La Panure à moustaches, Mésange à moustaches

Publié le 7 Août 2022

Panure à moustaches, Mésange à moustaches  (Panurus biarmicus) Photos Claudy Stenger
Panure à moustaches, Mésange à moustaches  (Panurus biarmicus) Photos Claudy Stenger
Panure à moustaches, Mésange à moustaches  (Panurus biarmicus) Photos Claudy Stenger

Panure à moustaches, Mésange à moustaches (Panurus biarmicus) Photos Claudy Stenger

Voici un oiseau peu commun photographié par Claudie. Je ne le connaissais pas avant d’avoir vu ses photos. Il est très rare dans notre région car son milieu est celui des grands lacs et des roseaux. Il a été observé cette année dans le bassin Potassique vers Mulhouse.

Roland


Nom scientifique : Panurus biarmicus (Linnaeus, 1758)

Etymologie : « Panurus» vient de deux mots grecs  « pan » le tout, complet  et de « ouros », la queue soit « queue complète ». Pour Linné cela voulait signifier que la queue est très importante chez cet oiseau, qualifiée de mésange  voici encore peu de temps. Le nom de genre, «biarmicus», a une étymologie obscure. Pour certains,  il signifierait que cet oiseau provient d’un pays du Nord, imaginaire, la Biamria. D’autres sources indiquent que ce nom proviendrait d’une région de Russie près de la Finlande.
Il existe aussi un faucon, le Faucon lanier, qui possède le même nom d’espèce, Falco biarmicus.



Nom Allemand/ dialecte : Bartmeise

Nom anglais : Bearded Tit


Dimensions et poids : de 14 à 16 cm de long.  Poids : 12 à 20 g.

Longévité : 2 à 6 ans


Classification et famille : celle des Panuridae  créée spécialement   pour lui. Il en est l’unique membre. La panure a été classé à part car son génotype est tout à fait original. Les oiseaux les plus proches génétiquement sont les alouettes.

Description :

La Panure à moustaches est un petit passereau dont une  des particularités est d’avoir un dimorphisme sexuel très marqué.
Le mâle possède un plumage orange-roux, avec un ventre clair et une tête bleu-clair dans sa livrée nuptiale. Le bec est orange. De part et d’autre des yeux, 2 bandes noires descendent vers la base du cou.
La femelle de cet oiseau n’a ni ces moustaches ni cette coloration bleue de la tête  mais un plumage brun clair. Sa tête est discrète avec un bec gris.
La queue de cet oiseau est longue et ressemble à celle de l’Orite à longue queue.
Les pattes sont brunes.


Chant :   
Le chant de la Panure à moustaches  n’est pas mélodieux. Il est discret et monotone, constitué de doubles pip-pip aïgus et ou de  3 à 4 notes métalliques. Le cri d’alerte est plus vif comme un « pshit »

Mâle de Panure à moustaches, Mésange à moustaches  (Panurus biarmicus) Photos Claudy Stenger
Mâle de Panure à moustaches, Mésange à moustaches  (Panurus biarmicus) Photos Claudy Stenger

Mâle de Panure à moustaches, Mésange à moustaches (Panurus biarmicus) Photos Claudy Stenger

Panure à moustaches, Mésange à moustaches  (Panurus biarmicus) Photos Claudy Stenger
Panure à moustaches, Mésange à moustaches  (Panurus biarmicus) Photos Claudy Stenger
Panure à moustaches, Mésange à moustaches  (Panurus biarmicus) Photos Claudy Stenger

Panure à moustaches, Mésange à moustaches (Panurus biarmicus) Photos Claudy Stenger

Nourriture: elle est insectivore et  trouve sa nourriture sur la partie basse de la végétation ou au niveau du sol qu’elle gratte souvent pour consommer des pucerons,  larves, insectes des milieux humides comme les éphémères.  En septembre elle opère un changement brutal de son mode alimentaire et passe à un régime granivore.  Pour ce faire, elle remplit son gésier de petites pierres qui lui servent à broyer la nourriture végétale qui reste disponible : bourgeons, graines, quelquefois fleurs…


Vol : le vol est rapide et ondulant.  La Panure ne s’éloigne guère du sol et de son habitat et rase en volant les phragmites et les joncs à la recherche de ses proies.  

