Antennaire dioïque, Patte-de-chat, Pied-de chat dioïque, Gnaphale dioïque, Hispidule

Publié le 21 Août 2022

Capitule mâle d'Antennaire dioïque, Patte-de-chat, Pied-de chat dioïque, Gnaphale dioïque, Hispidule (Antennaria dioica )- Photo Bernard Weinzaepflen (Anab)

Capitule mâle d'Antennaire dioïque, Patte-de-chat, Pied-de chat dioïque, Gnaphale dioïque, Hispidule (Antennaria dioica )- Photo Bernard Weinzaepflen (Anab)

Pieds et fleurs mâles de l'Antennaire dioïque, Patte-de-chat, Pied-de chat dioïque, Gnaphale dioïque, Hispidule (Antennaria dioica )
Pieds et fleurs mâles de l'Antennaire dioïque, Patte-de-chat, Pied-de chat dioïque, Gnaphale dioïque, Hispidule (Antennaria dioica )

Pieds et fleurs mâles de l'Antennaire dioïque, Patte-de-chat, Pied-de chat dioïque, Gnaphale dioïque, Hispidule (Antennaria dioica )

Feuilles de base de l'Antennaire dioïque, Patte-de-chat, Pied-de chat dioïque, Gnaphale dioïque, Hispidule (Antennaria dioica )

Feuilles de base de l'Antennaire dioïque, Patte-de-chat, Pied-de chat dioïque, Gnaphale dioïque, Hispidule (Antennaria dioica )

Voici une plante  que vous connaissez si vous êtes allés en montagne mais que vous verrez rarement en plaine. Son nom nous rappelle  qu’en regardant ses fleurs de haut et de près, on peut y  voir de mignons petits pieds de chatons.

Rolan
d  

Nom scientifique : Antennaria dioica (L.) Gaertn., 1791

 
Origine du nom : du latin « antenne, pointes », allusion aux soies des fleurs mâles de cette plante et de  «dioica », « dios » deux  et « oicos », deux maison, soit en traduction botanique, une plante dioïque : chaque sexe est porté par une plante différente.

Autres noms communs : Cotonnière immortelle, Herbe blanche

Nom commun dialecte / allemand : Gemeines Katzenpfötchen

Noms anglais : mountain everlasting, stoloniferous pussytoes, catsfoot or cudweed

Date de l’observation: plante vue  le 16 juin 2020 au Markstein au cours d’une sortie Anab.

Famille de plantes : les Astéracées (anciennement Composées) comme la marguerite, le
bleuet, le pissenlit, les centaurées. Cette famille de plantes est particulière car la fleur est en fait un ensemble de fleurs réunies en une tête serrée, on dit un capitule. C’est une famille de plantes très évoluée. Elle se signale aux insectes comme une grande et seule fleur. L’insecte visite plusieurs fleurs sur chaque capitule et plusieurs capitules. Les fleurs sont souvent munies d’aigrettes ou parachutes que le vent transporte au loin. Le nombre de fleurs et les aigrettes donnent de grandes facultés de dissémination. L’occupation des sols par ces plantes est plus rapide que par la plupart des autres plantes. C’est pourquoi de nombreuses astéracées, d’origine exotique sont invasives.



Catégorie : Plante vivace basse, couvre-sol, dioïque,

Hauteur : 5 à 25 cm  

Tiges et racines : plantes émises d’une souche. à partir de ses stolons aériens comme des rejets. Les tiges sont couvertes de poils blancs et gris.

 
Feuilles :  les inférieures sont spatulées, de 1 à 2 cm de long pour 3 à 6 mm de large. Les feuilles de la tige (caulinaires) sont en lanières, 7 à 13 mm
La face inférieure est blanche comme finement recouverte de coton et à une seule nervure.


