La Ruspolie, Le Conocéphale gracieux, Conocéphale mandibulaire

Publié le 12 Décembre 2021

La Ruspolie,  Conocéphale gracieux, Conocéphale mandibulaire (Ruspolia nitidula)
La Ruspolie,  Conocéphale gracieux, Conocéphale mandibulaire (Ruspolia nitidula)
La Ruspolie,  Conocéphale gracieux, Conocéphale mandibulaire (Ruspolia nitidula)

La Ruspolie, Conocéphale gracieux, Conocéphale mandibulaire (Ruspolia nitidula)

Revenons un peu quelques semaines en arrière. Certains d’entre nous ont pu apercevoir cette petite sauterelle verte très mimétique de la végétation  et difficile à trouver parmi les herbes. Dans certains pays les sauterelles sont considérées comme un plat royal (voir ci-dessous). Nous mangeons bien les escargots, pourquoi pas les sauterelles ??
Roland


Nom scientifique :  Ruspolia nitidula (Scopoli, 1786)

Origine du nom scientifique: « ruspolia » a une origine indéterminée,  « nitidula», signifie en latin  « gracieux, élégant » mais aussi petit.

Autres noms communs : La Ruspolie à tête en cône

Nom allemand : Große Schiefkopfschrecke

Nom anglais : large winged cone-head 


Observation : le 13 août  à Rechicourt (57)

Classification :  le Conocéphale gracieux appartient à l’ordre des Orthoptères (sauterelles , criquets, grillons)  qui comprend  la  famille des Tettigoniidae ( Sauterelles ) et la sous - famille des Conocephalinae. Conocéphale signifie littéralement « tête en coin » (du grec «  conos », le coin, « cephalos »,la tête). Ceci permet de mémoriser le caractère particulier de cette sous - famille de sauterelles dont faite partie la Ruspolie. Elle a une tête conique avec des faces aigues tout à fait originale. Il permet de distinguer les conocéphales   d’autres sous familles de sauterelles avec ovipositeur, en forme d’épée.
Il existe sans doute des milliers d’espèces différentes de par le monde car  le genre type, « conocephalus »,  est représenté par  plus d’une centaine d’espèces.


Dimensions: 20 à 29 mm

Période d’observation : d’août à octobre

Description : Son corps est élancé, sa tête anguleuse, en coin, ses yeux   jaunes.
Le Conocéphale gracieux  revêt une belle teinte uniformément vert clair ; on rencontre parfois des sujets brunâtres ou rougeâtres.

Les antennes sont à peine plus  longues que le corps.
 L’oviscapte ou l’organe de ponte de la femelle est rectiligne et  atteint presque la longueur du corps.
Les cerques ( appendices en forme de pinces  situés à l’extrémité de l’abdomen ) du mâle portent deux petites dents apicales internes.
Comme chez toutes  les sauterelles, les pattes antérieures sont pourvues d’organes auditifs situés immédiatement en-dessous du genou.  


Biologique et activité
Cette sauterelle s’active essentiellement la nuit même s’il est possible de l’observer en journée comme nous avons pu le faire.
Seuls les mâles possèdent un organe de stridulation. Le mâle commence à striduler au crépuscule puis en continu  la nuit. Le son est perceptible à 50 mètres.
Ce son est obtenu en frottant le bord de l’élytre droit sur l’élytre gauche. Ces ailes portent de belles stries à l’origine du son. Ce son  est amplifié par tout le reste du corps formant caisse de résonance.


Stridulation: Le son émis  par le mâle est un bourdonnement de forte intensité et très aigu au sein duquel sont incorporés à intervalles irréguliers des accents stridents dont la fréquence approche celle des ultrasons. La durée du son est de  plusieurs minutes, le pic énergétique se situe entre 15 et 18 kHz.
La vidéo ci-dessous illustre bien ce chant  par ailleurs difficile à enregistrer.

https://www.youtube.com/watch?v=-uvQ2eGLqyY
(coller ce lien ou cliquer en fin d'article la vidéo)

Reproduction: Au début de l’été, fin juillet,  attirée par le chant d’un mâle, la femelle  va s’accoupler.  Elle enfouit  ses  d’œufs au moyen de son oviscapte dans la terre meuble. Deux semaines plus tard, les œufs vont éclore et donner naissance à de petites  larves de 1 mm semblables aux adultes.
Après avoir vécu en petits groupes, les jeunes vont se disséminer et, après une dizaine de mues successives, devenir des adultes.
Les œufs en diapause embryonnaire permettent à l’espèce de survivre à l’hiver.


Nourriture des adultes : Le Conocéphale se nourrit de petits insectes, de pucerons et de végétaux nutritifs : pollen, graines d’herbes, graminées ( roseaux et   laîches).

