Le Grand Cormoran

Publié le 13 Février 2022

Le Grand Cormoran  (Phalacrocorax carbo)- Photos Guy Schneller (Anab)
Le Grand Cormoran  (Phalacrocorax carbo)- Photos Guy Schneller (Anab)
Le Grand Cormoran  (Phalacrocorax carbo)- Photos Guy Schneller (Anab)
Le Grand Cormoran  (Phalacrocorax carbo)- Photos Guy Schneller (Anab)

Le Grand Cormoran (Phalacrocorax carbo)- Photos Guy Schneller (Anab)

Le Grand cormoran est un oiseau détesté des pêcheurs et propriétaires d’élevage piscicole.
On les comprend mieux quand on voit ce que peut engloutir une horde de cormorans en chasse.
Roland


Nom scientifique : Phalacrocorax carbo (Linnaeus, 1758)

Origine du nom :  « Phalacrocorax» du grec « korax », le corbeau, et « phalakros », chauve tandis que « carbo » signifie noir.

Cormoran vient de la combinaison de noms de  français ancien, « corp » le corbeau et de « marenc », marin

Nom allemand : Kormoran

Nom scientifique : Phalacrocorax carbo (Linnaeus, 1758)

Origine du nom :  « Phalacrocorax» du grec « korax », le corbeau, et « phalakros », chauve tandis que « carbo » signifie noir.
Cormoran vient du  français ancien, des noms « corp » le corbeau et de « marenc », marin


Nom allemand : Kormoran

Nom anglais : Great cormorant

Observation : le 5 février sur la Sarre à Keskastel  (67)

Famille : celle  des Phalacrocoracidae (3 genres avec 36 espèces dans le Monde) : les cormorans sont présents sur toutes les mers du globe et étendues d’eau douce. Pour le grand public, le  plus connu et le plus visible est le Grand cormoran. Ce sont des oiseaux piscivores (mangeur de poissons) au bec puissant et crochu.

Dimensions et poids : taille de 80 à 100 cm, pour une envergure de 130 à 160 cm et un poids de 1.7 à 3 kg.

Longévité : de 11 ans en moyenne, mais peut atteindre 20  ans

Description : Il est entièrement noir, de la tête aux pattes palmées sauf quelques taches blanches sur la tête  et une tache blanche sur le dessus de chaque cuisse pendant la période de reproduction.
Le bec est de couleur crème. Les mâles sont un peu plus grands que les femelles mais restent difficiles à distinguer

 

Chant : oiseau peu bavard qui émet quelquefois des sons graves
 Écoutez ci-dessous).

La pêche par le Grand Cormoran  (Phalacrocorax carbo)- Photos Guy Schneller (Anab)
La pêche par le Grand Cormoran  (Phalacrocorax carbo)- Photos Guy Schneller (Anab)
La pêche par le Grand Cormoran  (Phalacrocorax carbo)- Photos Guy Schneller (Anab)

La pêche par le Grand Cormoran (Phalacrocorax carbo)- Photos Guy Schneller (Anab)

En position typique de séchage des ailes - Le Grand Cormoran  (Phalacrocorax carbo)- Photos Guy Schneller (Anab)
En position typique de séchage des ailes - Le Grand Cormoran  (Phalacrocorax carbo)- Photos Guy Schneller (Anab)

En position typique de séchage des ailes - Le Grand Cormoran (Phalacrocorax carbo)- Photos Guy Schneller (Anab)

Le Grand Cormoran  (Phalacrocorax carbo)- Photos Guy Schneller (Anab)
Le Grand Cormoran  (Phalacrocorax carbo)- Photos Guy Schneller (Anab)

Le Grand Cormoran (Phalacrocorax carbo)- Photos Guy Schneller (Anab)

Vol : puissant et planant avec la tête droite et le cou un peu coudé.
Sa caractéristique la plus notable est sa faculté de plonger dans l’eau. Il peut plonger jusqu’à une vitesse de 100 km/h  et à 10 mètres de profondeur en moyenne. Il peut rester deux minutes sous l’eau et descendre jusqu’à  30 m. Il nage très bien sous l’eau. Sa  pénétration dans l’eau est facilitée par le mouillage de la partie supérieure de ses plumes, l’inférieure restant étanche. Le mouillage améliore le profil aquadynamique de cet oiseau en éliminant l’air emprisonné dans les plumes. A sa sortie il est impératif pour sa survie de sécher ses ailes. Pour se sécher il étend largement ses ailes comme vous pouvez le voir sur la photo.

Habitat : cet oiseau est présent en Europe, Asie, Afrique et sur une petite partie de l’Amérique du Nord côté est. Il aime les grands plans d’eau calme de plaine : zones humides et saumâtres, les zones boisées comme les mangroves, les prairies, bord des rivières, marécages et bord des lacs.  C’est un oiseau devenu sédentaire dans  les régions tempérées. Dans les pays froids il migre entre septembre à novembre pour revenir fin février.

