Le Genêt à balais, Juniesse

Publié le 15 Mai 2022

Le Genêt à balais, Juniesse (Cytisus scoparius)
Le Genêt à balais, Juniesse (Cytisus scoparius)
Le Genêt à balais, Juniesse (Cytisus scoparius)

Le Genêt à balais, Juniesse (Cytisus scoparius)

Voici un petit arbuste que vous avez souvent vu et qui est en fleurs chez nous depuis 15 jours. Il est installé partout dans les Vosges mais aussi dans les massifs Central et Armoricain et les Préalpes, et sur des terrains sylvicoles sableux et acides mais  riches en nutriments.

Roland



Nom scientifique :  Cytisus scoparius (L.) Link, 1822
dénommé autrefois Sarothamnus scoparius


Origine du nom :  du grec  « kytisos», qui signifie « luzerne arborescente »  et de « scoparius», qui signifie « en forme de balai, à balai » en raison de son usage comme balai.

Autres noms communs : Grand genêt, Genettier. Le nombre de noms locaux  en France et hors de nos frontières est incalculable,  surtout dans les régions de montagne

Nom en dialecte et allemand : Besenginster, Pfrimmen

Nom anglais : common broom, Scotch broom

Date de l’observation: 11 mai à Ernolsheim-les-Saverne (67)

Famille de plantes : ce genêt appartient  à la vaste famille des Fabacées  qui comprend 12 000  espèces dans le monde. Les Fabacées sont  l’une des premières sources de nourriture pour un très grand nombre de personnes. Le soja, l’arachide, le haricot, le pois, les luzernes, trèfles, la réglisse, le rooibos appartiennent à cette famille.
Le soja contient 20 à 35 % de poids sec en protéine et acides aminés et peut remplacer les protéines d’origine animale comme la viande et le poisson. Les arachides sont un légume de première importance pour l’huile.
Les fabacées sont donc une famille très importante au niveau économique et alimentaire.

Il existe dans notre région plusieurs autres genêts. Ils sont rattachés au genre Genista et se différentient par leur taille, la forme des rameaux, des feuilles et des fleurs.

Type : c’est un arbrisseau très ramifié, à petites feuilles caduques et à fleurs d’un jaune d’or de longévité assez courte (une dizaine d’années ou un peu plus)

Tige : tige principale anguleuse de 1 à 10 cm de diamètre, jeunes rameaux flexibles à 5 angles

Hauteur: de 1 à 3 m

Feuillage: les feuilles du bas sont à trois folioles portées par un pétiole, celles du haut sont à folioles uniques et sessiles. Les feuilles sont plus ou moins caduques.


 

Le Genêt à balais, Juniesse (Cytisus scoparius)
Le Genêt à balais, Juniesse (Cytisus scoparius)
Le Genêt à balais, Juniesse (Cytisus scoparius)
Le Genêt à balais, Juniesse (Cytisus scoparius)
Le Genêt à balais, Juniesse (Cytisus scoparius)

Le Genêt à balais, Juniesse (Cytisus scoparius)

Le Genêt à balais, Juniesse (Cytisus scoparius)- forme dite "andreanus" de jardinerie

Le Genêt à balais, Juniesse (Cytisus scoparius)- forme dite "andreanus" de jardinerie

Cytise hirsute -Cytisus hirsitus vu à Trecleous la Garenne (dépt 05)
Cytise hirsute -Cytisus hirsitus vu à Trecleous la Garenne (dépt 05)
Cytise hirsute -Cytisus hirsitus vu à Trecleous la Garenne (dépt 05)

Cytise hirsute -Cytisus hirsitus vu à Trecleous la Garenne (dépt 05)

Floraison: d’avril à juillet
 

Couleur des fleurs: les fleurs de couleur jaune doré, sont très nombreuses et portées sur les rameaux de l’année précédente. Elles mesurent 20 à 30 mm et sont solitaires ou regroupées par deux.  Portées par un pétiole un peu plus long que le calice (glabre et en deux parties)  elles ont la forme typique de cette famille. Elles ont une symétrie bilatérale et possèdent 5 pétales.
Le style sort de la corolle ou plutôt du pétale en forme de coque de bateau, la carène. Il apparait très long et enroulé en spirale parfaite. Les 10 étamines sont soudées par leur extrémité inférieure, 9 d’un côté et une de l’autre.

Pollinisation : elle est visitée par les bourdons et les abeilles. Les bourdons par leur poids  entrouvrent  la fleur  (la carène). La fleur par effet de ressort  projette alors les étamines et le pollen sur leur dos, ce qui permet la fécondation croisée. La fleur reste ouverte et accessible aux autres pollinisateurs plus légers. Ce genêt est riche en pollen de couleur orangé.

Confusion: avec le genêt d’Allemagne, Genista germanica qui est aussi un arbrisseau, mais moins grand (60cm) aux fleurs jaunes bien plus petites et dont la carène est velue. Dans le  midi vous avez le Cytise hirsute, Cytisus hirsutus.aux jeunes rameaux non cotelés.


Habitat: commun le long des chemins, dans les clairières forestières, les sols sableux  et les friches. Il aime les sols acides ou décalcifiés.


