Arnica des montagnes, Herbe aux prêcheurs

Publié le 14 Août 2022

Arnica des montagnes, Herbe aux prêcheurs (Arnica montana)
Arnica des montagnes, Herbe aux prêcheurs (Arnica montana)
Arnica des montagnes, Herbe aux prêcheurs (Arnica montana)

Arnica des montagnes, Herbe aux prêcheurs (Arnica montana)

Voici une plante  que vous connaissez tous pour l’avoir vue en montagne. Elle se fait rare et est facilement confondue avec d’autres.

Roland
 

Nom scientifique : Arnica montana L., 1753
 
Origine du nom : le nom a été déformé et vient sans doute du grec «ptamirca», « qui fait éternuer, une des propriétés de cette plante et de  «montana», « de montagne » comme son milieu de vie.

Autres noms communs :  Tabac des Vosges, Souci des Alpes, Plantain des Alpes, Herbe aux prêcheurs, Herbe aux chutes , Bétoine des montagnes 
… il en existe sans doute bien d’autres.

Nom commun dialecte / allemand : Wolferley, Wolfstöterin

Noms anglais : wolf’s bane, leopard's bane, mountain tobacco and mountain arnica,

Date de l’observation: plante vue  le 8 juillet sur les hauteurs de Metzeral (68) .

Famille de plantes : les Astéracées (anciennement Composées) comme la marguerite, le bleuet, le pissenlit, les centaurées. Cette famille de plantes est particulière car la fleur est en fait un ensemble de fleurs réunies en une tête serrée, on dit un capitule. C’est une famille de plantes très évoluée. Elle se signale aux insectes comme une grande et seule fleur. L’insecte visite plusieurs fleurs sur chaque capitule et plusieurs capitules. Les fleurs sont souvent munies d’aigrettes ou parachutes que le vent transporte au loin. Le nombre de fleurs et les aigrettes donnent de grandes facultés de dissémination. L’occupation des sols par ces plantes est plus rapide que par la plupart des autres plantes. C’est pourquoi de nombreuses astéracées, d’origine exotique sont invasives.

Catégorie : Plante vivace à rhizome, aromatique, avec de grandes feuilles et de grandes fleurs jaunes type marguerite

Hauteur: 20 à 50 cm  

Tiges et racines: plante tomenteuse à tige droite
 

Feuilles: simples, non dentées. Particularité rare, la ou les paires de petites feuilles le long de la tige sont opposées alors que la quasi totalité des feuilles des astéracées est alterne. Les feuilles de la base sont étalées en rosette et possèdent un feutrage  fin formé  de poils glanduleux et odorants. Elles sont sans pétiole.

Arnica des montagnes, Herbe aux prêcheurs (Arnica montana)
Arnica des montagnes, Herbe aux prêcheurs (Arnica montana)
Arnica des montagnes, Herbe aux prêcheurs (Arnica montana)
Arnica des montagnes, Herbe aux prêcheurs (Arnica montana)
Arnica des montagnes, Herbe aux prêcheurs (Arnica montana)

Arnica des montagnes, Herbe aux prêcheurs (Arnica montana)

Doronic d'Auriche (Doronicum austriacum)
Doronic d'Auriche (Doronicum austriacum)
Doronic d'Auriche (Doronicum austriacum)

Doronic d'Auriche (Doronicum austriacum)

Floraison: juin  à juillet.
 
Couleur: Cette  plante possède quelques capitules de grande taille (6 à 8 cm) groupés en grappe compacte en haut des tiges. Ces capitules, jaune-orangé, sont organisés comme ceux des marguerites. Ils ont des fleurs tubuleuses très serrées au centre, et des fleurs ligulées ou en languette à la périphérie.
Les fleurs du centre ont 5 pétales soudés. Les étamines émergent au dessus des pétales
.
Les bractées, ces petites écailles vertes qui entourent le capitule sont disposées sur 1 rangs et égales.

Confusion : plante facile à reconnaitre une fois que l’on se rappelle les deux petites feuilles opposées sur la tige.  Il existe différentes variétés, une sous‑espèce de montagne et une variété atlantique. Elle est  confondue par les personnes peu attentives avec des plantes d’aspect semblable mais aux feuilles alternes comme le  Séneçon doronic ou le Doronic d’Autriche.


Fruits : les fruits sont des akènes  de 2 à 3 mm. L’aigrette blanche (ou parachute) s’ouvre par temps sec.  La dissémination des graines est faite par le vent et les animaux.


