L’Agrion élégant

Publié le 19 Juin 2022

L’Agrion élégant (Ischnura elegans)
L’Agrion élégant (Ischnura elegans)
L’Agrion élégant (Ischnura elegans)

L’Agrion élégant (Ischnura elegans)

L’Agrion élégant (Ischnura elegans)- Femelle et femelle+mâle
L’Agrion élégant (Ischnura elegans)- Femelle et femelle+mâle

L’Agrion élégant (Ischnura elegans)- Femelle et femelle+mâle

Près des milieux aquatiques, vous pouvez trouver cette petite libellule ou plutôt « demoiselle ». Elle est très commune et est en ce moment en pleine activité. Vous pouvez l’identifier en vous en approchant avec prudence ou avec une paire de jumelles.
 

 

Nom scientifique : Ischnura elegans (Vander Linden, 1820)

Origine du nom : du grec « ischnos » , maigre, mince et de « oura » ,la queue, soit, « queue mince »,ce qui est la  marque originale de cette demoiselle à l’abdomen en aiguille et de « elegans » élégant.


Nom allemand : Große Pechlibelle


Nom anglais : Blue-tailed damselfly, Commun bluetail

Observation: vu le 10 juin à Freyming-Merlebach


Classification :

L’Agrion élégant est un insecte, du groupe des libellules. Le terme « libellules » est couramment utilisé pour nommer les insectes appartenant à l'ordre des ODONATES, qui regroupe "les libellules vraies" ou Anisoptera et "les demoiselles"  ou Zygoptera.
Cette  demoiselle appartient au sous - ordre des Zygoptera, à la famille des
Conagrionidae  qui regroupe plus  de 1180 espèces dans le Monde.

Taille: 22- 30 mm pour une envergure de 35 mm pour un poids plume de 3 mg

Période de vol : mai à fin septembre, périodes décalées et élargies si l’on va vers le sud

Identification :

Parmi les demoiselles d'Alsace et Lorraine les Ischnura sont les seules espèces  dont les ailes arborent de manière caractéristique des pterostigmas bicolores ( noir ou gris à l’avant, blanc ou grisâtre à l’arrière ).
 Ce nom barbare désigne une cellule généralement opaque en forme de losange à l’extrémité des  ailes.
 Dans le cas d’Ischnura elegans et de son cousin, Ischnura pumilio ,les ptérostigmas  bicolores sont de même taille aux 4 ailes.
 Le mâle les arbore très nettement, les femelles le font  plus discrètement.
 C
es demoiselles ou zygoptères au corps frêle, aux  ailes repliées au repos au- dessus de l’abdomen, au vol papillonnant , assez lent et  aux yeux écartées ont les ailes antérieures et postérieures de même forme et rétrécies à leur base.
Pour rappel, les »  libellules vraies «  ou anisoptères ont un corps plus robuste, les ailes à plat au repos, un vol  vif et rapide, des  yeux contigus ou peu écartés et  les ailes antérieures et postérieurs  de forme différentes d’où leur qualificatif d’anisoptéres ( ailes différentes ).


Le mâle d’Ischnura elegans  a le thorax bleu ou vert et noir quand il est immature puis bleu et noir à maturité, un abdomen noir- bronzé  avec le 8ème segment  ( il y en a 10 ) bleu vif, ses pattes sont noires. Ses yeux composés sont démesurés par rapport à la taille de la tête, en position latérale et nettement séparés.
 Les femelles ont l’habitus du mâle mais le bleu de thorax peut être remplacé par du vert, du violet, du rose ou de l’orange, le 8ème segment abdominal bleu passe parfois au vert.

Coeurs copulatoires de l’Agrion élégant (Ischnura elegans)-
Coeurs copulatoires de l’Agrion élégant (Ischnura elegans)-
Coeurs copulatoires de l’Agrion élégant (Ischnura elegans)-
Coeurs copulatoires de l’Agrion élégant (Ischnura elegans)-

Coeurs copulatoires de l’Agrion élégant (Ischnura elegans)-

Biologie :

 

Après une période préreproductive ou de maturation, les mâles et femelles se rejoignent sur la rivière.
Les mâles, sont  territoriaux et volent de manière acrobatique.
Les femelles en circulant dans leurs territoires signalent par leurs mouvements leur volonté de s’accoupler sur ce territoire pour y pondre.
Les mâles saisissent les femelles derrière la tête à l'aide de leurs  appendices anaux.

Ils  forment un tandem et un  cœur copulatoire pendant le  transfert du  sperme.
L’accouplement dure de 30 secondes à cinq minutes plusieurs fois par jour jusqu’à leur mort.
Le mâle surveille sa partenaire pendant la ponte en défendant son territoire contre d’autres mâles.
Une fois, la copulation terminée et l’endroit de ponte trouvé par le tandem,  la femelle cherche avec son ovipositeur un emplacement pour déposer ses œufs.
La femelle  pond jusqu'à trois centaines d'œufs dans les tiges de la végétation immergée ou flottante comme des renoncules pourvu qu’elles soient humides.
C'est une ponte dite endophyte : à l'aide de son ovipositeur, la femelle insère les œufs dans le tissu végétal

en conservant la moitié de son abdomen émergé

Moins de 2 à 5 semaines plus tard les œufs éclosent dans la zone d’envasement des plantes aquatiques. . Cette espèce, l’Agrion élégant peut éclore la tête en bas.
Suit alors une période  larvaire d’un ou deux ans, parfois trois. Une succession de 10 à  12 mues est nécessaire avant d'atteindre le dernier stade larvaire.
Les larves sont carnivores et se nourrissent  d'autres invertébrés comme des insectes, crustacés et poissons de très petite taille.
La larve aquatique en forme de bâtonnet possède trois appendices en forme de plume au bout de queue. Elle a des antennes très longues (les premiers segments) et de longues pattes. Elle hiverne dans la boue.
La mortalité des larves est très importante si la teneur en oxygène de l’eau est faible.

