La Mélitée du Plantain

Publié le 25 Mai 2022

Mélitée du Plantain (La), Déesse à ceinturons (La), Damier du Plantain (Le), Damier pointillé (Le), Damier (Le), Mélitée de la Piloselle (La) ), (Melitaea cinxia
Mélitée du Plantain (La), Déesse à ceinturons (La), Damier du Plantain (Le), Damier pointillé (Le), Damier (Le), Mélitée de la Piloselle (La) ), (Melitaea cinxia
Mélitée du Plantain (La), Déesse à ceinturons (La), Damier du Plantain (Le), Damier pointillé (Le), Damier (Le), Mélitée de la Piloselle (La) ), (Melitaea cinxia

Mélitée du Plantain (La), Déesse à ceinturons (La), Damier du Plantain (Le), Damier pointillé (Le), Damier (Le), Mélitée de la Piloselle (La) ), (Melitaea cinxia

Ce papillon orangé tacheté de noir  apparait de plus en plus  dans notre région en raison du changement climatique. Il était plutôt méridional.
Roland



Nom scientifique : Melitaea cinxia (Linnaeus, 1758)

Origine du nom : « melilatea», a plusieurs origines possibles. Ce nom pourrait provenir d’une racine grecque Melinaea  un autre nom de Vénus , de Melitaea,une ville grecque ou de « melitoies » le miel. La plus probable étant la première.  «  cinxia» vient du nom d’une déesse grecque Cinxia qui présidait aux mariages. Elle était dénommée déesse à la ceinture.
Voir le site très intéressant de Jean-Yves Cordier sur la zoonymie (étymologie et étude du sens des mots) de ce papillon et de beaucoup d’autres.
Autres noms communs : la Déesse à ceinturons, le Damier du Plantain, Le Damier pointillé, le Damier, la Mélitée de la Piloselle.

Nom allemand : Wegerich-Scheckenfalter

Nom anglais : Glanville Fritillary

Observation : le 24 mai à Herbitzheim (Bas-Rhin)

Famille :  la Mélitée du Plantain appartient à la famille des Nymphalidae qui comprend le
Vulcain, le Paon du jour que tout le monde connait ainsi que  les Nacrés, ces grands papillons oranges des forêts.
Cette  famille compte plus de  5000 espèces différentes de par le monde dont seulement 70 en Europe !
Points communs : ces papillons de jour sont de taille moyenne et ont des couleurs très vives.
Ils ont la particularité de ne marcher que sur 4 pattes. Celles du mâle  sont à longues écailles poilues, celles de la femelle à poils courts.

Dimensions: envergure 33 à 40 mm.

Description :  ce papillon jaune-orangé de taille moyenne .Ses ailes sont quadrillées de noir sur le dessus avec un fond orange. Les taches oranges à l’avant dernière ligne  (ligne submarginale) des ailes sont ponctuées de 4 taches noires sur le dessus et le dessous.  Cette ligne est propre à identifier l’espèce.
La face inférieure postérieure des ailles est traversée par des bandes oranges et blanches  soulignées de rayures noires.


Les antennes, annelées présentent une  extrémité orangée.

Chez cette espèce, le mâles est plus petit que la femelle et plus clair.  

Confusions : oui, avec les autres mélitées, en particulier la Mélitée orangée qui a une double rangée de traits noirs sur le dessous et celle des centaurées arborant des points orange foncé à la place des points noirs.

Période d’observation: début mai  à mi juin

 

Mélitée du Plantain (La), Déesse à ceinturons (La), Damier du Plantain (Le), Damier pointillé (Le), Damier (Le), Mélitée de la Piloselle (La) ), (Melitaea cinxia
Mélitée du Plantain (La), Déesse à ceinturons (La), Damier du Plantain (Le), Damier pointillé (Le), Damier (Le), Mélitée de la Piloselle (La) ), (Melitaea cinxia
Mélitée du Plantain (La), Déesse à ceinturons (La), Damier du Plantain (Le), Damier pointillé (Le), Damier (Le), Mélitée de la Piloselle (La) ), (Melitaea cinxia

Mélitée du Plantain (La), Déesse à ceinturons (La), Damier du Plantain (Le), Damier pointillé (Le), Damier (Le), Mélitée de la Piloselle (La) ), (Melitaea cinxia

Biologie et activité :

Reproduction:
Ce papillon  a un  ou deux cycles de reproduction selon les régions.  
Les chenilles de 25 mm sont noires hérissées de pointes noires ont les  pattes et la tête rouge foncé. Elles vivent en communauté pendant la première partie de leur existence. Elles passent l’hiver, au ralenti, en diapause,  blotties les unes contre les autres dans un nid à proximité de leurs plantes hôtes. Pour éviter la compétition pour de la nourriture elles se séparent pour aller se nourrir dès le début du printemps en mars.