Habitat: cette plante est un excellent marqueur de montagne et sols acides, mais aussi de terrains pauvres comme les chaumes et prairies jusqu’à 2900 m. On la trouve ainsi dans les Vosges, les Pyrénées, le Massif Central  et les Alpes mais aussi dans les pays nordiques et au sud de la Russie.
Sa génétique a été bien étudiée. Elle a révélé une grande plasticité de l’Arnica et par exemple une possibilité de ‘s’adapter à des augmentations de températures de l’ordre de 2°C.

Cultures naturelles et autres :
L’Arnica des montagnes est parasité par une mouche, Tephritis arnicae, qui se développe déjà dans le bouton floral. Les larves se nourrissent des graines en formation et leur dernière métamorphose donne une petite pupe qui abrite ce parasite tout l’hiver et lui permet de refaire son cycle au printemps.
Le pâturage des ovins a un effet destructeur sur les populations d’arnica qui peuvent disparaitre en deux ans comme cela s’est passé dans les Monts du Forez. Les déjections des ovins alcalinisent les terres et l’arnica disparait très rapidement.

Au contraire, un pâturage extensif par des bovins favorise l’extension de l’arnica car les ils ne broutent pas cette plante  (étude de Serge Muller de 1998-2001).
Une cueillette modérée sans destruction du rhizome peut stimuler la plante qui refait de nouvelles tiges. Dans la plupart des cas on assiste plutôt à une surexploitation des sites, difficile de modérer la cueillette?  Les dates et heures de cueillettes étaient strictement réglementées mais avec la raréfaction de cette plante on va plutôt vers une interdiction générale de la cueillette.
Des alternatives à Arnica montana ont été trouvées, en particulier une espèce très voisine : Arnica chamissonis subsp. foliosa. Elle est considérée par la pharmacologie allemande et européenne comme équivalente au point de vue thérapeutique. Cette espèce est beaucoup plus facile à cultiver et plus productive.   


Statut de protection : Plante peu commune en France. Elle est classée critique dans les régions Centre et Champagne-Ardenne et en danger en Bourgogne. Sa cueillette est réglementée ou interdite presque partout.
Elle est protégée dans de nombreux pays où son commerce est donc interdit, comme par exemple en Allemagne et en Hongrie. L’union européenne conseille des mesures de réglementation des prélèvements.



Usages  médicinaux: (extrait Wikipédia).
Cette plante  est utilisée depuis toujours pour ses propriétés antidouleur et anti-irritant sur les petits traumatismes. Toutes ces propriétés ne sont pas prouvées par des études solides.
La composition de l’Arnica et sa richesse en composants la classe comme plante toxique tant elle peut avoir d’effets allergisants et néfastes pour l’organisme.
Wikiphyto donne la composition suivante :

Lactones sesquiterpéniques de type pseudoguaianolide : hélénaline, dihydro-hélénaline,
Flavonoïdes : astragaloside, isoquercitroside, quercétol-3-glucogalacturonide, lutéoline-glucoside
Acides phénoliques, tanins
Alcools triterpéniques : arnidiol et faradiol
Huile essentielle à consistance de beurre : acides gras (acide palmitique, acide linoléique, acide myristique, acide linolénique) et n-alcanes, polyines
Coumarines : ombelliférone, scopolétol
Polysaccharides : arabinogalactanes (arabino-3,6-galactane) et fucogalactoxyloglucane
Phytostérols et Caroténoïdes


Propriétés de la plante

  Anti-inflammatoire, antirhumatismal

  Antalgique par voie locale,

  Décontracturant musculaire

  Anti-ecchymotique

  Cicatrisant proche de l'Echinacée

  Antibactérien et antifongique

  Immunostimulant (polysaccharides) sur cultures cellulaires

  Spasmolytique à l’égard de l’histamine

  Améliore la fonction cardiaque et la circulation coronarienne à faible dosage

  L’efficacité optimale par voie orale se situe à des doses faibles ou homéopathiques




Comme toujours, et avant toute utilisation, il faut consulter un médecin pour être averti des éventuels effets indésirables ainsi que des interactions possibles avec les médicaments classiques.