Habitat: cette Ruspolie est avant tout une sauterelle de milieux chauds ou tempérés.
Elle n’existait pas dans notre région (Alsace) voici une vingtaine d’années. Elle est venue coloniser  nos régions par suite du changement climatique en cours. Elle est absente au dessus de 1000 mètres. Elle affectionne les terrains humides et les peuplements de roseaux  mais occupe aussi des terrains secs à hautes herbes.


Prédateurs: mantes, lézards, chauve souris, oiseaux, mammifères, amphibiens.

Protection et Prédateurs :
L’espèce est en régression de part  la raréfaction de son biotope et sa fragmentation. Elle est assez présente mais certaines zones et quelques départements  voient  leurs populations diminuer, en cause les pesticides et la disparition des zones humides.
Cet insecte est commun dans certaines régions, protégé dans la Région Ile de France et classé avec statut Znieff en Alsace, Lorraine, Champagne-Ardenne, Picardie.

Les ZNIEFF , Zones Naturelles d’Intérêt Écologique Faunistique et Floristique ont  pour objectif d’identifier et de décrire des secteurs présentant de fortes capacités biologiques et un bon état de conservation.

Intérêt alimentaire : et pourquoi pas un steak aux sauterelles ??

Notre Ruspolia nitidula a été confondue avec sa proche cousine Ruspolia differens. Cette dernière  possède certaines  particularités. Il existe chez cette espèce un dimorphisme sexuel notable. Le mâle a des antennes 1.5 fois plus longues que celle de la femelle et des excroissances sur les segments thoraciques près des ailes. En plus de cela, il peut vivre sous deux formes, l’une solitaire en saison sèche, l’autre grégaire, en essaims importants. Dans un essaim, les chercheurs ont dénombré jusqu’à six types de sauterelles de couleurs différentes, allant du vert pur au pourpre mêlé de brun.
Ruspolia nitudula   est cantonné dans le nord de l’Afrique et autour de la Méditerranée et n’a pas de phase grégaire.

Dans plusieurs études concernant  son utilisation comme aliment de substitution à la viande, il n’apparaît que Ruspolia nitidula. Il s’agirait en fait de sa cousine, Ruspolia differens, laquelle est utilisée depuis très longtemps comme aliment de consommation traditionnelle dans de nombreux pays d’Afrique sahélienne et centrale. Elle y est abondante pendant la saison des pluies où elle peut former d’immenses nuages. Exemple concret: il existe un marché artisanal de vente au kg de la Ruspolie  en Ouganda. Le prix était de l’ordre de 3 dollars américains voici quelques années ce qui était à peine plus cher que la viande de chèvre (2.7 $).
La sauterelle est un excellent substitut à la viande bovine ou caprine  car riche en nutriments et vitamines. Des études ont été menées afin de prolonger sa durée de vie à l’état frais (moins de 48 heures au départ) et celle à l’état frit.  Des modifications  techniques simples  au process et à la logistique  permettraient d’augmenter considérablement la durée de vie de ce produit dans la chaîne de distribution alimentaire (voir article fin d’article).
Les consommateurs habituels,  interrogés évaluent cet aliment comme une gourmandise délicieuse à manger.



Texte,  bibliographie  Martine Devondel, Roland Gissinger (Anab)- photos Roland


Articles de référence et bibliographie :
Etude de populations de Ruspolia nitidula en Suisse et leur dynamique


https://orthoptera.org.uk/content/ruspolia-nitidula
Etude  économique du marché alimentaire de la Ruspolie gracieuse en Ouganda

Stabilité au stockage de Ruspolia nitidula  frites ou congelées (2016)

 

La Ruspolie,  Conocéphale gracieux, Conocéphale mandibulaire (Ruspolia nitidula)
La Ruspolie,  Conocéphale gracieux, Conocéphale mandibulaire (Ruspolia nitidula)
La Ruspolie,  Conocéphale gracieux, Conocéphale mandibulaire (Ruspolia nitidula)

La Ruspolie, Conocéphale gracieux, Conocéphale mandibulaire (Ruspolia nitidula)

Rédigé par ANAB

Publié dans #Insectes de chez nous

Commenter cet article
E
Superbe article et bestiole. Merci
Répondre
B
Dans la rubrique reproduction il est mentionné que les oeufs éclosent au bout de 2 semaine, ensuite vous parlez d'oeufs en diapause embryonnaire durant l'hiver. N'y a-t-il pas là une contradiction ?
Répondre
R
merci Bernard de ces commentaires et question.<br /> Les œufs sont le moyen habituel de reproduction de cette sauterelle;<br /> lls sont aussi le moyen de passer l'hiver à l'abri car les œufs sont bien moins sensibles au froid et au gel que les larves. Ce temps d'arrêt de développement ou diapause ne se produit qu'en hiver.<br /> J'espère avoir été clair.
B
Article intéressant abordant le domaine de la gastronomie. :-)<br /> Je tiens à préciser que je n'ai jamais mangé d'escargots
Répondre