Des femmes d'exception à la tête du combat contre le changement climatique

Publié le 16 Mai 2022

paru sur globalcitizen le 11/4/2022
 

Le changement climatique est un problème qui touche tout le monde sur la planète, mais les femmes et les filles sont celles qui en souffrent le plus. Pourquoi? Parce que les femmes et les filles ont moins accès à une éducation de qualité et plus tard, à des possibilités d'emploi. Ces désavantages les maintiennent dans la pauvreté. En fait, les femmes représentent 70 % des pauvres dans le monde. En un mot, le changement climatique affecte le plus, les pauvres et les pauvres sont principalement des femmes. La pauvreté provoquée et aggravée par le changement climatique rend également les filles plus vulnérables au mariage des enfants. , car cela provient du manque de nourriture. Une  fille qui se marie c’est une bouche de moins à nourrir pour leurs parents. Le changement climatique entraîne également une instabilité géopolitique qui, à son tour, entraîne une augmentation des cas de violence - dont nous savons qu'ils affectent de manière disproportionnée les femmes et les filles. Ironiquement, sauver la planète est devenu un "travail de femme".

Ce phénomène, surnommé «l'écart écologique entre les sexes», place le fardeau de la responsabilité climatique sur les épaules des femmes par le biais de campagnes et de produits «verts» qui sont massivement utilisés par les femmes. Il y a plusieurs hypothèses pour expliquer pourquoi. Premièrement, les femmes sont les consommatrices les plus puissantes. Elles décident de 70 à 80 % des achats domestiques. Deuxièmement, elles sont bien plus impliquées que les hommes dans l’entretien de la maison. Enfin, passer au vert est considéré comme un travail de femme parce que la personnalité des femmes est censée être plus responsable de la vie alimentaire et sociale de la famille. Les femmes devraient être impliquées dans la lutte contre la crise climatique à tous les niveaux - de la cuisine au laboratoire scientifique en passant par la salle de réunion. Ruth Bader Ginsburg l'a le mieux expliqué lorsqu'elle a déclaré: "Les femmes appartiennent à tous les endroits où les décisions sont prises." Cependant, les femmes sont sous-représentées dans le domaine scientifique (y compris la science du climat), avec seulement 30 % des postes de recherche occupés par des femmes et moins encore sur les postes de direction. La liste mondiale de Reuters de 1 000 scientifiques ne comprend que 122 femmes.

 

 

Dr Corinne Le Quéré (Canada)

Dr Corinne Le Quéré (Canada)

1/ Le Dr Corinne Le Quéré. Elle a déjà utilisé un morceau de glace antarctique vieux de 100 000 ans dans un gin tonic et a des réalisations époustouflantes à son actif. Cette franco-canadienne Le Quéré est une scientifique du changement climatique connue pour ses recherches sur les cycles du carbone (c'est essentiellement la manière naturelle de recycler les atomes de carbone). Ses recherches ont contribué à comprendre comment le changement et la variabilité climatiques affectent les puits de carbone terrestres et océaniques, et à comprendre les moteurs des émissions de CO2. Elle est professeure de science du changement climatique à la Royal Society à l'Université d'East Anglia au Royaume-Uni. Elle apporte des conseils fondés sur des preuves pour informer les gouvernements sur leur réponse au changement climatique et est l'auteur de plusieurs rapports du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC). Elle figure également sur la Hot List de Reuters sur 1 000 chercheurs

 

Meghan Spoth  (EU)

Meghan Spoth (EU)

2/Meghan Spoth La science polaire était autrefois le domaine des hommes. Mais une expédition au glacier Thwaites a contribué à changer cela. L'une des chercheuses de ce voyage était Meghan Spoth, diplômée d'une maîtrise du Climate Change Institute de l'Université du Maine, aux États-Unis. Le voyage, qui a changé le visage de la recherche antarctique, l'a emmenée avec un groupe d'autres femmes dans la mer d'Amundsen, un coin rarement exploré du continent antarctique, pour mieux comprendre la vitesse à laquelle le glacier Thwaites s'est désintégré dans le passé afin de mieux modéliser et mieux estimer la vitesse à laquelle le niveau de la mer augmentera au cours du siècle à venir.

 

Dr Thuy Quynh Nguyen (Vietnam)

Dr Thuy Quynh Nguyen (Vietnam)

3. Kate Nguyen Le Dr Thuy Quynh Nguyen, du Vietnam et mieux connu sous le nom de Kate, dirige des recherches sur la théorie des incendies et l'ingénierie de protection. Ayant attiré plus de 3 millions de dollars en subventions de recherche et en financement de l'industrie, elle utilise ces dollars à bon escient. Les recherches de Nguyen ont conduit au développement d'un revêtement par pulvérisation pour les bâtiments ruraux afin de les aider à résister aux ravages des feux de brousse, contribuant ainsi à protéger la vie des personnes vulnérables. De plus, le revêtement est fabriqué à partir de déchets industriels qui finiraient normalement en décharge. Elle a remporté de nombreux prix pour cela, notamment en étant la première chercheuse en génie civil à recevoir la bourse L'Oréal-UNESCO pour les femmes en sciences en 2020 et la médaille Batterham pour l'excellence en ingénierie de l'Académie australienne des sciences. Actuellement, Nguyen est maître de conférences à la Royal Melbourne Institute of Technology University et dirige actuellement le groupe d'ingénierie recherche et développement  en matière d'incendie et de bâtiments de l'université.

https://en.dangcongsan.vn/overseas-vietnamese/australia-honors-vietnamese-female-doctor-making-fireproof-materials-587157.html

Le Dr Rose Mutiso  (Kenya)

Le Dr Rose Mutiso (Kenya)

4/. Le Dr Rose Mutiso est une militante et chercheuse kenyane en énergie qui travaille avec des experts du monde entier pour trouver des solutions à la crise énergétique dans les pays en développement. La vidéo de la conférence TED de Mutiso, "Comment apporter une énergie abordable et durable en Afrique", compte plus de 2 millions de vues. Elle apporte une analyse critique de la pauvreté énergétique. « Les pays ne peuvent sortir de la pauvreté sans avoir accès à une électricité abondante, abordable et fiable pour alimenter ces centres de production ou ce qu’emme appelle l'énergie pour la croissance. Mutiso est maintenant directeur de recherche au Energy for Growth Hub, un institut qui étudie les problèmes critiques et offre des conseils pour faire dans le futur proche des progrès rapides d'efficacité énergétique

Dr Kate Marvel  (EU)

Dr Kate Marvel (EU)

5/ Dr Kate Marvel « Nous avons besoin de courage, pas d'espoir, pour faire face au changement climatique." Dans des articles de blog, des tweets, des podcasts, etc., le Dr Kate Marvel, basée à New York, démystifie la désinformation sur le changement climatique avec une narration convaincante. En 2013, en tant que chercheur postdoctorant, Marvel a découvert que l'activité humaine modifiait presque définitivement les régimes mondiaux de précipitations. Sa conférence TED sur le sujet "Les nuages peuvent-ils nous faire gagner plus de temps pour résoudre le changement climatique ?" a été visionné plus de 1,3 million de fois. Aujourd'hui, Marvel enseigne un programme de maîtrise, "Dynamique de la variabilité et du changement climatiques", pour le Earth Institute et est chercheur associé au NASA Goddard Institute for Space Studies (GISS) de l'Université de Columbia..

Rédigé par ANAB

Publié dans #Changement climatique, #Actu-conf-films-expo

Commenter cet article