Texte et photos Roland Gissinger, relecture Bernard Weinzaepflen (Anab)

Sources bibliographiques voir index biodiversité
Article archi complet sur l’Arnica des montagnes sur Wikipédia


Extrait de Wikipédia sur les contrats dans les Vosges
La récolte est d’environ 5 tonnes en moyenne, quantité qui couvrait les besoins de l’entreprise pharmaceutique Weleda. En 2022 il était prévu de faire 600 kg mais les pluies faibles ont raréfié cette plante au point d’annuler toute autorisation de cueillette. Voir l’article de Francebleu du 17/6/2022.


Contrats :
On trouve au Markstein, dans le massif des Vosges, une concentration d'Arnica montana unique en France. Son périmètre actuel couvre environ 20 ha et se répartit sur les communes d’Oderen, de Fellering et de Ranspach. Ce territoire se partage entre les agriculteurs, les entrepreneurs d'entreprises de loisirs et les cueilleurs. Les terres utilisées par les agriculteurs sont sous la tutelle des communes, l'ensemble faisant partie du réseau européen Natura 2000 et bénéficiant de la protection du Parc naturel régional des Ballons des Vosges. Les laboratoires pharmaceutiques concernés par ce territoire sont essentiellement Weleda, Boiron et les Laboratoires Lehning.

Victime d'un processus complexe opposant des enjeux économiques et écologiques divergents, l'arnica a vu peu à peu son territoire se réduire comme une peau de chagrin. En effet, l'intensification de l'élevage laitier associée à l'impact des loisirs sportifs et à l'engouement croissant des produits phytothérapeutiques et homéopathiques ont eu des conséquences négatives sur les populations d'Arnica. De ce fait, il était nécessaire de mettre en place des règles avec toutes les parties concernées.

Le 22 juin 2007 a été signée une convention « ARNICA » sous l'égide de l'AVEM (Association vosgienne d'économie montagnarde). Cette convention comprend des consignes précises à l'intention de chacune des parties. Ne peuvent être cueillies que les plantes en pleine floraison en laissant sur place une tige fleurie tous les 5 m2 et les capitules fanés. Seules sont autorisées les récoltes manuelles. Cette convention rappelle aussi aux laboratoires pharmaceutiques l'obligation de demandes d'autorisation de récolte auprès des communes. Elle définit à l'intention des exploitants agricoles des normes quant au chargement animal des prairies concernées. Tout amendement chimique, chaulage, apport de fumure organique ou minérale, traitement phytosanitaire et sur-semis y sont proscrits. Elle attribue au Parc naturel régional des Ballons des Vosges le rôle de médiateur entre les différents acteurs du site. Les maires des communes concernées se sont engagés à faire respecter les directives de la convention avec l'aide des Brigades vertes, de l'ONF et de l'ONCFS9,63.

En dehors de  cet exemple, aucune gestion conciliant l'économie et les impératifs écologiques n'existe dans les autres régions françaises.

Rédigé par ANAB

Publié dans #Fleurs jaunes, #Biodiversité de notre région

Commenter cet article
H
Photos , article et commentaires 👏, merci à vous tous pour ce partage , nous avons découvert cette petite « reine des fleurs « en BC au Canada dans une forêt brûlée sur une île au milieu d ‘ un immense lac : la richesse du sol en nutriments expliquait son abondance .
Répondre
P
Merci Toll pour ces liens. <br /> En bonne auvergnate du Forez je connais bien cette plante que j'utilise moi aussi fréquemment, depuis plus 50 ans....<br /> Lors d'une session au Mont Cenis, il y a longtemps, le Père Fritsch l'avait évidemment présentée. Avec son humour, un peu particulier, il disait qu'elle était facile à reconnaître, même de loin. Il disait qu'elle ne s'était pas coiffée, qu'elle avait toujours l'air "ébouriffé"..., en comparaison avec le Doronic, ce qui est vrai !
Répondre
R
Merci Pomme 63 de cette anecdote qui donnera à nos lecteurs un autre "truc" pour reconnaitre cet arnica
T
Merci beaucoup pour cet article très intéressant, très détaillé et pour les belles photos.<br /> J'utilise l'Arnica depuis environ 15 ans (mais pas tous les jours).<br /> Je me permets de signaler quelques liens (en français) à cet article déjà bien exhaustif.<br /> https://www.scc-quebec.org/wp-content/uploads/2017/08/Arnica-Camille-Gouneau-2016.pdf<br /> https://www.avogel.ca/fr/avogel-monde/arnika.php<br /> https://www.farmaline.be/notices/notice_a-vogel-arnicaforcemed-forte.pdf
Répondre
A
Merci Toll de ce commentaire et des compléments bibliographiques à notre article. <br /> Roland