La Laîche distique

Publié le 5 Décembre 2021

Laîche distique (Carex disticha)
Laîche distique (Carex disticha)

Laîche distique (Carex disticha)

Voici une plante peu commune mais  fréquente dans  les terrains inondables. Avec sa taille resserrée au milieu et large ailleurs, elle assez facile à reconnaitre
Roland


Nom scientifique : Carex disticha Huds., 1762

Origine du nom
vient du mot latin « carex », qui désignait déjà à cette époque ces plantes. Une origine plus ancienne  de carex semble désigner ces plantes comme « les plantes coupantes »  et du grec « distichosa », sur deux rangs, distique.

Nom commun allemand/ dialecte : Zweizeilige Segge

Nom anglais : brown sedge  or tworank sedge

Date de l’observation24 juin  à Bettwiller (67) 

Famille de plantes :
celle des laîches, on dit aussi  carex. Elles appartiennent à la famille des Cypéracées.
Elles ont l’apparence des graminées mais s’en différencient par de nombreux critères.  Elles n’ont pas de nœuds sur les tiges qui sont pleines et souvent triangulaires. Les feuilles sont insérées en spirale, sur trois rangs, l’un au dessus de l’autre  (2 chez les graminées). Les fruits sont  des akènes, des fruits secs qui ne s’ouvrent pas et dans lesquels la graine n’est pas soudée à l’enveloppe. Les fleurs possèdent 3 étamines fixées par leur base et deux à trois stigmates pour les fleurs femelles.

Cette famille de plantes n’est pas très connue mais vous en avez déjà eu en mains. Ce sont ces plantes qui vous laissent des traces de petites coupures sanguinolentes sur la main, quand vous voulez les arracher.
La plupart d’entre elles ont en effet des  tiges, triangulaires et coupantes.
Ce sont de petites dents durcies,  à l’extrémité des feuilles ou des tiges qui provoquent ces coupures. Ces dents ne sont souvent  visibles qu’avec une bonne  loupe.
Il existe plus de 5000 espèces de cypéracées de part le monde dont presque 200 en France métropolitaine.


Catégorie: plante vivace qui se développe en lignes grâce à un rhizome traçant et épais à fibres noirâtres

Hauteur: 30 à 70 cm

Tige: triangulaire, scabre, coupante

Feuilles: glauques, souples, planes, d’une largeur de 2 à 5 mm. La bractée, inférieure est très fine et mesure quelques cm. C’est la petite feuille qui prend naissance sous l’épi.

Etapes de la floraison des fleurs puis fruits (utricules) de la  Laîche distique (Carex disticha)
Etapes de la floraison des fleurs puis fruits (utricules) de la  Laîche distique (Carex disticha)
Etapes de la floraison des fleurs puis fruits (utricules) de la  Laîche distique (Carex disticha)
Etapes de la floraison des fleurs puis fruits (utricules) de la  Laîche distique (Carex disticha)
Etapes de la floraison des fleurs puis fruits (utricules) de la  Laîche distique (Carex disticha)
Etapes de la floraison des fleurs puis fruits (utricules) de la  Laîche distique (Carex disticha)

Etapes de la floraison des fleurs puis fruits (utricules) de la Laîche distique (Carex disticha)

Floraison: mai et juin

Couleur des fleurs: plante de couleur verte aux épis brun orangé. Les fleurs sont groupées en épis comme les graminées, par exemple, le blé.
Particularité par rapport aux graminées (Poacées) :
-les organes mâles, les étamines,  sont groupées sur un ou plusieurs  épis séparés sur certains carex comme sur cette Laîche pâle.
Elle possède un seul épi mixte de 2 à 7 cm. Il est de couleur fauve à noir selon la maturité.
- les organes femelles, sont eux groupés sur le haut et à la base et groupés en 10 à 30 épillets de 1 à 2 cm, denses non  pédonculés (non fixés à la tige principale par une petite tige,). Sur ces épis se trouvent des poches ou utricules qui contiennent réserves et embryon. Ils possèdent  chacun 2 stigmates  blancs, papilleux, seulement visibles à la floraison et juste  après visibles sur nos photos. Ils sont protégés par une écaille brun clair, pointue (acuminée). La forme et la couleur des écailles femelles et mâles sont propres à chaque espèce de carex.

Au milieu se trouvent les fleurs mâles ou androgynes d’où émergent derrière chaque écaille 3 étamines.
Du haut sortent trois stigmates blancs, plumeux et visqueux (voir photo). Comme chez de très nombreuses autres fleurs, ils sont « conçus » pour favoriser la fécondation en retenant un maximum de grains de pollen, par leur surface de consistance collante.

Pollinisation : par le vent qui  dispersa aussi les akènes

Fruits Ici l’utricule est brun jaunâtre, scabre -  denté sur les côtés et son bec, l’extrémité haute est bidenté.
Après fécondation par le grain de pollen, la graine va se former dans l’utricule qui se trouve autour de l’ovaire. Une seule graine, un akène, est présent dans chaque utricule. Il mesure 4 à 5 mm.

Habitat : espèce de milieux humides comme fossés, prairies, marais. Cette espèce prospère dans les zones inondables et est courante dans notre région mais en danger dans d’autres. Elle reste rare en montagne.

Protection et statut
Plante peu commune mais  sans statut de protection dans nos régions d’Alsace et Lorraine. Elle est protégée car en danger dans le Limousin, et le midi, régions PACA et Midi Pyrénées.  Plante avec statut Znieff en Languedoc-Roussillon, Aquitaine, Rhônes-Alpes, Limousin.

Les ZNIEFF , Zones Naturelles d’Intérêt Écologique Faunistique et Floristique ont  pour objectif d’identifier et de décrire des secteurs présentant de fortes capacités biologiques et un bon état de conservation.


Utilité:
Pas d’usage alimentaire trouvé.
Les carex sont parmi les rares plantes capables de se développer dans la vase, en l’absence d’oxygène. Elles peuvent donc être utilisées
pour épurer les vasières. Elles seraient impliquées dans le relargage du méthane dans les zones de vasières comme la toundra…


Utilisation médicinale :
Les carex produisent dans leur métabolisme des stilbènes.
Ils ont un grand potentiel dans le domaine médical : ce sont des molécules aux  propriétés anti-inflammatoires, cardioprotectrices,  vasculo et neuroprotectrices.

 


Texte et photos Roland Gissinger (Anab),  Relecture Bernard Weinzaepflen

Sources bibliographiques voir index biodiversité

Rédigé par ANAB

Publié dans #Fleurs vertes-brunes, #Biodiversité de notre région

Commenter cet article