Fruit : c’est une gousse très étroite de 20 à 30 mm de long et  8 mm  de large. Elle  est très velue sur les bords. Elle devient noire à maturité en perdant les poils.
Chaque gousse arrivée à maturité, expulse brutalement  5 à 6 graines. Pour 1000 fleurs en moyenne par genêt adulte  la production est donc de 5 à 6000  graines.  Elles  peuvent germer  après une latence de plus de 10 ans et même 100 ans en attendant des conditions favorables. La dissémination des graines est faite par le vent quand il emporte la petite gousse contenant les graines mais aussi par les fourmis et vers de terre. Cette grande quantité de graines ainsi que ces divers moyens de dissémination explique la facilité de colonisation de ce genêt.

Protection : plante cultivée et très commune sans statut de protection.


Légendes : les « cytisis » étaient autrefois des plantes associées à la magie et aux sorcières. A défaut de trouver un balai en bouleau, elles pouvaient trouver aisément du genêt et le chevaucher pour faire  le tour du monde. Ce genêt était aussi un symbole d’abondance car il porte de nombreuses fleurs. On le mélangeait  ainsi à des balais lors de cérémonies de mariage.
Une comptine anglaise du Sussex met  en garde : « Balayer la maison avec un balai fleuri en mai, c’est balayer le chef de famille »


Agroforesterie : le Genêt à balais avec son expansion rapide (45 cm par an) peut empêcher la repousse des arbres dans une parcelle forestière. Les composants toxiques présents dans les feuilles  lui donnent une résistance à de nombreux insectes et herbivores. Par sa capacité de multiplication importante et sa taille, il  empêche la lumière d’arriver sur les plants des jeunes arbres. Les pertes économiques peuvent être importantes. Aux États–Unis les forestiers ont essayé de l’éliminer par lutte biologique en favorisant certains insectes prédateurs de ses feuilles comme des mites et des chrysomèles.  Il est possible aussi de le limiter en introduisant chèvres et poules.  Il est plus efficace de les arracher ou de les couper à maturité avant la fructification. Le  brûlage des genêts favorise la germination des graines.

Permaculture
Comme la plupart des fabacées, cette plante possède des racines fixatrices d’azote dans les nodosités de ses racines. Elle est utilisée comme fixateur d’azote pour enrichir le sol de manière biologique. Elle a aussi une capacité à stabiliser le sol, les terrains sableux par exemple.

Utilisation domestique : en région Auvergne ce genêt à balais remplaçait le chaume sur les toits. Il était utilisé pour nourrir les lapins
 


Usage alimentaire : plante toxique

Médecine : cette plante était utilisée en médecine traditionnelle  pour lutter contre les troubles circulatoires,  et comme diurétique.

Extrait ci-dessous copié  de wikiphyto :

Composition :

  flavonoïdes : scoparoside (hétéroside du lutéolol), spiracoside, génitoside, isoquercitroside, hétérosides du quercétol et du kaempférol

  Amines biogènes : tyramine et hydroxytyramine = dopamine

  Alcaloïdes quinolizidiniques (0,8 à 1,5 %) : spartéine, lupanine, hydroxylupanine, ammodendrine

  Isoflavones : sarothamnoside, génistéine

  Coumarines

  Dérivés de l’acide caféique

  Traces d’huile essentielle
  Lectines dans les graines (phytoagglutinine)

Propriétés de la plante  surtout de la spartéine :

  • Ganglioplégique (interrompt la conduction de l’influx nerveux au niveau des ganglions sympathiques et parasympathiques)
  • Action nicotinique : paralysie neuro-végétative et action dépressive myocardique
  • Ocytocique augmente les contractions et peut déclencher un accouchement,
  • Hémostatique, vasoconstricteur, hypertenseur, diurétique
  • Effet régulateur sur le cœur : Anti-arythmique, tonicardiaque


Indications de la plante entière (phytothérapie) :
  Troubles circulatoires

  Hypotension

  Œdèmes

  Antidote du venin de vipère (?) d’après Valnet (le Pr Billard de Clermont-Ferrand aurait montré que le venin devient inoffensif après mélange avec la spartéine)


Danger : interdit pendant la grossesse et en cas d’hypertension artérielle

 

Comme toujours, et avant toute utilisation, il faut consulter un médecin pour être averti des éventuels effets indésirables ainsi que des interactions possibles avec les médicaments classiques.

Texte,  photos, bibliographie  Roland Gissinger (Anab) ) - relecture Bernard Weinzaepflen (Anab)


Sources bibliographiques voir index biodiversité

 

Rédigé par ANAB

Publié dans #Fleurs jaunes, #Biodiversité de notre région

Commenter cet article
J
Un grand merci !
Répondre
R
Merci Josette d'avoir apprécié
T
Peut-on s'en vouloir pour un trou de mémoire?<br /> En tout cas, vous m'avez fait avancer après le quiz de jeudi!
Répondre
R
Toll, tu n'es pas la seule à avoir des trous de mémoire, je te rassure! Il faut voir et revoir, répéter et répéter à moins d'être un génie. Ce n'est pas mon cas. Content de t'avoir rafraîchi la mémoire.
P
C'était lui...en toute simplicité et tellement fréquent en Auvergne. Je m'en veux de ne pas l'avoir reconnu ! Mes enfants en ramassaient des brassées car c'était un régal, en fleurs, pour les chèvres de notre voisine qui elle en faisait, évidemment, des balais !
Répondre
A
Merci Pomme63 de ces complément et de ces bons souvenirs<br /> Roland