Arrêté anti-pesticides : "J’invite tous les maires de France à prendre le même arrêté", lance le maire de Langouët

Publié le 26 Août 2019

Daniel Cueff, maire de Langouët (Ile-et-Vilaine), le 22 août devant le tribunal administratif de Rennes

Daniel Cueff, maire de Langouët (Ile-et-Vilaine), le 22 août devant le tribunal administratif de Rennes

paru le 23/8/2019 sur Franceinfo


Emmanuel Macron a assuré vendredi soutenir "les intentions" du maire breton qui a pris un arrêté anti-pesticides sur sa commune, tout en rappelant qu'il fallait respecter la loi.

"J’invite tous les maires de France à prendre le même arrêté", a lancé sur franceinfo vendredi 23 août le maire de Langouët (Ille-et-Vilaine), au lendemain de sa convocation devant le tribunal administratif de Rennes et alors que le chef de l’État a assuré soutenir "les intentions" de Daniel Cueff qui a pris un arrêté pour interdire l’usage de pesticides à moins de 150 mètres de toute habitation. Emmanuel Macron a, en parallèle, rappelé la nécessité de respecter la loi.

"Ce que dit le président c’est que j’ai en même temps raison et en même temps tort", a expliqué Daniel Cueff, "je n’ai pas compétence à interdire les pesticides sur ma commune, mais j’ai une compétence fondamentale donnée par la Constitution et par les lois européennes, qui est de protéger les habitants de ma commune contre les pesticides de synthèse", affirme-t-il.

franceinfo : Comment interprétez-vous la réaction du chef de l'État ?

Daniel CueffCe qu'a dit le président c’est que j’ai en même temps raison et en même temps tort. Il a indiqué deux choses qui sont extrêmement importantes. D'abord, il a dépêché madame la préfète pour trouver des solutions sur ma commune. Deuxième bonne nouvelle, il a dit qu’il voulait aller très vite. Je pense que la seule solution pour aller très vite, c’est que le tribunal administratif de Rennes constate que j’ai pris un arrêté qui n’est pas illégal et qui est dû à une carence de l’État à agir en la circonstance.

Depuis 2009, le Parlement européen à l’unanimité des membres de l’Union européenne a voté une directive glyphosate et pesticide demandant à ce que, dans chaque législation nationale, soit retranscrit le droit européen. La France ne le fait pas. Ce que je défends, c'est que face à une carence manifeste de l’État, je suis obligé de respecter la Constitution française et je prends en lieu et place les arrêtés qu’auraient dû prendre l’État. Le principe de précaution est inscrit dans la Constitution française et s’applique dans la commune. Dans notre village, les gens ont pris conscience qu’ils respiraient malgré eux, des pesticides de synthèse et ils ne sont plus d’accord.

Votre combat est-il sur la bonne voix ?

J’invite vraiment tous les maires de France à prendre le même arrêté. Il y a une sorte d’urgence à prendre des décisions au niveau du gouvernement et comme le président de la République a dit lui-même qu’il fallait faire vite, nous allons l’aider par nos actions sur le terrain à aller très vite. Je n’ai aucune raison de mettre en doute ses intentions. Il faut créer des zones de distance pour épandre les pesticides parce que les gens respirent ces produits qui se retrouvent dans leurs organismes.

Les élus locaux peuvent être en avance sur les lois qui régissent le pays ?

On est au courant de toutes ces victimes de pesticides, y compris parmi les agriculteurs. Leur sécurité sociale, la MSA, reconnaît aujourd’hui comme maladies professionnelles, les cancers dus aux pesticides. Je suis très content de l’intervention de monsieur Macron quand il a dit qu'il avait donné des consignes à madame la préfète pour qu'on expérimente un certain nombre de choses sur ma commune. Avec les agriculteurs, nous allons trouver des solutions pour cultiver sur les 150 mètres autour des habitations. C’est ce qu’on appelle une distance d’éloignement des pesticides. Je n’ai pas compétence à interdire les pesticides dans ma commune, mais j’ai une compétence fondamentale donnée par la Constitution et par les lois européennes, qui est de protéger les habitants de ma commune contre les pesticides de synthèse.

Arrêté anti-pesticides : "J’invite tous les maires de France à prendre le même arrêté", lance le maire de Langouët



Communiqué de France Nature Environnement  12/7/2019

Pétition : interdisons l'épandage de pesticides à côté des habitations
 

Avec France Nature Environnement, exigez le droit de vivre #LoinDesPesticides : signez la pétition pour interdire les épandages à proximité de nos habitations.



Se détendre en famille dans son jardin, respirer l'air frais de la campagne… puis être aspergé d'un pesticide qui pique les yeux et gratte la gorge. Cette situation, des milliers de Français·es l'ont déjà vécue car ils et elles vivent à côté de champs traités. Aucune distance minimale ne les sépare de ces traitements et pourtant...

Pourtant, l’utilisation de pesticides est à la hausse depuis plus de 10 ans en France (+12,4 %) et les preuves de leurs impacts toxiques sur la santé ne cessent de s’accumuler.

Pourtant, une étude récente de France Nature Environnement Tarn et Garonne, organisée par un ancien chef de service en hématologie, révèle que, sur les deux communes de l'enquête, les riverains de vergers ont davantage de cancers que la moyenne nationale.

Pourtant, le scandale du métam-sodium, pesticide hautement toxique, a conduit récemment à l'intoxication de 80 personnes près d'Angers.

Pourtant, il est attesté que les agriculteurs et agricultrices épandant des pesticides ont davantage de risques de développer certaines pathologies cancéreuses ou neurologiques telles que la maladie de Parkinson.

Pourtant, des centaines de milliers de personnes ont rejoint l'Appel des coquelicots pour demander une sortie rapide des pesticides.

Il est temps d'exiger le droit de vivre #LoinDesPesticides : signez la pétition pour que soient enfin définies des Zones de Non Traitement de pesticides à proximité des habitations qui permettent réellement de protéger la santé des voisin·es des parcelles traitées.


Pour signer la pétition: cliquer ou copier coller le lien suivant:
https://www.fne.asso.fr/actualites/p%C3%A9tition-interdisons-l%C3%A9pandage-de-pesticides-%C3%A0-c%C3%B4t%C3%A9-des-habitations

Rédigé par ANAB

Publié dans #Pollution-pesticides

Commenter cet article
J
Bonjour, <br /> Je soutiens également ces initiatives locales qu’il serait très bon de multiplier, bravo à ces maires qui je l’espère vont être suivis, par contre, monsieur notre président, j’attends de vous que vous fassiez interdire ces substances toxiques ,dans un rayon infini autour des communes, qui possiblement font aussi que des enfants naissent sans bras dans certains coins, j’attends de vous que vous interdisiez la chasse aux nuisibles, que vous remettiez le prix du permis de chasse à sa valeur antérieure, que vous révisiez votre position sur les courlis, loups et autres animaux dont on autorise la destruction, que vous interdisiez les lobbyistes dans votre environnement proche, que vous arrêtiez de refaire des études ou bien des essais très ou trop localisés pour faire semblant d’agir etc…etc… il est possible que je sois un peu fou de croire que vous allez changer mais je n’en suis pas pour autant complètement con pour vous croire lorsque vous nous parlez d’écologie .
Répondre
B
Bonjour<br /> Bravo ! Voici des maires qui ont du courage et sont soucieux de leurs administrés avant les intérêts des loobies !<br /> Cordialement.
Répondre
R
Merci PJ Bernard de ce commentaire. <br /> <br /> A tous, encourageons ces maires à prendre les devants face à l'inertie et aux politiques qui croient que faire des affaires va tout régler.