 


Chasse et nourriture : le Grand cormoran chasse seul ou en groupe. Ses proies sont des poissons de moins de 20 cm mais, il peut capturer des individus jusqu’à 1.5 kg. Il chasse aussi des amphibiens, des mollusques, des crustacés et ne dédaigne pas de chaparder des oisillons au nid.
Les cormorans sont capables de chasser en bande sur les étangs poissonneux et mènent alors une véritable battue des poissons qu’ils acculent à un endroit pour faciliter leur capture.

Comportement :
La période d’observation la plus propice se situe d’octobre à avril quand ils migrent depuis les régions du nord. Les cormorans se rassemblent souvent en colonies de 30 à 500 couples pour nidifier.
La saison des amours commence au milieu du printemps dans nos régions.


Nidification : Le nid est édifié par les deux partenaires avec des branches, des roseaux, des algues, de l’herbe et des plumes dans des arbres ou sur des rochers. Le cormoran revient sur son nid d’une année à l’autre. La femelle va pondre début avril  3 à 4 œufs blancs teintés de vert. Ils sont de la taille d’un œuf de poule. Les deux adultes vont couver les couver à tour de rôle pendant 4  semaines. Les petits sont comme leurs parents mais d’une couleur moins éclatante.
Ils volent hors du nid après 7 à 8 semaines et seront adultes après 3 ou 4 ans. Une nouvelle ponte peut avoir lieu car la mortalité des jeunes est très élevée : 58 % des jeunes meurent la première année.

Prédateurs : le raton laveur, hibou, faucon, renard et mustélidés mais aussi certains grands rapaces comme le Pygarge à queue blanche, le Hibou grand duc, l’Aigle royal.

Protection : cet oiseau est vorace et a été un instant menacé dans les années 1920-1970 par la chasse et les pêcheurs. En Allemagne, avant ces années là les chasseurs de cormoran touchaient une récompense pour chaque oiseau abattu. Cette espèce a été par la suite protégée sur l’ensemble de notre pays et en Europe.  En France métropolitaine, la population de cormorans nicheurs est de 2000 couples environ. En hiver cette population est proche de  100 000 couples ce qui n’est plus la même chose. Les cormorans avalent les poissons de pisciculture mais  quand ils sont trop nombreux ils sont  aussi une menace pour la biodiversité et les poissons protégés, en voie de disparition. En raison des dégâts causés aux rivières et à la pisciculture, la France a obtenu de tuer 150 000 grands cormorans sur trois ans de 2019 à 2022. De tels permis existent aussi dans d’autres pays comme  la Grande Bretagne et l’Allemagne.
En Norvège, pays qui n’appartient pas à la CEE, le cormoran est chassé et mangé de manière traditionnelle.

Pêche au cormoran :
La pêche traditionnelle au cormoran est très ancienne puisqu’elle apparait dans les écrits de Jules César. Les maîtres fauconniers des cours royales d’Europe élevaient souvent un cormoran pour la pêche. Elle est encore pratiquée en Asie, et régulièrement des reportages passent sur le petit écran.
Le principe est simple. De jeunes cormorans ou des œufs sont prélevés dans les nids. Dès leur jeune âge ils reçoivent une nourriture autre que le poisson et commencent leur entrainement à l’âge de trois mois. Il nécessite plusieurs heures de travail par jour pendant de longs mois pour faire comprendre  au jeune cormoran, la nécessité d’un fil à la patte, de plonger et chasser sur commande. La pose d’un anneau sur le cou du cormoran parait barbare pour nous, mais sans cet anneau, le poisson va dans l’estomac du cormoran..Le résultat qui varie selon la richesse des eaux atteint des quantités incroyables. Au Japon les cormorans en pleine forme pêchent jusqu’à 150 poissons à l’heure !


Superbes photos de  notre collègue Guy Schneller (Anab)
Texte, bibliographie  Roland Gissinger (Anab) –Relecture Bernard Weinzaepflen (Anab)

 

Webographie :
Wikipédia,  Oiseau-libre.net

Rédigé par ANAB

Publié dans #Oiseaux

Commenter cet article
G
Merci pour ces commentaires...un des sites où je fais ces photos est régulièrement visité par des pécheurs qui balancent des pétards !!!! évidemment toutes les espèces présentes se sauvent, terrorisées...!
Répondre
J
Cet oiseau est malheureusement pour lui dépeint comme un incroyable glouton, cependant, il consomme au maximum 750 g de poisson par jour soit approximativement un maquereau de taille moyenne…la France a autorisé 150 000 abattage depuis 2019…mais à côté de ce triste constat, les instances planétaires sont strictement incapables de réguler la pêche industrielle et l’on a pu voir très récemment un chalutier rejeter des milliers de poissons pêchés, morts, mais non commercialisables…cherchez l’erreur… qui ravage les fonds marins?
Répondre
R
merci Jpl de ce commentaire éclairant. Oui, c'est plus facile de s'en prendre aux cormorans qu'aux industriels qui ravagent les fonds marins.<br /> <br /> Ceci dit 100 000 cormorans en hiver à 750grammes chaque cela fait 75 tonnes de poisson d'eau douce par jour. Cela doit se ressentir très vite si les cormorans sont rassemblés sur quelques lieux...
N
Superbe les photos. <br /> Après toutes ces explications je le regarderai différemment. <br /> Merci
Répondre