 

Capitule femelle d'Antennaire dioïque, Patte-de-chat, Pied-de chat dioïque, Gnaphale dioïque, Hispidule (Antennaria dioica )- Photo Bernard Weinzaepflen (Anab)

Capitule femelle d'Antennaire dioïque, Patte-de-chat, Pied-de chat dioïque, Gnaphale dioïque, Hispidule (Antennaria dioica )- Photo Bernard Weinzaepflen (Anab)

Fleurs femelles et fruits d'Antennaire dioïque, Patte-de-chat, Pied-de chat dioïque, Gnaphale dioïque, Hispidule (Antennaria dioica )
Fleurs femelles et fruits d'Antennaire dioïque, Patte-de-chat, Pied-de chat dioïque, Gnaphale dioïque, Hispidule (Antennaria dioica )
Fleurs femelles et fruits d'Antennaire dioïque, Patte-de-chat, Pied-de chat dioïque, Gnaphale dioïque, Hispidule (Antennaria dioica )
Fleurs femelles et fruits d'Antennaire dioïque, Patte-de-chat, Pied-de chat dioïque, Gnaphale dioïque, Hispidule (Antennaria dioica )
Fleurs femelles et fruits d'Antennaire dioïque, Patte-de-chat, Pied-de chat dioïque, Gnaphale dioïque, Hispidule (Antennaria dioica )

Fleurs femelles et fruits d'Antennaire dioïque, Patte-de-chat, Pied-de chat dioïque, Gnaphale dioïque, Hispidule (Antennaria dioica )

 

Floraison : mai à juillet.
 
Couleur : Cette plante possède quelques capitules de petite taille (5 à 8 mm de long) groupés en petits corymbes terminaux de 3 à 12. Si on les regarde d’en haut on dirait les coussinets d’une patte de chat d’où ses nombreux noms qui y font allusion dans différentes langues.
Les capitules mâles avec leurs fleurs à étamines sont plus petits que les bractées. Les bractées sont les petites feuilles en périphérie des fleurs. Elles sont blanches à roses, membraneuses et luisantes.
Les capitules femelles possèdent des bractées roses plus longues, que les fleurs et terminées par une pointe,
Le Pied de chat dioïque est en réalité incomplètement dioïque. Il existe des formes intermédiaires comme par exemple, des pieds mâles qui possèdent des ovaires stériles.

Les finlandais ont mené des
études  sur 5 années successives pour comprendre les différences de répartition des individus mâles et femelles.
Ils ont conclu que ni le sexe, ni les floraisons, ni le poids des inflorescences n’ont d’influence pour produire d’avantage de plants mâles ou femelles. La présence (ou non) d'un champignon mycorhizien ne modifie pas non plus cette répartition.


Pollinisation : pollinisée par de petits papillons de nuit.

Confusion : plante facile à reconnaitre

Fruits : les fruits sont des akènes glabres et lisses de 2 à 3 mm portant une aigrette longue et soyeuse. L’aigrette blanche (ou parachute) s’ouvre par temps sec.  La dissémination des graines est faite par le vent et les animaux.


Habitat : cette plante d’altitude aime le soleil et le frais, et se développe sur des sols acides ou peu acides omme les pelouses rases, les chaumes, les landes, les prairies parsemées de rochers.
C’est un bon marqueur de montagne et sols acides. On la trouve ainsi dans les Vosges, le Jura, les Pyrénées, le Massif Central et les Alpes mais aussi dans les pays nordiques, en Asie et Russie jusqu’à 2500 m.

 

Statut de protection : Plante peu commune en France. Elle est classée critique dans les régions Limousin, Picardie et Champagne-Ardenne et en danger en Bourgogne. Elle est classée « en danger » en Lorraine, et a disparu de nombreuses régions du Nord et du Centre. Sa cueillette est réglementée ou interdite presque partout, Normandie, Bourgogne, Limousin, Alpes de Haute-Provence, Jura, Loire, Drôme…
Elle est protégée dans de nombreux pays où son commerce est par conséquent interdit, comme par exemple en Allemagne.



