Suillus grevillei (Le Bolet élégant)- Enquête mycologique, épisode 35

Publié le 26 Décembre 2021

Identifier un champignon n’est pas chose aisée au premier abord et c’est pourtant une démarche essentielle pour éviter toute fâcheuse méprise qui peut devenir fatale si on consomme un champignon toxique ou mortel. L’enquêteur de la brigade d’identification des champignons apprécie tout particulièrement d’arpenter les forêts pour recenser tous les gangs fongiques qui s’y trouvent.

 

Scène du crime

 

Nous sommes le 17 octobre 2021, à l’arboretum de Sarralbe. Avec toutes les différentes variétés d’arbres présents, c’est un endroit idéal pour dénicher des champignons peu courants. Effectivement, l’enquêteur dénicha un bolet. Situé sur un sol calcaire, et poussant sous mélèzes, deux informations très importantes pour l’identifier

Suillus grevillei (Le Bolet élégant) - Photo : Gilles Weiskircher (Anab)

Suillus grevillei (Le Bolet élégant) - Photo : Gilles Weiskircher (Anab)

Arme du crime

 

Le champignon pousse au sol, avec aucun débris organique à la base du pied. Comme l’immense majorité des bolets, il s’agit d’un champignon mycorhizien, et même spécifique au mélèze.

 

Profil du suspect

 

C’est un champignon à pores jaunâtres, tubes fins et surtout avec un chapeau visqueux. Le pied présente un anneau. Tous ces éléments suffisent pour l’identifier : il s’agit du Bolet élégant (Suillus grevillei), qui pousse sous mélèze et sur sol calcaire.

Les pores brunissent au toucher, comme liquéfiés.

Dessous du champignon, au toucher.- Suillus grevillei (Le Bolet élégant) - Photo : Gilles Weiskircher (Anab)

Dessous du champignon, au toucher.- Suillus grevillei (Le Bolet élégant) - Photo : Gilles Weiskircher (Anab)

Cette particularité s’explique microscopiquement. Les membres de l’ordre des bolétales ont la particularité d’avoir de grosses hyphes, dites bolétoïdes. Turgescentes, elles exsudent leur liquide quand elles sont cassées, ce qui explique cette liquéfaction. Cette même particularité est d’ailleurs un critère important pour déterminer un champignon du genre des paxilles. Bien que ce soient des champignons à lames, ils font également partie de cet ordre des bolétales.

Hyphes bolétoïdes, microscopie x1000 de Suillus grevillei (Le Bolet élégant) - Photo : Gilles Weiskircher (Anab)

Hyphes bolétoïdes, microscopie x1000 de Suillus grevillei (Le Bolet élégant) - Photo : Gilles Weiskircher (Anab)

Un mot sur le genre Suillus

 

Il s’agit d’un des nombreux genres appartenant au groupe des bolets. Ils sont caractérisés par un chapeau généralement visqueux, des tubes jaunes olivâtres à grisâtres, associés aux pins ou mélèzes.

 

Couleur de sporée

 

La sporée est brun ocre, typique du genre Suillus

Sporée de Suillus grevillei (Le Bolet élégant) - Photo : Gilles Weiskircher (Anab)

Sporée de Suillus grevillei (Le Bolet élégant) - Photo : Gilles Weiskircher (Anab)

L’examen par la police scientifique

 

Chez les Suillus, les spores sont de formes elliptiques fusoïdes

 

Spores fusoïdes. Microscopie x1000 de Suillus grevillei (Le Bolet élégant) - Photo : Gilles Weiskircher (Anab)

Spores fusoïdes. Microscopie x1000 de Suillus grevillei (Le Bolet élégant) - Photo : Gilles Weiskircher (Anab)

La conclusion de l’enquêteur

 

Le genre Suillus en principe ne génère pas de difficulté d’identification, mais il faut absolument prêter attention aux essences d’arbres présents. Il est arrivé à l’enquêteur de tomber sur ce champignon et pourtant aucun mélèze à côté. Le mélèze se trouvait à 150 mètres de là. Chercher des champignons, ce n’est pas avoir le nez rivé au sol mais d’abord décrypter l’endroit où on se trouve. Un bon enquêteur est ainsi également un bon botaniste et doit savoir analyser un sol. N’hésitez donc pas à participer à des sorties de découverte de l’écosystème forestier.

 

 Texte, photos, et bibliographie : Gilles Weiskircher (Anab)

Rédigé par ANAB

Publié dans #champignons

Commenter cet article