L’albinisme est-ce rare ? Quels effets chez les humains et animaux.

Publié le 31 Mars 2021

Chevreuil albinos- Photos Arnaud Walch
Chevreuil albinos- Photos Arnaud Walch

Chevreuil albinos- Photos Arnaud Walch

Ragondin albinos- Photos Jacques Lettermann
Ragondin albinos- Photos Jacques Lettermann

Ragondin albinos- Photos Jacques Lettermann

1 / Utilité des couleurs pour animaux sauvages :
La sélection, naturelle des animaux a retenu les animaux dont la couleur est la mieux adaptée  à leur environnement. C’est une tenue de camouflage pour la très grosse majorité des espèces. Les animaux trop visibles ont disparu.

A noter que pour certaines espèces la couleur  vive est un moyen de séduction pour attirer les femelles (le paon). Pour d’autres espèces une couleur très vive, orange, rouge, jaune rayé de noir est un avertissement aux éventuels prédateurs ; soit l’animal est toxique (zygène, sonneur à ventre jaune) soit il est dangereux (piqûre des guêpes).

 
Les proies aux couleurs chatoyantes ou trop blanches les rendent faciles à repérer pour leurs prédateurs. Inversement un prédateur sans tenue camouflée est vite vu de ses proies qui détalent ou se cachent.

Les chevreuils  ont une robe brune et tachée de blanc qui leur permet de se fondre dans la plupart des paysages. Les prédateurs de chevreuils comme les lynx ont une robe rayée ou grise comme le loup très peu visible.
Alors pourquoi un animal blanc, un chevreuil blanc?

2/ Qu’est que l’albinisme et le leucisme
La couleur de la peau, des cheveux, des poils  et des yeux provient de substances colorées appelées mélanines secrétées dans les mélanocytes présents dans les cellules de la peau ou des yeux. Dans  les mélanocytes humains ces mélanines sont  concentrées dans de petits organites  ou
mélanosomes. Selon les besoins  et l’état général de la personne, et en particulier les radiations solaires, ces mélanosomes sont produits en quantités différentes. Ils sont transférés  à la surface de l’épiderme pour le protéger du soleil. Chaque personne  a une répartition de ces grains de couleur différente selon son hérédité. Ils lui donnent  une couleur unique. Chez les personnes de  couleur ces grains sont répartis de manière plus diffuse.

Les variations de couleur sont gérées par plusieurs gènes (gènes OA1, TYR, P…) qui activent des protéines et des enzymes. Ces molécules actives transforment  un acide aminé en mélanines par une suite de réactions chimiques à l’intérieur de nos cellules.
Une seule anomalie dans ces gènes induit une anomalie de couleur ou de répartition de couleur sur la peau et dans certains cas de l’albinisme.

Le leucisme chez les animaux est une atteinte des pigments différente car elle n’affecte pas les yeux. Les individus ont la même apparence  que les  albinos sauf les yeux.

Il existe des chevreuils anormalement foncés. Le phénomène est appelé mélanisme par analogie à l’albinisme.

 

L’albinisme a été très étudié chez les humains mais très  peu chez les animaux. Il existe sans doute de nombreuses analogies. Par exemple,  Il est facile de comprendre que l’albinisme est plus répandu dans les populations ayant peu d’échanges génétiques. C’est le cas chez les humains de certaines îles finlandaises (Aland)  ou régions d’Amérique et de Nouvelle Guinée.
Il existe une dizaine de formes d’albinisme plus ou moins prononcées chez les humains. L’une des plus connue est  l’albinisme oculaire. Il n’affecte que les yeux et touche principalement les hommes. Comme  chez les autres mammifères, l’iris est plus clair et sa couleur est bleu,  orange clair et à l’extrême rouge. La couleur rouge est produite par la vision des vaisseaux sanguins à travers le globe oculaire transparent chez les albinos. Les vaisseaux  ne sont plus masqués par les colorants  habituels. La forme la plus connue est l’albinisme total avec décoloration des yeux, de la peau et des cheveux.
Dans tous les cas d’albinisme la vision est affectée, non seulement en raison du manque de pigments mais aussi de malformations de l’œil et de la sphère du nerf optique. La perte d’acuité visuelle est sévère et on estime entre 5 et 10% la cause des malvoyances liées à l’albinisme

 

3/ Fréquence :
En France 6000 personnes sont atteintes de forme d’albinisme soit 1 pour 10 000 mais d’après certaines études,  plus de1 million de français(e) sont porteur(e)s d’un gène  défectueux lié à l’albinisme mais non exprimé ou récessif. Au Niger et aux îles Aland (Finlande) la fréquence est 10 fois plus élevée et même 100 fois plus élevée chez certaines peuplades comme les Kuna (Panama) les Kaigang (Brésil) qui détiennent le record, 1 personne albinos sur 27. L’isolement et la consanguinité de ces petites ethnies expliquent ces taux très élevés.

4/ Répartition et conséquences  chez les animaux
Les animaux atteints d’albinisme sont fragilisés vis à vis des prédateurs. Le problème est que cette perte de couleur est une maladie et s’accompagne d’autres  anomalies comme des déficiences visuelles et une fragilité à l’exposition au soleil.
Les animaux à fourrure et ceux vivant sous les feuillages des arbres sont moins affectés par les conséquences liées aux rayons solaires. Les espèces  n’ayant pas ces protections sont très exposées aux cancers de la peau liés à l’exposition directe aux UV. Les  oiseaux ne seraient pas touchés par les atteintes oculaires des mammifères albinos car leurs pigments oculaires sont d’un autre type.

Tous les animaux peuvent être touchés. Il n’existe pas de statistique de santé sur les animaux sauvages.  Des chevreuils blancs ont été aperçus dans l’Est ces dernières semaines, l’un au sud de l’Alsace et un autre tout à fait au nord, en Moselle, région de Bitche. Ces animaux hors normes font régulièrement la une des journaux locaux et la joie des photographes animaliers. Il a existé des éléphants blancs, des gorilles, des cachalots (MobyDick), des orques, des zèbres, des tigres, des crocodiles, des merles…. Les éleveurs d’animaux  et les zoos sont avides de tels animaux sortis d’un conte de fée et  qui attirent toujours la curiosité du public.

Certains albinos sont rejetés par leurs congénères (oiseaux) tandis que  chez d’autres espèces ils sont acceptés avec indifférence (zèbres…). Les prédateurs peuvent mieux voir  les albinos mais certains ne les chassent pas car ils sont  trop différents de la couleur de leurs proies habituelles !





Article illustré par les photos de Jacques Lettermann et Arnaud Walch


Texte Roland Gissinger (Anab) –Relecture Bernard Weinzaepflen (Anab)




https://www.notrenature.be/article/comment-les-animaux-atteints-d-albinisme-ou-d-autres-alterations-de-couleurs-survivent-ils-dans-notre-nature
https://www.youtube.com/watch?v=ZJV7uj1m7DM
Bibliographie :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Albinisme
https://fr.wikipedia.org/wiki/Albinisme_oculaire_li%C3%A9_%C3%A0_l%27X

Rédigé par ANAB

Publié dans #Apprendre de la nature

Commenter cet article