Le Cormier, le Sorbier domestique - (Cormus domestica) - Sorbus domestica)

Publié le 23 Octobre 2022

Arbre de haie et écorce-  Cormier, Sorbier domestique (Cormus domestica) - Sorbus domestica)
Arbre de haie et écorce-  Cormier, Sorbier domestique (Cormus domestica) - Sorbus domestica)

Arbre de haie et écorce- Cormier, Sorbier domestique (Cormus domestica) - Sorbus domestica)

Feuilles et fruits de  Cormier, Sorbier domestique (Cormus domestica - Sorbus domestica)
Feuilles et fruits de  Cormier, Sorbier domestique (Cormus domestica - Sorbus domestica)
Feuilles et fruits de  Cormier, Sorbier domestique (Cormus domestica - Sorbus domestica)

Feuilles et fruits de Cormier, Sorbier domestique (Cormus domestica - Sorbus domestica)

Cet arbre est peu connu. Pourtant il avait jadis toute sa place dans les campagnes avec ses petits fruits à usage médicinal et son bois d’une qualité inégalée. Vous remarquerez l’absence de photo de fleur détaillée (très voisine des alisiers). Je n’en ai pas de correcte mais vous n’y échapperez pas lors d’un prochain quiz…
Roland



Dernière minute, Nicole  m'informe que Les DNA ont publié un article sur la labellisation "arbre remarquable" de deux cormiers à Marmoutier Bas-Rhin
ce jeudi 20 octobre.
La vidéo est en libre accès sous
https://www.dna.fr/environnement/2022/10/23/marmoutier-deux-cormiers-remarquables-labellises

Merci Nicole



Nom scientifique : Cormus domestica (L.) Spach, 1834
anciennement Sorbus domestica L., 1753

Origine du nom: dérive  du grec «kormos», «tronc» peut-être car le cormier est un exemple de bois dur,   et de « domestica», domestique. Ce nom donné par Linné marquait l’opposition avec l’alisier de forêt d’allure voisine,  l’Alisier torminal , Sorbus torminalis (devenu Torminalis glaberrima)

Nom et génétique des sorbiers  (voir les références des articles complexes en fin d‘article)
Les nouvelles études génétiques sur le genre sorbus ont montré l’incohérence à classer le cormier parmi les sorbiers. Les feuilles se ressemblent certes, mais les sorbiers ont 3 styles, tandis que le cormier en a 5 qui sont stables. D’autres marqueurs génétiques au niveau des cellules, des  marqueurs ITS sur les ribosomes, les chloroplastes et les noyaux montrent que ces plantes sont assez éloignées les unes des autres pour en faire des genres distincts.
Près de 24  sur les 28 genres de sorbiers qui existent, résultent d’hybridations naturelles et ne sont plus considérées comme des espèces à part entière. Ils ont tous été renommés.
Le cormier est devenu un genre à lui tout seul ne comprenant qu’une  espèce  (taxon monotypique – merci Bernard) et qui fait remarquable n’a pas subi d’hybridation.

Nom commun allemand/ dialecte : Speierling, Sperberbaum, Sperbelbaum, Sporapfel,  dialecte :
Aschgriaslaboïm,

Nom anglais :  service tree, sorb tree


Date de l’observation:  le 16 octobre  à Thal-Drulingen (67) -
En photo le magnifique Cormier de Sarre-Union aujourd'hui disparu. Il apparaissait sur des sites d’arbres remarquables. Il a  été tronçonné voici quelques années soi-disant pour des raisons de sécurité mais comme par hasard le propriétaire a installé une clôture à cet endroit juste après son abattage. Le marquage des limites de propriété reste un besoin bien supérieur à tout autre pour certains.


Famille de plantes :  celle des Rosacées, qui inclut nos  arbres fruitiers comme le cerisier, le prunier, le prunelier, , le pommier, le poirier, l’amandier … mais aussi la fraise, l’églantier. C’est donc une famille économiquement très importante.
Les rosacées ont comme point commun des feuilles dentées. Les fleurs de symétrie 5, ont de nombreuses étamines et pistils composés de 5 carpelles.
Les poils de l’épiderme se transforment en aiguillons (ronces, roses) ou épines (pruniers). Ce phénomène a été développé par ces plantes pour éviter d’être broutées par les herbivores. Ce sont des défenses physiques qui complètent ou remplacent les défenses chimiques, les tanins,  que produisent les plantes.

Origine du cormier: cet arbre serait originaire de Méditerranée. Il est déjà cité dans le livre des religions de Babylone
Les grecs l’utilisaient en coupant les fruits en deux et en les laissant fermenter. Il a été planté un peu partout par les romains.  C’est un arbre fruitier domestique et sauvage à la fois.

