Le Peigne de Vénus

Publié le 14 Mai 2022

Le peigne de Vénus (Scandix pecten-veneris) - Photos Gilles Weiskircher (Anab)
Le peigne de Vénus (Scandix pecten-veneris) - Photos Gilles Weiskircher (Anab)

Le peigne de Vénus (Scandix pecten-veneris) - Photos Gilles Weiskircher (Anab)

Le peigne de Vénus (Scandix pecten-veneris)
Le peigne de Vénus (Scandix pecten-veneris)
Le peigne de Vénus (Scandix pecten-veneris)
Le peigne de Vénus (Scandix pecten-veneris)

Le peigne de Vénus (Scandix pecten-veneris)

Nom scientifique : Scandix pecten-veneris L., 1753

Origine du nom scientifique : vient de Scandix, nom grec du cerfeuil dont elle a la découpure de feuilles. Le qualificatif de Pecten signifie peigne à cause de cette ressemblance avec les dents d’un peigne. Plus tard, avec la mode en latin botanique de « convoquer » les dieux de l’Antiquité, s’y est ajoutée la référence à Vénus : d’où pecten-veneris. La déesse Vénus entre en effet dans une foule de noms de plantes.

Autres noms communs: aiguille de berger, aiguillette, aiguillon, cerfeuil à aiguilles, aiguille de vieille dame, aiguille de couturier

Allemand/ dialecte:
Nadelkerbel

Anglais : shepherd's-needle

Date et lieu  de l’observation : le 7 mai 2022 à Dieding (57)

Famille de plantes : celle de la
carotte, du fenouil et du persil.
C’est la famille des
Apiacées autrefois dénommée Ombellifères. C’est une famille qui comprend 3000 espèces de par le monde. Caractéristique commune : les fleurs sont disposées en ombelles souvent déclinées en petites ombellules, à l’origine de l’ancien nom de famille. Les ombelles sont plus ou moins contractées si bien qu’il faut regarder de très près certaines espèces ou à la loupe pour les voir. Les Apiacées sont souvent aromatiques, comme la coriandre, la livèche, souvent comestibles mais quelquefois extrêmement toxiques, comme la Grande cigüe ou allergènes, comme la Berce du Caucase.
Les plantes sauvages de cette famille sont à observer avec beaucoup d’attention pour ne pas avoir d’accident de santé grave. Le mieux est de s'abstenir de les consommer si vous n'avez  pas de bonnes connaissances botaniques.

Catégorie : plante

Port et tige : Plante annuelle pubescente-hérissée. Tige raide, striée, à rameaux ordinairement étalés


Hauteur : 10 à 40 cm

Feuilles : ovales dans leur pourtour, bi-tripennatiséquées, découpées en lobes linéaires, mucronulés, rudes aux bords

 

Fruits du peigne de Vénus (Scandix pecten-veneris)-  Photo  Gilles Weiskircher (Anab)

Fruits du peigne de Vénus (Scandix pecten-veneris)- Photo Gilles Weiskircher (Anab)

Le peigne de Vénus (Scandix pecten-veneris subsp hispanica)- sous-espèce hispanica  vue à Riou Gorges (départ. 05)
Le peigne de Vénus (Scandix pecten-veneris subsp hispanica)- sous-espèce hispanica  vue à Riou Gorges (départ. 05)
Le peigne de Vénus (Scandix pecten-veneris subsp hispanica)- sous-espèce hispanica  vue à Riou Gorges (départ. 05)

Le peigne de Vénus (Scandix pecten-veneris subsp hispanica)- sous-espèce hispanica vue à Riou Gorges (départ. 05)

Floraison : mai à juillet

Fleurs : ombelles simples ou à 2-3 rayons robustes, plus courts que le fruit

Disposition des ombelles : petites ombelles composées de 2 à 3 rayons seulement sans cercle de bractées à la base (involucre) ; par contre, au sommet de chaque rayon, sous l’ombellule de quelques fleurs, il y a un involucelle de 5 bractées plus ou moins divisées

Pollinisation : divers insectes


Fruit : oblong-linéaire, rude aux bords ; bec (ou rostre) long de 4-6 cm, environ 4 fois plus long, robuste, comprimé par le dos, à faces planes.
Le bec mesure en général moins de 2.5 cm pour la sous espèce méditerranéenne hispanica.

Habitat : plante dite messicole (de messio, moisson et cole, j’aime). Ce sont des plantes, pour la plupart annuelles qui adoptent un cycle de vie similaire à celui des céréales cultivées et qui vivent donc de manière au moins préférentielle dans des milieux cultivés soumis à la moisson. Ces plantes se sont adaptées à ce nouvel environnement créé de toutes pièces par l’homme depuis l’époque des premières cultures et y sont devenues confinées en espèces distinctes.

Il peut prospérer en populations parfois très importantes dans les cultures sur des sols limoneux assez chauds et riches en éléments nutritifs avec une nette préférence pour les sols sur substrat calcaire ou marneux

Confusions possibles : oui, avec d’autres apiacées .
Il existe une sous espèce hispanica légèrement différente ainsi que quelques autres plus rares.  


Statut de protection de la plante : plante rare, en statut Quasi Menacé en Lorraine et En danger en Alsace


Usage alimentaire : récolté pour la consommation courante en Italie, Grèce et Turquie et il est vendu très régulièrement sur les marchés. Il est récolté par les paysans dans leurs champs ou cultivé dans les jardins. On le cuisine notamment avec l’huile d’olive dans des pâtés végétaux ou en salade et on l’apprécie pour son goût piquant et aromatique.

Dans les champs cultivés et notamment les moissons, on rencontre couramment une célébrissime empoisonneuse de la même famille, la petite ciguë.


Texte, photos (sauf mention) Gilles Weiskircher (Anab)

https://www.zoom-nature.fr/une-curieuse-salade-des-moissons/


Voir la bibliographie utilisée dans notre rubrique répertoire- index des plantes

 

Rédigé par ANAB

Publié dans #Fleurs blanches, #Biodiversité de notre région

Commenter cet article