L’Agrion élégant passe la plus grande partie de sa vie au stade larvaire dans l'eau.
Les larves se développent dans la végétation immergée et parmi les plantes en décomposition au fond de l'eau.
Au dernier stade larvaire  intervient la métamorphose, une transformation morphologique et physiologique profonde de quelques jours. La taille du corps atteint alors  plus de 17 mm.
Le corps de l'insecte adulte prend forme à l'intérieur de son enveloppe de chitine (ou nymphe).
L'émergence est la dernière mue. La larve grimpe sur une tige d'une plante aquatique pour se libérer de l'enveloppe larvaire et devient l'insecte aérien ou imago.

Adultes :
Notre agrion après avoir passé un an ( ou deux ans en montagne)  en milieu aquatique, émerge, va subir la dernière mue imaginale en milieu aérien et sous forme adulte, va devenir un actif carnivore et défendre son territoire.
Pour se nourrir, il chasse des insectes en plein vol à partir d'un perchoir et revient souvent au même endroit. Ses  proies sont surtout  des pucerons, des petits diptères comme les moustiques.

Risque de confusion :
 Ischnura elegans  est moyennement  facile à identifier lors des observations faites dans notre pays.
Il se confond pour les novices avec toutes les autres demoiselles de couleur bleue.
La différence entre espèces se fait sur la couleur des segments abdominaux, le motif dessiné sur leur  second segment, les dessins  du thorax, la taille et la couleur du ptérostigma, la couleur des yeux.

Ishnura  est l’une  des rares demoiselles de notre pays à posséder des pterostigma bicolores.
Il existe en France métropolitaine,  Ishnura pumilio, très voisin mais plus petit et dont la tache bleue à l’extrémité de l’abdomen   est partielle sur le segment 8  et complète sur le segment 9.
Il est le seul chez nous à partager avec I.elegans les ptérostigmas bicolores.


 

Habitat et  Abondance :

 

Ischnura elegans n’est pas très difficile sur la qualité de son habitat. Il est commun  dans tous les types de milieux humides aux eaux lentes, stagnantes, voire saumâtres.
On le trouve  dans toute l’Europe jusqu’au Japon et jusqu’à une altitude de 2 000 m.

L'espèce est présente partout. Elle privilégie les endroits riches en insectes et les prairies humides.

 

Protection :

 

Ce n'est pas une espèce menacée en France et donc elle n’est pas protégée par la réglementation. Son abondance s'explique par le large spectre de milieux aquatiques qu'elle peut habiter. Elle subit cependant le risque de la disparition importante des zones humides. Cette espèce est sensible à la pollution de l’eau et à la diminution d’oxygène dissous dans l’eau. Une rivière avec beaucoup de rejets agricoles, azote et phosphate, riche en algues liées aux boues de pollution organique ne peut abriter cette espèce.




Texte Martine Devondel et Roland Gissinger (Anab) photos Roland
 

Bibliographie et généralités sur la biologie des libellules  sur notre  blog:
cliquer pour accéder aux documents soulignés

Les Libellules Episode 1/4 : leurs habitats et cycle de vie aquatique

Libellules  Episode 2/4      Cycle de Vie Terrestre

Libellules  Episode 3/4   -Méthodes d'Observation  et d'Identification des espèces

Libellules  Episode 4/4     -Protection, Conservation des Zones Humides


Espèces déjà traitée sur notre blog :
 

Calopteryx splendens

Caloptéryx éclatant, Caloptéryx splendide

Calopteryx virgo

Caloptéryx vierge

Coenagrion  puella

Agrion jouvencelle

Enallagma cyathigerum

Agrion porte-coupe, Portecoupe holarctique

Ischnura elegans

Agrion élégant

Platycnemis pennipes

Agrion à larges pattes

Pyrrhosoma nymphula

Petite nymphe au corps de feu (La)

Anax imperator

Anax empereur

Gomphus pulchellus

Le Gomphe joli ou Gomphe gentil

Orthetrum cancellatum

Orthétrum réticulé

Sympetrum sanguineum

Sympétrum sanguin


Livres
Photo-Guide des Libellules de France, Belgique, Luxembourg et Suisse  de Dirk Pape-LangeLibellen.tv

 et voir  la fin de l’article
http://naturealsacebossue.over-blog.com/2019/03/photo-guide-sur-les-libellules.html

 

Rédigé par ANAB

Publié dans #Insectes de chez nous

Commenter cet article
B
Belles photos et bon article très complet
Répondre
R
Merci Bernardw68 de ton appréciation
T
Article magnifique et très enrichissant.
Répondre
R
Merci beaucoup Toll. Nous espérons qu'il donnera envie à nos lecteurs de mieux les observer.
N
La biologie top!<br /> Merci.
Répondre
R
Merci BP Nicole