Reproduction: au printemps le mâle parade en gonflant ses plumes. Le couple une fois formé, il reste stable toute sa vie. La Panure a en général deux couvées par an mais peut en avoir quatre  dans des conditions favorables.
La femelle, fabrique un  nid en cuvette profonde avec de petites tiges, des inflorescences de roseaux, des herbes. Elle affine l’intérieur avec des plumes. Le nid est  généralement situé près de l’eau à quelques dizaines de cm.

Nidification La femelle pond début mars 5 à  7 œufs de 2 grammes, blancs, presque sphériques, légèrement tachetés de noir. Elle les couve pendant un peu plus de 10 à 13 jours. Particularité : plusieurs femelles peuvent pondre dans le même nid (d’après Bargain-1997). Les jeunes peuvent voler après 12 à 13 jours et sont autonomes une semaine après un nourrissage complémentaire des parents. La mère  entreprend  une deuxième couvée dans le même nid. La mortalité moyenne reste très importante  pour les jeunes de moins d’un an.
Leur maturité sexuelle est atteinte après 1 an.

Habitat : la Panure à moustaches vit dans les milieux humides couverts de végétation comme les roselières riches en nutriments ou les cariçaies (zones compactes et  humides de laîches). Elle affectionne les vieilles roselières  qui forment une couverture complète sur une partie de l’eau. Elles sont aussi plus riches en nourriture. La Panure est présente sur le littoral comme les estuaires de la Loire, de la Gironde, du Rhône, de la Seine,  de manière peu fréquente  dans notre pays. Elle est bien plus présente de la Baltique à la mer Noire et jusqu’à l’extrême est de la Sibérie. C’est aussi un oiseau des steppes et zones désertiques selon les ornithologues compétents même si cela semble contradictoire.



Migration : en hiver les populations de nos régions restent sédentaires. Les groupes familiaux se rassemblent en groupes  de 40 à 50 panures. Celles qui vivent dans les pays nordiques, migrent à cette époque vers les pays au climat plus clément.


Prédateurs : des oiseaux comme le Râle des genêts mais aussi, la Couleuvre à collier.



Statut et protection: oiseau totalement protégé par la loi. Les populations fluctuent de manière très importante. Un froid intensif et précoce a déjà décimé les panures dans le nord mortes de faim. La Panure ne peut pas passer d’une nourriture insectivore à une nourriture végétale du jour au lendemain. Il lui faut un temps important pour avaler à nouveau et stocker  dans son gésier les gastrolithes nécessaires à broyer et digérer les nourritures végétales. Les effectifs se sont reconstruits par la migration de quelques unes
Autre danger : une remontée rapide des eaux sur sa zone de nidification peut détruire les couvées.. Le nombre actuel d’individus s’élève à 10 000 couples environ en France et  à 0.5 à 1 million  en Europe mais est en régression. Cette régression est liée à l’usage intensif de pesticides et insecticides ainsi qu’à la diminution des zones humides, des roselières et de leur fauchage précoce.



Article illustré par notre collègue photographe naturaliste, Claudy Stenger dont vous avez déjà pu apprécier les photos sur notre blog. D’autres de ses photos sont visibles sur Flickr (cliquer)


Texte  Roland Gissinger (Anab)  Relecture Bernard Weinzaepflen (Anab)


Bibliographie :
https://inpn.mnhn.fr/docs/cahab/fiches/Panure-amoustache.pdf

Rédigé par ANAB

Publié dans #Oiseaux

Commenter cet article
M
Magnifiques photos d'un oiseau pas toujours facile à photographier ! <br /> J'ajouterais que dans l'avifaune, les femelles sont souvent plus passepartout , plus mimétiques que les mâles aux couleurs chatoyantes, pour la bonne et simple raison qu'elles couvent et doivent donc passer inaperçues.
Répondre
A
Merci Martine de ce commentaire et de ces compléments d'information très intéressants pour nos lecteurs<br /> Roland
T
Merci beaucoup pour cet article très instructif!
Répondre
R
Merci Toll de cette appréciation et à bientôt
J
C’est toujours un réel plaisir de découvrir des espèces nouvelles pour moi et en plus grâce aux magnifiques photos de Claudie Stenger!
Répondre
R
Merci beaucoup Jpl. Avec les si belles photos de Claudy c'est toujours un plaisir de rédiger ces articles