’une taille de 3 à 4 mm contient une seule  fleur fertile.

Les 2 glumes obtuses sont les enveloppes externes de l’épillet et sont identiques.  Les glumelles petites écailles qui entourent la fleur,  sont un peu plus petites.

La composition et disposition des épillets est typique de chaque poacée et nécessite  une bonne loupe pour l’observation.

Les étamines sont typiquement en forme d'X et les fleurs femelles ont la forme de longs plumeaux blancs (voir photo). Leur surface est papilleuse, collante ce  qui permet d’améliorer la collecte de grains de pollen.


Pollinisation : par le vent

Confusion possible : avec d’autres poacées

Habitat: plante sciaphile (qui aime l’ombre), terrains  forestiers riches en humus, frais à assez frais ou sur pelouse ombragée et peu fauchée
Pousse de préférence sur sols calcaires et  neutres et quelquefois sur sols acides

 Fruit : une graine ou caryopse de 2 mm  reste enfermée dans les glumelles qui deviennent plus épaisses à maturité. La propagation des graines se fait par les fourmis et les autres animaux.

Protection : plante non réglementée

Usages :
Alimentaire : cette plante servait à fabriquer de la farine mais les grains sont petits

Intérêt écologique : Elle sert de nourriture aux animaux herbivores sauvages.


Horticole : plante utilisée en décoration de jardins, surtout les clones colorés (variété « aureum »)

Médecine : pas d’usage trouvé.



Texte et photos Roland Gissinger (Anab)



Sources bibliographiques voir index biodiversité

Rédigé par ANAB

Publié dans #Fleurs vertes-brunes, #Biodiversité de notre région

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article