Usage horticole : les cultivars de cette plante sont bien appréciés comme couvre sol.

Usages domestiques : cette plante servait à élaborer des tisanes et une teinture mère


Usages  médicinaux: (
extrait  de Wikiphyto).
Cette plante était censée guérir la toux, et avoir des pouvoirs, astringent, diurétique, vulnéraire  et émollients.


Composition :
 
Mucilages, Flavonoïdes ubiquitaires, apigénine, lutéoline, Acide ursolique, Acide chlorogénique


Propriétés de la plante

  • Émolliant, antitussif (mucilage)
  • Cholagogue
  • Stimule l’activité phagocytaire du système réticulo-endothélial
  • Antimicrobien


Comme toujours, et avant toute utilisation, il faut consulter un médecin pour être averti des éventuels effets indésirables ainsi que des interactions possibles avec les médicaments classiques.




Texte et photos Roland Gissinger et relecture Bernard Weinzaepflen (Anab)

Sources bibliographiques voir index biodiversité
Analyse in vitro du pouvoir antioxydant et anti microbiant de Antennara dioca et Helychrysum  arenarium

 

Rédigé par ANAB

Publié dans #Fleurs roses, #Fleurs blanches

Commenter cet article
T
Le Trolle, Trolle d'Europe ou Trolle des montagnes (Trollius europaeus).<br /> <br /> Excusez-moi, Pomme 63. Je n'avais pas relevé le jeu de mots!<br /> Je connais pourtant Trollius europaeus, mais seulement en belle plante cultivée, dans les jardins. <br /> Je ne connaissais que le nom latin. 😳🙄😱
Répondre
A
Voilà une gaffe utile, et qui crée du lien n'est ce pas Toll et Pomme 63. C'est souvent le cas avec un tout petit peu de bienveillance.<br /> Roland<br />
P
Pas de problème. Je trouvais un peu étonnant que vous ne trouviez pas cela sympa. Une belle plante que je trouve un peu dans le Forez et qui est bien présente en Auvergne. Un enchantement pour les yeux !
P
Oh mille excuses à Toll d'avoir écorché son nom ...dommage, Troll cela allait bien à <br /> quelqu'un qui s'intéresse à la bota.
Répondre
T
Mon nom, pourtant si simple, a souvent été écorché, mais cette version est la pire. J'accepte volontiers vos excuses 😊<br /> J'étais sidérée jeudi dernier de voir que le quiz avait déjà été bouclé quand les autres dormaient encore. Le quiz le plus court de l'histoire de l'ANAB?<br /> Votre commentaire dur le blog de jeudi m'a amenée à faire un saut chez Google et j'ai appris des choses intéressantes. À nouveau, merci!<br /> <br /> Quant au "botaniste d'un âge certain et éminent membre de la Société Linéenne de Lyon", saura-t-on jamais si sa thèse est vérifiable? 🤔😂 Ce qui est certain, c'est qu'il se souciait peu de la sacro-sainte "political correctness" et de ses dérives.
R
Merci Troll 63🤪
P
Merci pour ces belles photos. <br /> Pour moi c'était une plante courante car je la voyais beaucoup dans les Alpes. Cela m'a permis de vérifier qu'elle est en régression dans beaucoup de région. Effectivement en Auvergne elle est donnée pour être assez rare.<br /> Troll et moi devrions avoir une médaille 🏅 étant les seuls à avoir participé à ce beau quizz🤪
Répondre
T
Ah, ça, c'est pas trôle du tout!
R
Merci Pomm63 de ces vérifications de nos dires😜et de ces commentaires. Pour ce qui concerne Toll, je te confirme que ce n'est pas un Troll😬😇 mais bien Toll dont il s'agit. <br /> Pour les médailles, je vais voir ce que je peux faire en plus de que 🏅🏅
T
Merci beaucoup pour cet article très intéressant, et pour les jolies photos.
Répondre
R
Merci beaucoup Toll de ce commentaire