Eau, électricité : Patrick et Brigitte ne paient plus de factures d'énergie depuis plus de 40 ans

Publié le 26 Août 2022

Eau, électricité : Patrick et Brigitte ne paient plus de factures d'énergie depuis plus de 40 ans

paru sur francebleu le 24/11/2021
 

Patrick et Brigitte Baronnet ont décidé de quitter Paris, il y a presque 50 ans pour aller s'installer à la campagne, à Moisdon-la-Rivière. Forts de leurs idéaux, ils ont été des précurseurs dans l'économie d'énergie et dans une nouvelle façon de penser la consommation.

Loin des dattiers et des dunes de sable, se niche dans le village de Moisdon-la-Rivière, au nord de Nantes, une oasis d'un tout autre type. Patrick Baronnet et sa femme Brigitte accueillent depuis plusieurs années des visiteurs dans l'oasis de La Maison Autonome

Adeptes d'une "sobriété heureuse" en énergie, le couple et leurs quatre enfants expérimentent depuis des dizaines d'années un mode de vie autonome et solidaire.

Ça fait 47 ans qu'on ne paye plus de factures d'eau. Ça fait 24 ans qu'on ne paye plus de factures d'électricité. On est encore en vie, et même bien en vie.

Quitter Paris à tout prix

Au début des années 1970, Patrick Baronnet est étudiant à Paris. Il passe son CAPES d'éducation physique et sportive et décide de partir avec sa femme Brigitte pour enseigner à la campagne, car pour eux, la ville n'est pas la solution et ne correspond pas à leurs valeurs.

On avait envie de se prendre en main et d'essayer d'assumer sa vie et ses besoins économiques par nos propres moyens.

En 1973, Patrick commence son année d'enseignant au collège de Châteaubriant, en Loire-Atlantique. Avec sa femme, ils se mettent à la recherche "d'une maison, un puits, un jardin". Leur choix se porte sur une petite maison à Moisdon-la-Rivière.

 

Les débuts ont sans doute dû être difficiles, car comme l'admet Patrick Baronnet : "Ce qui est important à savoir, c'est que je ne savais rien."

Le couple Baronnet se lance dans l'aventure. Quatre enfants plus tard, il faut penser à agrandir la petite maison : "Quand vous êtes motivé, déjà, ça aide [...] j'ai pris le tracteur de l'agriculteur voisin, une remorque. J'ai pris des pierres, j'ai construit la maison. Elle tient toujours !"

Patrick Baronnet travaillant sur les extensions de sa maison autonome à Moisdon-la-Rivière
Patrick Baronnet travaillant sur les extensions de sa maison autonome à Moisdon-la-Rivière - Patrick Baronnet

Après avoir trouvé la maison, ils ont commencé à cultiver un jardin et à se nourrir du fruit de leur travail de la terre. Avec plusieurs décennies d'avance, ils sont précurseurs d'un retour à une agriculture biologique et raisonnée : "Aujourd'hui, tout le monde parle de permaculture et c'est tant mieux."

Leur désir d'autonomie les pousse à aller plus loin. Pourquoi ne pas récupérer l'eau de pluie au lieu d'être raccordé au réseau d'eau potable ? Et si les énergies renouvelables couvraient l'intégralité des besoins énergétiques de la famille ?

On a investi tous les aspects du quotidien et on est arrivés au bout de 20 ans à être totalement autonome en électricité.

Vue aérienne de la maison autonome de Patrick et Brigitte Baronnet à Moisdon-la-Rivière
Vue aérienne de la maison autonome de Patrick et Brigitte Baronnet à Moisdon-la-Rivière - Patrick Baronnet

Vivre léger sur la planète

Au bout de toutes ces années d'expérimentations, Patrick Baronnet s'est aperçu "qu'on divise par huit nos consommations d'électricité et à peu près par six ou sept notre consommation d'eau". La question est de savoir comment on parvient à devenir autonome en énergie. 

Pour Patrick Baronnet, on ne devient pas autonome en énergie en conservant son mode de consommation actuel. Il est primordial de vivre léger sur la planète en raisonnant ses besoins énergétiques. 

Nous, on vit heureux avec quatre kilowatts heure au maximum par jour et par personne. Que chacun regarde son compteur et évalue ce qu'il consomme par jour.

Patrick Baronnet et son éolienne
Patrick Baronnet et son éolienne - Patrick Baronnet

À titre d'exemple, pour EDF, lancer un cycle de lavage d'un lave-linge équivaut à 1 kWh, prendre une douche, c'est 2 et un bain, c'est 4 kWh. On arrive vite à leur niveau de consommation énergétique quotidienne et par personne. Vivre léger sur la planète nécessite d'adapter son mode de vie.

Si vous voulez être autonome, si vous continuez à consommer ce que vous consommez, peut-être que ça ne sera pas possible chez nous.

Toujours dans l'expérimentation, Patrick et Brigitte se sont aperçus qu'ils pouvaient vivre à l'aise avec 12 m² de photopiles pendant huit ou neuf mois et que l'éolienne et les vents bretons était un atout majeur pour les longs mois d'hiver.

Pour Patrick Baronnet, si la seule motivation est un calcul économique, ça ne marchera pas : "Nous, on a fait ça, disons, par idéal, par conviction et ça a fonctionné."

Un exemple d'expérimentation low tech avec un four solaire
Un exemple d'expérimentation low tech avec un four solaire © AFP - André Durand

Il ne faut pas croire qu'ils vivent dans une grotte et s'éclairent à la seule lueur d'une bougie. Non ! Comme une majorité des Français, ils ont un lave-linge, une voiture, un smartphone, et même un ordinateur connecté à Internet. Seuls le réfrigérateur et le lave-vaiselle ne trouvent pas grâce à leurs yeux.

La Maison Autonome

Loin de vivre en autarcie, le couple Baronnet, au contraire, est ouvert sur le monde et partage son expérience avec les dizaines de milliers de visiteurs qui viennent voir la Maison Autonome tous les ans. Qu'ils soient simples curieux ou bien encore en recherche de solutions pour améliorer leur consommation d'énergie, ces visiteurs ne sont pas insensibles à la démarche de Patrick et Brigitte.

L'Écofestival organisé par Patrick et Brigitte Baronnet
L'Écofestival organisé par Patrick et Brigitte Baronnet - Patrick Baronnet

Entre les différentes visites, l'organisation en 1997 de leur premier Écofestival, Patrick et Brigitte créent en 2012 le Hameau du Ruisseau, un lieu de vie écoresponsable, mais également un centre de formation et de recherche.

Quand on demande à Patrick Baronnet si sa démarche est LA solution à nos problèmes énergétiques, il répond :

Je n'aurais pas la maladresse de dire que c'est la solution. Mais c'est un élément important pour envisager l'avenir.

durée 4 min 40sec

Rédigé par ANAB

Publié dans #préserver les ressources, #Energies

Commenter cet article