Succise des prés, Mors du diable

Publié le 17 Octobre 2021

Succise des prés, Mors du diable (Succisa pratensis)
Succise des prés, Mors du diable (Succisa pratensis)
Succise des prés, Mors du diable (Succisa pratensis)
Succise des prés, Mors du diable (Succisa pratensis)
Succise des prés, Mors du diable (Succisa pratensis)

Succise des prés, Mors du diable (Succisa pratensis)

Feuilles de base et de tige de  Succise des prés, Mors du diable (Succisa pratensis)
Feuilles de base et de tige de  Succise des prés, Mors du diable (Succisa pratensis)

Feuilles de base et de tige de Succise des prés, Mors du diable (Succisa pratensis)

Voici une plante que j’ai grand plaisir à retrouver à l’automne quand elle couvre de beaux espaces et forme, trop rarement,  une vraie  petite mer bleue dans nos régions continentales. C’est un vrai régal d’observer tout le petit monde entomologique qui vient se nourrir sur cette plante  tardive et généreuse.
Roland


Nom scientifique : Succisa pratensis Moench, 1794


Origine du nom: vient du latin « succidere », « couper par le pied » car la souche de la racine est coupée sous le collet et  de « pratensis », le pré.
Le nom commun « mors du diable », morsure du diable,  vient de cette particularité et se retrouve dans de nombreuses autres langues  (italien, anglais, allemand, …)
Autres noms communs :  Herbe du diable, Herbe de saint Joseph, Tête de loup

Nom commun allemand : Teufelsabbiss, Abbisskraut,

Nom commun anglais : devil's-bit

Date de l’observation: 15 octobre à Voellerdingen

Famille de plantes : les Caprifoliacées, celle des Chèvrefeuilles, des scabieuses, des knauties. Cette famille a été recomposée (c‘est courant par les temps qui courent,  même chez les plantes)  avec la  famille des Dipsacacées, (scabieuses, cardères)  après des études génétiques et phylogénétiques. La filiation actuelle se base sur la présence de gènes liés aux organes typiques des végétaux, producteurs d’énergie et d’oxygène, les chloroplastes.
Les fleurs de ces plantes sont de symétrie 5 (ou quelquefois 4) : 5 sépales, 5 pétales, 5 étamines sur la corolle et 3 carpelles soudés en un ovaire de type infère. Les feuilles sont opposées.

Catégorie: plante vivace.

Hauteur: 20 à 100 cm  

Tiges et racines: la tige est  dressée et rameuse. Elle porte de nombreux  capitules ronds. Le rhizome organe de stockage des réserves laisse une extrémité  horizontale qui semble avoir été mordue (morsure du diable…)

Feuilles: celles de la base sont en rosette, entières ou dentées, lancéolées à  elliptiques et pétiolées. Elles atteignent de 10 à 25 cm de long pour 3 à 5 cm de large. Celles de la tige, caulinaires sont opposées, semblables mais plus petites et sans pétiole (subsessiles).

Inflorescences de Succise des prés, Mors du diable (Succisa pratensis)
Inflorescences de Succise des prés, Mors du diable (Succisa pratensis)
Inflorescences de Succise des prés, Mors du diable (Succisa pratensis)
Inflorescences de Succise des prés, Mors du diable (Succisa pratensis)
Inflorescences de Succise des prés, Mors du diable (Succisa pratensis)

Inflorescences de Succise des prés, Mors du diable (Succisa pratensis)

Bourgeon floral  et dessous d'un capitule de Succise des prés, Mors du diable (Succisa pratensis)
Bourgeon floral  et dessous d'un capitule de Succise des prés, Mors du diable (Succisa pratensis)

Bourgeon floral et dessous d'un capitule de Succise des prés, Mors du diable (Succisa pratensis)

Succise des prés, Mors du diable (Succisa pratensis)
Succise des prés, Mors du diable (Succisa pratensis)

Succise des prés, Mors du diable (Succisa pratensis)

Pollinisateurs: Syrphe balte-Episyrphus balteatus et une rhyngie-Rhyngia (1),  l'Eristale gluant- Eristalis tenax(2) sur Succise des prés, Mors du diable (Succisa pratensis)- détermination Martine Devondel et Damier de la succise Euphydryas aurinia (3)  sur Anacamptis morio
Pollinisateurs: Syrphe balte-Episyrphus balteatus et une rhyngie-Rhyngia (1),  l'Eristale gluant- Eristalis tenax(2) sur Succise des prés, Mors du diable (Succisa pratensis)- détermination Martine Devondel et Damier de la succise Euphydryas aurinia (3)  sur Anacamptis morio
Pollinisateurs: Syrphe balte-Episyrphus balteatus et une rhyngie-Rhyngia (1),  l'Eristale gluant- Eristalis tenax(2) sur Succise des prés, Mors du diable (Succisa pratensis)- détermination Martine Devondel et Damier de la succise Euphydryas aurinia (3)  sur Anacamptis morio

Pollinisateurs: Syrphe balte-Episyrphus balteatus et une rhyngie-Rhyngia (1), l'Eristale gluant- Eristalis tenax(2) sur Succise des prés, Mors du diable (Succisa pratensis)- détermination Martine Devondel et Damier de la succise Euphydryas aurinia (3) sur Anacamptis morio

