La Moehringie à trois nervures, Sabline à trois nervures

Publié le 4 Mai 2022

La Moehringie à trois nervures, Sabline à trois nervures (Moehringia trinervia)
La Moehringie à trois nervures, Sabline à trois nervures (Moehringia trinervia)
La Moehringie à trois nervures, Sabline à trois nervures (Moehringia trinervia)

La Moehringie à trois nervures, Sabline à trois nervures (Moehringia trinervia)


Cette  plante possède des fleurs blanches en étoile si petites qu’il faut se mettre à 4 pattes pour l’apercevoir. Dans sa famille  des caryophyllacées, il existe d’autres espèces tout aussi petites Pour les différencier, une loupe est indispensable Roland


Nom scientifique : Moehringia trinervia (L.) Clairv., 1811
dénommée autrefois Arenaria trinervia

 

Origine du nom : le nom a été créé en l’honneur d’un botaniste allemand C.P. Moehring ayant vécu au XVIII siècle. Son nom d’espèce vient de "trinerva " trois nervures (comme ses feuilles à 3 nervures)


Nom en dialecte et allemand : Dreinervige Nabelmiere



Nom anglais : three-nerved sandwort, apetalous sandwort

Date et lieu de l’observation: le 28 avril dernier à Sarrewerden (67)

Famille de plantes : celle des  Caryophyllaceae, celle de l’œillet des fleuristes, des stellaires comme le Mouron des oiseaux et la Stellaire graminée. La famille comprend 80 genres  et 2000 espèces, la plupart sont des herbacées disséminées dans l’hémisphère nord, le bassin méditerranéen en particulier.

Cette famille est homogène. Les caractères communs  sont :
les feuilles opposées fixées sur des nœuds. Ce sont des épaississements d’anneaux de vaisseaux de la plante qui la rendent fragile à ces endroits.
La plupart des genres sont de symétrie 5,  axiale. Les sépales sont libres ou soudés comme chez le silène.

Les graines, souvent recouvertes de picots,  sont contenues dans une capsule ouvrant avec des dents ou des fentes.

Type : plante annuelle

Hauteur: de 10 à 40 cm

Tige : dressée ou couchée, sans rejets stériles, rameuse et couverte d’un fin duvet de poils

Feuilles: Elles sont opposées, et  fixées à des nœuds comme la plupart des espèces de cette famille. Elles sont ovales et se terminent par une pointe (acuminée). Elles ont de 1 jusqu’à 2.5 cm de longueur, velues sur le pourtour, vert foncé, plus longues que larges. Elles ont presque toujours 3 nervures incurvées quelquefois 5, bien visibles sur les deux faces. C’est le critère le plus simple pour l’identifier en forêt.

Tige et feuilles de La Moehringie à trois nervures, Sabline à trois nervures (Moehringia trinervia)

Tige et feuilles de La Moehringie à trois nervures, Sabline à trois nervures (Moehringia trinervia)

La Moehringie à trois nervures, Sabline à trois nervures (Moehringia trinervia)
La Moehringie à trois nervures, Sabline à trois nervures (Moehringia trinervia)
La Moehringie à trois nervures, Sabline à trois nervures (Moehringia trinervia)

La Moehringie à trois nervures, Sabline à trois nervures (Moehringia trinervia)

Floraison: avril à juin

Fleurs : Ce sont de petites fleurs de couleur blanche en forme d’étoiles  à 5 côtés avec les 5 pétales non divisés.  Le diamètre est de 4 à 6 mm. L’intérieur de la fleur comprend 3 styles, les extrémités vertes des organes femelles et 10 étamines. La taille des pétales  est inférieure à celle des sépales, au plus deux fois plus petits. Les sépales sont ces petites feuilles qui protègent la fleur. Les sépales (3-4.5 mm) sont  étroits et se terminent par une pointe.


Pollinisation : par des insectes, surtout les mouches et les abeilles. Elle est aussi capable de s’autopolliniser (autogamie).

Confusion possible : avec les stellaires et d’autres petites fleurs blanches de cette famille.


Habitat: elle pousse en forêt humide, dans les bois peu ombragés, en lisière et dans les haies


Fruit : une capsule elliptique  de 7 à 12 mm plus courte que les sépales. Elle  s’ouvre par 6 petites dents. Elle contient de nombreuses graines rougeâtres, lisses, en forme de rein. Les fruits sont très petits mais possèdent une récompense « à l’intention »  des fourmis qui vont les disperser. Cette récompense est dénommée « élaïosome »  et contient des huiles et protéines nutritives.


Protection : pas de protection légale pour cette plante commune.

Usage en analyse des sols :
Des chercheurs polonais ont remarqué que cette Moehringie à 3 nervures accumulait plus de métaux lourds que d’autres plantes, en particulier le cadmium. Elle est donc utilisable pour être un bio indicateur mais elle est trop petite pour faire de la dépollution de sols (phyto rémédiation).

Usage alimentaire : rien trouvé
Usage en médecine : aucune mention dans wikiphyto ni ailleurs



Texte et photos Roland Gissinger (Anab) Relecture Bernard Weinzaepflen (Anab)


Sources bibliographiques voir index biodiversité

Usage en ethnomédicine des caryophyllacées

 

Rédigé par ANAB

Publié dans #Fleurs blanches, #Biodiversité de notre région

Commenter cet article