Nourriture des adultes : Ils se nourrissent du nectar de l’Epervière piloselle, des différents plantains, de centaurées, violettes, et véroniques
La femelle pond jusqu’à 10 lots d’œufs de 50 à 300 œufs sous la face inférieure des feuilles de la plante hôte. La taille de la couvée diminue avec l’âge de la femelle et par épuisement de ses réserves corporelles.Elle a des préférence pour la ponte de ses œufs que n’ont pas les chenilles. En les observant les chercheurs ont remarqué que la femelle a tendance à s’accoupler dans sa placette de naissance pour aller ensuite pondre sur d’autres placette préparant ainsi le futur croisement des populations issues de placettes différentes.. 

 
Nourriture des larves:
Les œufs de papillons sont tous munis d’un orifice à leur extrémité, le micropyle. La paroi de l’œuf en chitine  est solide. Il est donc indispensable d ‘avoir une entrée d’air pour la respiration de l’œuf puis de la larve qui va s’y développer.
La croissance se fait  par le passage en 5 stades successifs ou mues jusqu’à former une chrysalide grise parsemée de points orange. Ce cycle dure de 12 à 26 jours.
L’entrée en nymphose permet aux chenilles de quitter leur stade larvaire et d’émerger en tant que papillon.

Techniques de self défense chez les plantes :
Nous avons vu que les chenilles ont des techniques pour se défendre des prédateurs. De même certaines plantes ont développé des défenses contre les insectes ou animaux phytohages.
Une des plantes favorites de la Mélitée du plantain la Véronique en épis sait aussi se défendre ; Les chercheurs ont mesuré que la ponte de la Mélitée augmente  la production de deux molécules chimiques, les 6-méthyl-5-heptène-2-one et le t-géranylacétone.

Menaces par fragmentation des habitats
La fragmentation des habitats des insectes est une problématique qui est peu prise en compte parles aménageurs et les politiques. Les routes et zones commerciales fragmentent les habitats. Les nouveaux projets sont encore bien plus impactants car ils arrivent quand les insectes sont devenus très rares. Deux populations de 20 papillons ont moins de chance de survie qu’une de 40.
En Finlande une étude a té réalisée sur 4000 prés secs. Les populations de cette Mélitée du plantain y étaient réparties sur 500 placettes. Cette mélitée est peu mobile en comparaison avec d’autres grands papillons. L’étude a montré que quand les placettes étaient isolées et que les papillons ne pouvaient se croiser avec ceux d’autres placettes, des problèmes de vol, de métabolisme et de ponte apparaissaient. Ces observations prouvent une fois de plus que le brassage génétique est nécessaire pour les espèces vivantes et que des trames, vertes, bleues, noires sont indispensables pour relier les espaces  occupés par les populations d’une espèce.


Habitat: Présent dans toute l’Europe jusqu’en Afrique du Nord, présent en Finlande mais absent dans certains pays du Nord.  Il fréquente  les espaces fleuris et  ensoleillés, les  lisières ou  friches riches en plantes hôtes,  jusqu’à 2500 m d’altitude.

Prédateurs: Chauve- souris, oiseaux.

Protection et statut : Ce papillon, est bien  présent en Lorraine mais plus rare en Alsace.
Par suite de  l’usage des pesticides, de la fragmentation de ses habitats, de l’agriculture intensive, des coupes de haies et friches, sa population reste limitée.

Il est protégé en Ile de France, classé vulnérable en Alsace et Znieff en Nord-pas-de-Calais, Champagne-Ardenne, Picardie, .
 Les ZNIEFF , Zones Naturelles d’Intérêt Écologique Faunistique et Floristique ont  pour objectif d’identifier et de décrire des secteurs présentant de fortes capacités biologiques et un bon état de conservation.


Texte,  Martine Devondel  et Roland Gissinger (Anab) photos Roland  

Bibliographie :


Livres
Très joli et instructif livre : Guide complet des papillons de jour  de Lorraine et d’Alsace –JY Nogret /S Vitzthum édition Serpenoise

Papillons de France, Tristan Lafranchis

Rédigé par ANAB

Publié dans #Papillons, #Biodiversité de notre région

Commenter cet article
B
Bravo pour cet article très complet !
Répondre
R
Merci Bernard