Fruits de Succise des prés, Mors du diable (Succisa pratensis)
Fruits de Succise des prés, Mors du diable (Succisa pratensis)

Fruits de Succise des prés, Mors du diable (Succisa pratensis)

Floraison: de juin  à octobre

Fleurs: fleurs réunies en capitules sphériques violet, rose  à bleu mais rarement blanc  (sauf pour les quiz…). Ils sont composés de 50 à 80  fleurs en tube, à 4 pétales soudés en lobes égaux. Chaque fleur après la floraison apparait avec 4-6 lobes durcis et  est entourée d’un calice velu  à 5 pointes. Pour mieux comprendre voir la photo de l'article avec ce détail.  Les capitules mesurent de 2 à 4 cm de diamètre.  Les fleurs de la périphérie ne sont pas plus grandes ou rayonnantes contrairement à  celles des scabieuses et knauties.
Particularité : la succise porte 2 sortes de capitules : des capitules formés uniquement de fleurs femelles tandis que d’autres capitules portent des fleurs hermaphrodites dont les étamines murissent en premier.
Point de reconnaissance : les étamines aux anthères pourpres émergent de ces petites boules bleues


Pollinisation : par les insectes : nombreux diptères, hyménoptères et papillons.

Fruits : les fruits sont de petits akènes de 4 mm, velus, couronnés par des lobes durcis. Ils sont entourés par une gaine pentagonale finement velue. Cette jolie couverture porte  5 pointes. Elle est vert clair à maturité  puis brunit à la dessication. Quand les fruits sont mûrs et secs, ils sont disséminés  par les animaux, ceux à fourrure ou les fourmis,  et le vent.

Confusion : fréquente avec les knauties et les scabieuses.
Les formes des feuilles et des capitules sont  propres à cette espèce. Les scabieuses ont des fleurs à 5 lobes.


Habitat: plante typique de milieux humides comme des prairies, landes, forêts jusqu’en altitude vers 2400m.
Plante présente toutefois sur des terrains chauds et calcaires.

Intérêt écologique :
La Succise est une plante riche en nectar qui attire de nombreux syrphes
Cette plante qui fleurit en  fin de saison et devient alors un magnifique restaurant à insectes.
C’est
l’une des plantes hôtes du papillon emblématique qu’est le Damier de l succise, Euphydryas aurinia
, dont les chenilles se nourrissent des feuilles. C’est aussi la plante hôte de nombreux autres insectes rares comme le Sphinx bourdon,   Hemaris tituys, l’Azuré des mouillères Phengaris alcon

Utilisation médicinale:
Par tradition la décoction de racine de la Succise aurait des vertus dermatologiques contre les gales, les dartres et les aphtes. Elle aurait aussi des vertus contre les bronchites, les pneumonies, la grippe et l’asthme.
Wikiphyto ne mentionne pas la Succise comme plante médicinale. Tout reste donc à prouver.
Consulter un médecin compétent avant tout usage.


Protection :
Plante en forte régression en raison des importantes destructions et drainages des zones humides et qui mériterait une protection plus importante en raison de son importance écologique. Plante indicatrice Znieff en Lorraine.
Les ZNIEFF , Zones Naturelles d’Intérêt Écologique Faunistique et Floristique ont  pour objectif d’identifier et de décrire des secteurs présentant de fortes capacités biologiques et un bon état de conservation.


Légende :
Les scabieuses voisines de cette succise étaient réputées pour avoir guérie de la gale (ou « scabies » à l’époque)  et la peste. Le  diable furieux de ne point voir arriver assez de  « clients » en raison des effets bénéfiques de cette plante  a voulu la priver  de ses vertus médicinales. Il a mordu sa racine !





Texte et photos Roland Gissinger (Anab) - relecture Bernard Weinzaepflen (Anab)



Sources bibliographiques voir index biodiversité

Rédigé par ANAB

Publié dans #Fleurs violettes, #Biodiversité de notre région

Commenter cet article
A
Merci bcp. AC
Répondre
A
Ne serait-elle pas plus présente sur terrain acide?
En tout cas, bravo et merci. AC de Liège, Belgique
Répondre
R
Merci Alain de ta lecture depuis cette sympathique Belgique et de ta question. Il semblerait que la succise n'ait pas de préférence pour un milieu. Elle a besoin de sols humides, surtout par alternance et ensoleillés. Elle trouve son optimum dans les terrains marneux et argileux peu amendés mais aussi dans les terrains acides tourbeux autour des marais.
B
Un regal pour les yeux et de plus une beau partage en botanique. Merci.
Répondre
R
Merci Bernadette
B
Magnifiques photos, en particulier cette du papillon !
Je n'ai jamais vu des prés avec autant de succises, Peut-être du à la nature du sol ?
Répondre
R
Bernard, des près avec autant de succises j'en vois rarement mais cela existe encore. Comme c'est l'habitat du papillon protégé, le Damier de la succise, ils devraient être protégés. Ce n'est pas le cas partout.

Nature du sol: oui la succise se développe plus sur les terrains humides et orientés au nord