Catégorie: arbre de taille moyenne dans le midi (10 à 12 m ou moins) pour 30 à 45 cm de diamètre. Il atteint des hauteurs remarquables dans le nord où il trouve plus de nutriments et d’eau dans le sol. Les arbres les plus remarquables et les plus anciens, culminent à plus de 30 mètres et atteignent un mètre de diamètre. Le record est détenu par un cormier de République tchèque de 1.5 m de diamètre, une couronne de 18 mètres et un âge estimé de 450 ans.
Le houpier est globuleux et le tronc est souvent droit sur une grande longueur.

Durée de vie : elle est d’environ 150 à 200 ans et jusqu’à 400 ans pour certains spécimens.

Tronc : écorce brun-orangé, brillante, d’abord lisse, qui se fissure avec l’âge en crêtes verticales noires un peu comme un poirier.

Tiges et racines: rameaux peu épais et nombreux.

Feuilles: de 15 à 25 cm de long, découpées en un nombre impair de petites feuilles. Elles sont dites imparipennées avec 6 à 8 paires de ces folioles + 1 terminale. Elles sont finement dentées en scie sur les 2/3 supérieurs, chacune mesurant 3 à 6 cm de long pour 1 à 1.5 cm de large. Les feuilles sont pétiolées (3 à 5 cm), caduques, alternes, vert-clair et pubescentes quand elles sont jeunes. Ces feuilles deviennent rouges en automne et cet arbre illumine alors la haie. Les bourgeons sont glabres et leurs écailles visqueuses.

Fleurs et fruits de  Cormier, Sorbier domestique (Cormus domestica - Sorbus domestica)
Fleurs et fruits de  Cormier, Sorbier domestique (Cormus domestica - Sorbus domestica)
Fleurs et fruits de  Cormier, Sorbier domestique (Cormus domestica - Sorbus domestica)

Fleurs et fruits de Cormier, Sorbier domestique (Cormus domestica - Sorbus domestica)

Arbre remarquable de Sarre-Union disparu et cormier remarquable d'Alsace Bossue (sans feuilles) -  Cormier, Sorbier domestique (Cormus domestica - Sorbus domestica)
Arbre remarquable de Sarre-Union disparu et cormier remarquable d'Alsace Bossue (sans feuilles) -  Cormier, Sorbier domestique (Cormus domestica - Sorbus domestica)
Arbre remarquable de Sarre-Union disparu et cormier remarquable d'Alsace Bossue (sans feuilles) -  Cormier, Sorbier domestique (Cormus domestica - Sorbus domestica)

Arbre remarquable de Sarre-Union disparu et cormier remarquable d'Alsace Bossue (sans feuilles) - Cormier, Sorbier domestique (Cormus domestica - Sorbus domestica)

Floraison: mai à juin

Couleur des fleurs: Les fleurs, de couleur blanches, sont regroupées en corymbes et mesurent de 13 à 18 mm de diamètre. Elles ont 20 étamines à anthères jaune avant fécondation. Les organes femelles, qui constituent le pistil, sont terminés  par 5 styles se prolongeant  par 5 loges carpellaires soudées qui abritent 2  ovules.
Les fleurs sont groupées en bouquets de  35 à 75 fleurs et sont agréablement parfumées. Elles ont 5 pétales et 5 sépales en forme de triangle allongé. Comme la plupart des rosacées, ils sont réfléchis à maturité et adhérents au fruit.

Pollinisation : les cormiers sont autofertiles. Les fleurs sont visitées par les insectes, en particulier par les syrphes, papillons, abeilles et petits bourdons attirés par un nectar à la base des pétales et par du pollen abondant.

Fruits: ils sont appelés cormes ou poirillons ou encore sorbes.  De petite taille (1 à 3 cm), ils sont jaunes et rouges sur la face orientée vers le soleil, piquetés de brun ou de roux. Les fruits sont sans pédicelle et tombent facilement en automne, entre septembre et octobre. Leur forme est celle de petites pommes ou de petites poires. La pulpe qui est astringente, devient sucrée à maturité complète quand le fruit est blet. Sa couleur passe alors au brun chocolat.
Le fruit est divisé en 5 cloisons et contient de 1 à 10 graines brunes de 6 à 9 mm.

Habitat : c’est  un arbre planté dans les vergers, les haies, le long des chemins jusqu’à 800 m d’altitude et qui pousse aussi dans les forêts de charmes et chênes.
Oui, il est exigeant en lumière mais un peu d’ombre lui est favorable.
Il préfère les sols calcaires mais  peut se contenter de sols sableux pauvres. Il est présent dans toute l’Europe tempérée et méridionale avec de gros écarts de densité  entre les régions.

Maladies : le cormier  est sensible à des maladies comme la tavelure, le feu bactérien (Erwinia amylovora
). Les arbres blessés sont aussi attaqués par des champignons. (Polypores).

