Le brame du cerf

Publié le 24 Octobre 2021

Brame du cerf - Photos Claudie Stenger
Brame du cerf - Photos Claudie Stenger
Brame du cerf - Photos Claudie Stenger

Brame du cerf - Photos Claudie Stenger

 

Le brame du cerf


La saison du brame des cerfs  touche à sa fin en ce moment. Il reste possible d’entendre ce son très puissant au fin fond des forêts.

Qu’est ce que le brame :
Pour ceux qui ne l’ont jamais entendu : le brame est un son très fort émis par le mâle adulte uniquement pendant la période de reproduction, de mi-septembre à mi-octobre. Ce son appelé « raire » est rauque, guttural et ressemble à celui d’une vache mais il est  40 fois plus puissant. Pas besoin d’être à côté du cerf pour l’entendre. Le cerf tend son cou vers le ciel en retournant sa tête, bois contre son dos. S’il veut augmenter l’intensité de son cri  il est nécessaire qu’il soit immobile. Il émet plusieurs appels, de 3 à 6, le dernier étant prolongé. Les cordes vocales du cerf sont modifiées et amplifiées avant le rut par l’émission de grandes quantités d’hormone typiquement mâle, la testostérone.

Où et quand l’entendre :
Vous pouvez l’entendre là où se trouvent les troupeaux de cerfs, dans les grandes forêts de nos régions ou dans certains  parcs privés. Le cerf brame la nuit, quelquefois le jour. Les périodes les plus intenses se situent à la tombée de la nuit quand les individus sortent de leurs cachettes en forêt pour aller brouter dans les clairières et prairies.
Le mauvais temps n’empêche pas les cerfs de bramer mais rend plus difficile les rencontres et la perception des raires.

Pourquoi le cerf brame-t-il ?
Les biches vivent en hardes et les mâles sont en principe solitaires. L’évolution donne la préférence à ceux qui savent séduire les femelles de quelque manière que ce soit.
Le brame est un moyen chez  le cerf dominant d’une harde de marquer son rang. C’est un complément au marquage olfactif qu’il réalise  en imprégnant les arbres et les arbustes avec son urine et les sécrétions de ses glandes spécialisées. Il n’a pas de territoire forestier car la harde est toujours en  mouvement et lui aussi peut essayer de conquérir une autre harde. En bramant il va donc se faire entendre par tous les prétendants éventuels à la ronde qui voudraient entrer dans son territoire et s’approprier ses femelles.
Il est évident que plus son cri est fort plus il va augmenter son espace et éloigner ses rivaux.
Le brame est un moyen doux d’éviter l’affrontement physique des mâles. Certains renoncent et vont chercher une autre harde,  moins bien défendue.

Rassembler le troupeau :
Par son brame le cerf intime aux biches de rester près de lui. Il essaye de les convaincre qu’il est le mâle idéal pour leur descendance !  Le cerf brame aussi après un combat, quand il poursuit une biche, après une saillie ou par auto-excitation

Échec de la dissuasion du brame :
La ramure et son importance jouent un rôle avant le combat. C’est sans doute pour cette raison que certains cerfs la couvrent de végétaux pour amplifier son volume. Vous pourrez trouver de nombreuses photos de tels cerfs. Si un rival n’est pas convaincu par la puissance du son et la ramure du chef de harde local il va tenter de prendre sa place et l’affronter dans un combat qui peut être violent. Les rivaux essaient de se pousser l’un l’autre, de faire reculer l’adversaire. Le plus faible alors, s’avouera vaincu et partira. Mais pendant le combat, ce sont des chocs bruyants, bois contre bois. Les ramures peuvent s’emmêler, les pointes peuvent blesser. Les adversaires, si le combat est long, en sortent épuisés. Parfois, ils ne peuvent plus séparer leurs bois entremêlés et finissent par mourir.



Le Cerf dominant dirige la harde ? :
Le cerf qui veut garder son harem, on dit harpail,  a fort à faire. En plus des rivaux qui l’affrontent en direct, certains plus malins cherchent à séduire les femelles pendant ses combats ou bien quand il en est éloigné. Il doit donc en permanence courir pour chasser les intrus, marquer son territoire avec ses sécrétions, bramer et surtout chercher les femelles qui seraient prêtes à s’accoupler.

En fait, ce sont les femelles qui prennent les décisions de déplacement et de fuite, en particulier la femelle alpha de la harde.
Le grand cerf est obligé de suivre la harde pour conserver le contact.
En fin de brame le cerf aura perdu plus de 40 kg car certains jours, tout affairé à « protéger » ses femelles, il en aura oublié de manger ou n’en aura pas eu le temps.

Les biches ne sont pas en chaleur très longtemps, 24 ou 48 heures. Hors de ce court laps de temps elles fuiront toutes les avances du seigneur local et des autres. Ceci complique bien sûr la tâche des cerfs.


Accouplement :
Les études génétiques des troupeaux montrent que les faons ne sont pas tous nés du mâle dominant. Il a fort à faire et plus le harpail est important plus les chances augmentent pour qu’un autre mâle intervienne. C’est une simple question de temps et d’espace. Le mâle dominant ne peut être partout à la fois et tout le temps. Dans la forêt wallonne de saint Hubert, 87% des embryons provenaient de pères différents. (Etude de Sabine Bertouille et all).
Il a été aussi noté que la « séduction » des femelles n’étaient pas en toujours en rapport  avec la taille du mâle.

Quand la femelle sera réceptive un mâle, souvent le dominant, transmettra son patrimoine génétique. La biche peut conserver en dormance plusieurs ovules fécondés. Le développement de l’embryon commencera en fin d‘année pour la mise bas, 8 mois plus tard de mi-juin à mi-juillet.

Conclusion :
Le brame du cerf est une manifestation spectaculaire de la vie animale. Il est très important de ne pas déranger les animaux pendant cette période et dans tous les cas de rester prudent. Toute créature se trouvant sur la route d’un mâle en rut peut être prise pour un concurrent et traitée comme tel. Les accidents  ne sont pas rares et peuvent être mortels.



Article illustré par notre talentueux collègue photographe naturaliste, Claudie Stenger. D’autres de ses photos sont visibles sur Flickr (cliquer)



Texte  Roland Gissinger (Anab) synthèse de sites internet et livres Relecture Bernard Weinzaepflen (Anab)


https://brame-du-cerf.com/pourquoi/
Brame du cerf : règles de prudence
Qu’est ce qui fait bramer les cerfs ?
Le brame des cerfs

 

Cerf, biches et faons-  Photos Claudie Stenger
Cerf, biches et faons-  Photos Claudie Stenger
Cerf, biches et faons-  Photos Claudie Stenger

Cerf, biches et faons- Photos Claudie Stenger

Rédigé par ANAB

Publié dans #Biodiversité de notre région

Commenter cet article
B
Superbes photos !
Répondre
R
Merci Bernard pour notre ami Claudie