Horticulture et utilisation du bois :
Le cormier a connu une désaffection qui l’a rendu rare. Mais à présent on le plante dans toute l’Europe, même si le nombre d’arbres plantés reste modeste. La dissémination se fait surtout avec les graines mais aussi par drageonnage.
Le blaireau, grand amateur de cormes est l’un des animaux qui plante le plus de cormiers. Ceci provient du fait que le blaireau qui adore les cormes, enterre ses crottes avec des graines non digérées dans des trous spécifiques dénommés « latrines » qu’il creuse. Elles ont ainsi des nutriments azotés qui améliorent leur développement.

Le bois est très dense. Avec 880 kg/ m3 il dépasse largement le poids spécifique du chêne réputé dense et lourd (700 à 800 kg/ m3). Sa densité permettait son utilisation pour construire des objets de tous types qui devaient subir de fortes contraintes mécaniques ainsi que des éléments de forme complexe comme des pièces d’avions en bois.

Sa couleur est brune à rouge pour l’aubier et brun pour le bois de cœur ou duramen. Il est utilisé pour le tournage de pièces décoratives, le déroulage mais surtout pour la fabrique de meubles, parquets, instruments de lutherie et de musique comme les cornemuses. 
Les outils soumis à d’importantes contraintes mécaniques étaient en bois de cormier. Les outils de rabotage des menuisiers comme les rabots, varlopes et autres guillaumes et leurs outils de mesure, les règles et le trusquin (outil de traçage) étaient du même bois. Les dents des roues en fonte des moulins étaient recouvertes de bois de cormier à leur extrémité.
L’écorce, très riche en tanins, pouvait remplacer en tannerie d’autres arbres comme le chêne
Dans la campagne, les cormiers étaient plantés pour protéger la vigne du soleil ou favoriser le développement des arbres truffiers.


Protection et statut
Arbre rare en Bretagne et dans le nord du pays. Il est peu commun en Alsace, Champagne-Ardenne, Picardie, Midi-Pyrénées, Bourgogne-Franche-Comté où il  est classé comme plante déterminante ZNIEFF. Il est aussi classé rare en Lorraine.
Les ZNIEFF , Zones Naturelles d’Intérêt Écologique Faunistique et Floristique ont  pour objectif d’identifier et de décrire des secteurs présentant de fortes capacités biologiques et un bon état de conservation.
Il est qualifié en danger dans de nombreux pays : Suisse, Autriche, Espagne...


Utilisation alimentaire :
Les fruits sont employés depuis l’Antiquité pour fabriquer un jus aux vertus médicinales ou un jus fermenté ou encore du schnaps.
Selon une étude croate de 2015, les fruits sont riches en calcium, zinc, fer et phénols. Les graines sont une source de potassium, magnésium et Zinc.
Les fruits immatures sont bien plus riches que les fruits mûrs en substances anti oxydantes comme les tanins.

Utilisations médicinales:
La grande richesse en  tanins des fruits est utilisée depuis tous temps pour guérir de la diarrhée et de la dysenterie.


Composants :

Propriétés de la plante selon wikiphyto
Les cormes sont comestibles après blettissement, astringentes puis acidulées-sucrées

  • Anti-nauséeuses
  • Anti-diarrhéiques
  • Puissamment anti-oxydantes, surtout par les proanthocyanidines oligomères
  • Prévention du diabète et de ses complications par inhibition de l'aldose-réductase

Les extraits de bourgeons  sont utilisés pour :
- agir sur des syndromes veineux avant un accident thrombotique et après en combinaison alors avec Alnus glutinosa
- certains sons parasites de l’oreille (acouphènes)
- troubles d’hyperviscosité du sang


D’autres études (2019)  ont montré un vrai potentiel pour des activités anti-inflammatoires pour lutter par exemple contre les maladies inflammatoires de l’intestin et les infections à Clostridium.

Comme toujours, et avant toute utilisation, il faut consulter un médecin pour être averti des éventuels effets indésirables ainsi que des interactions possibles avec les médicaments classiques.



 

Texte et photos Roland Gissinger (Anab) relecture Bernard Weinzaepflen  (Anab).




Sources bibliographiques voir index biodiversité
Characterisation of Sorbus domestica L. Bark, Fruits and Seeds: Nutrient Composition and Antioxidant Activity

Conservation du nom Sorbus Alex. Sennikov (oct 2014)
Check list phylogénétique du genre Sorbus  juin2017 – Alex. Sennikov

 

Rédigé par ANAB

Publié dans #Arbres, #Biodiversité de notre région

Commenter cet article
B
C'est en effet un article très long...Merci de nous avoir prévenu du quiz à venir. 😊
Répondre
A
j'espère que je ne t'ai pas lassé Bernard. <br /> Oui attention aux quiz à venir
T
Un article très instructif. <br /> On devine le travail que son élaboration a nécessité. Merci beaucoup!<br /> Très belles photos, comme toujours.
Répondre
R
Merci Toll de ce commentaire. Oui un peu de transpiration pour cet article car le Cormier est une espèce sur laquelle se fait de nombreuses recherches. Pas mal de littérature. Je n'ai pas tout lu...